Blog Page 68

Et si la nouvelle flottille contre Israël était une bonne chose ?

0

CEtFAUdWIAAFqxX

Le Marianne, premier navire de la nouvelle flottille pour Gaza, a quitté la Suède pour rejoindre les autres bateaux qui entendent briser le blocus sécuritaire israélien et rejoindre Gaza.

Encore une flottille…

Et si la ficelle était si grosse, la propagande si énorme, que personne ne se laisse duper par les vraies objectifs répréhensibles de cette nouvelle flottille ?

Et si le public avait observé que les 1 500 palestiniens tués par l’Etat islamique à Yarmouk en Syrie le mois dernier n’ont déclenché ni manifestation, ni protestation, ni aucune flottille ?

Et si les gens avaient remarqué qu’Israël livre quotidiennement des milliers de tonnes de vivres, matériaux de construction, médicaments, et aide humanitaire par camions semi-remorques à Gaza, alors que la frontière avec l’Egypte est verouillée, et que ce n’est jamais l’Egypte qui est accusé de faire le blocus ?

Si les gens trouvaient étrange que les 220 000 morts de Syrie, les massacres en cours de Chrétiens, de Yazidis et de musulmans chiites par l’Etat islamique, les centaines de civils yemenites bombardés par erreur par l’Arabie saoudite, n’intéressent jamais les organisateurs de flottilles humanitaires ?

Photo des donateurs pour la reconstruction de Gaza

Photo des donateurs pour la reconstruction de Gaza

Si les téléspectateurs s’amusaient de ces quelques embarcations de fortune venant « sauver » Gaza à qui les Etats du Golfe ont versé 1 milliard de dollars pour reconstruire (et pas un seul mur n’a encore été réparé), et la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne, l’Arabie Saoudite, les Etats Unis, l’UE,  ont versé 5.4 milliards de dollars d’aide en octobre 2014 ?

Si la nouvelle flottille contre Israël, seulement contre Israël, toujours contre Israël – alors que le Moyen Orient est en ébullition (sauf Israël), que le Qatar persécute ses travailleurs esclaves, que Boko Haram enlève des centaines de lycéennes chrétiennes, que l’Etat islamique décapite, que le nord Mali est en feu, que l’Ukraine compte ses morts, que le Yemen explose, que la Syrie continue son génocide, que l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, le Pakistan, le Soudan, le Liban, vivent au rythme quotidien d’attentats meurtriers, que le Sinaï égyptien est en guerre contre le Hamas – si la nouvelle flottille donc, était regardée comme ce qu’elle est : une fixation antisioniste obsessive d’une poignée d’illuminés vivant grassement du chômage et des aides sociales ?

S’il fallait cette énième flottille pour que les 72% de Français qui ont déclaré être indifférents au conflit de Gaza, comprennent les similitudes entre eux, agressés par les « pauvres islamistes » des banlieues, et les habitants israéliens, agressés par les « pauvres islamistes » palestiniens ?

Oui, si le grand public, largement moins idiot que les pro-palestiniens le supposent, avait décidé de ne plus se laisser mener en bateau par des flottilles « humanitaires » ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

 

« Si le Juif n’existait pas, l’antisémite l’inventerait »

0

« Si le Juif n’existait pas, l’antisémite l’inventerait », Jean-Paul Sartre, Réflexions sur la Question Juive (1944).

Les thuriféraires du boycott contre Israël répètent à l’envie que leurs actions ne visent que la politique de l’Etat d’Israël vis-à-vis des palestiniens.

C’est faux.

Le mouvement BDS vise le sionisme comme mouvement politique de création d’un Etat par les juifs pour les protéger de l’antisémitisme. Ce faisant, il vise l’Etat d’Israël en tant que tel.

Les déclarations de certaines figures du BDS sont tout à fait claires :

  • As’ad Abu Khalil, professeur de droit et activiste de BDS aux Etats-Unis (2012): « La justice et la liberté pour les palestiniens sont incompatibles avec l’existence de l’Etat d’Israël ».
  • Ahmed Moor, journaliste pro-BDS : « OK, Très bien. Le mouvement BDS signifie la fin de l’Etat Juif…. »

Or, remettre en cause l’existence même de l’Etat d’Israël – compte tenu de sa spécificité – ne peut s’analyser autrement qu’au travers du prisme de l’antisémitisme.

A défaut, la « société civile » qui s’émeut tant de la cruauté israélienne dénoncerait également les exactions arabo-palestiniennes.

Tant qu’Israël n’est pas concerné, la communauté internationale reste parfaitement indifférente au sort des Palestiniens

Ne rêvons pas.

  • 2006-2007: 600 membres du Fatah sont exécutés par le Hamas ;
  • 2013: le gouvernement libanais refuse l’entrée des réfugiés palestiniens fuyant les combats en Syrie ;
  • Novembre 2014 – Janvier 2015 : plus de 2000 habitations palestiniennes de Rafah sont rasées par l’Egypte pour l’établissement d’une zone tampon à sa frontière ;
  • Avril 2015 : les palestiniens du camp de Yarmouk en Syrie sont décimés tant par Assad que par l’EI;
  • Actuellement plusieurs dizaines de prisonniers politiques palestiniens sont illégalement détenus, et torturés dans les prisons de l’Autorité Palestiniennes en Cisjordanie et du Hamas à Gaza ;

Il s’agit d’un phénomène constant. Tant qu’Israël n’est pas concerné, la communauté internationale reste parfaitement indifférente et les boycotteurs parfaitement silencieux.

C’est donc bien Israël, Etat Juif, qui est visé par les boycotteurs.

De la même façon, le retour des descendants des réfugiés palestiniens soutenus par le BDS ne signifie rien d’autre que la disparition d’Israël.

L’UNRWA estime, en effet, à 4,4 millions le nombre de descendants des réfugiés. Leur réintégration au sein de l’Etat d’Israël, et son corollaire – l’obtention de la nationalité israélienne et le droit de vote -, emporterait ipso facto la fin de l’Etat d’Israël aux prochaines élections.

Sur ce point, même les négociateurs les plus à gauche d’Ehud Barak qui avaient fait des propositions inespérées à Yasser Arafat lors des rencontres de Camp David 2 en 2000 (90% de la Cisjordanie, toute la bande de Gaza, Jérusalem-Est comme capitale d’un nouvel Etat palestinien et une compensation financière) n’ont jamais accepté ce suicide géopolitique. Yasser Arafat avait quant à lui refusé cette offre car, tout comme le BDS, ce n’est pas la politique de l’Etat qu’il visait mais l’Etat lui-même.

De façon plus pernicieuse, le mouvement BDS accentue ses campagnes sur le prétendu régime d’apartheid qui serait imposé par Israël aux palestiniens.

L’image est forte mais mensongère.

L’Apartheid était un système politique de ségrégation raciale qui devait, selon ses instigateurs, défendre le peuple blanc afrikaner face aux noirs, renvoyant au concept nazi de la pureté de la race.

A ce titre, quelques unes des principales lois d’apartheid étaient les suivantes :

  • Interdiction des mariages mixtes (1949)
  • Pénalisation des relations sexuelles entre Blancs et non Blancs (1950)
  • Classification de la population, distinguant les individus selon leur race (1950)
  • Loi sur les commodités publiques distinctes (1953)
  • Interdiction aux Noirs de l’accès à la formation professionnelle (1976)

Ce sont les mêmes lois que celles appliquées par les nazis, notamment, aux juifs.

En opérant ce parallélisme, les BDS et consorts associent Israël aux pires régimes ségrégationnistes et légitimisent la haine d’Israël en tant qu’Etat fondé par le peuple Juif, et donc la haine des Juifs.

Les récentes manifestations du BDS Afrique du Sud pendant lesquelles certains manifestants criaient « morts aux juifs » en brandissant des drapeaux palestiniens et du Hezbollah ne laissent place à aucun doute. En janvier 2015, un supporter BDS anglais était photographié en train de faire apparemment un salut nazi devant un magasin tenu par des israéliens lors d’une opération de boycott. A l’Université Libre de Bruxelles en mars 2015, des étudiants juifs étaient pris à partie par des militants du BDS.

En juin 2015, le collectif israélo-palestinien « Un territoire pour deux Etats » a dû annuler un rassemblement prévu à Beit Jala (près de Bethlehem, Cisjordanie) suite aux menaces du BDS de l’empêcher de se tenir car ce meeting représentait pour eux une forme de « normalisation » avec l’Etat d’Israël.

Les exemples sont légions.

Ce n’est donc pas la politique de tel gouvernement israélien qui est visé par le BDS, c’est bien Israël et, qu’ils le veuillent ou non, consciemment ou inconsciemment, les juifs.

Et qui plus est, ce prétendu régime d’apartheid n’existe pas en Israël.

Israël est un Etat démocratique dont les citoyens, quelle que soit leur nationalité, couleur, religion, idées politiques, orientation sexuelle disposent des mêmes droits. Les arabes, les druzes, les chrétiens israéliens ont le droit de vote, sont députés, juges, hauts-gradés dans l’armée, acteurs, chanteurs, travaillent en Israël, ont le droit de se marier avec des israéliens de toutes religions, peuvent s’exprimer librement au point de souhaiter publiquement le bombardement de Tel-Aviv par le Hamas même quand ils sont députés comme Hanin Zoabi.

C’est un juge arabe, Salim Joubran, qui a condamné Moshé Katsav, ancien président de l’Etat d’Israël, à une peine de prison. Ce sont des arabes israéliennes qui ont représenté Israël à l’Eurovision et au concours de Miss Monde.

Pas un mot, en revanche, de la part de BDS sur la situation désespérante des palestiniens qui vivent au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Egypte, qui sont enfermés et humiliés dans des camps de réfugiés par leurs « frères » arabes, qui ne bénéficient d’aucun des droits des arabes israéliens et qui sont, eux, victimes d’un véritable apartheid.

Par son outrance, sa malhonnêteté intellectuelle et les dérapages antisémites qu’il suscite, le mouvement BDS dessert la cause qu’il prétend défendre.

La « société civile », peu à peu, en prend conscience. Enfin.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Oudy Bloch pour Dreuz.info.

Tags: , , , , , , ,

Gilles-William Goldnadel a accepté d’assurer la défense de Florian Philippot,

0
©Francois Lafite/Wostok Press France, Paris 10/03/2014 Maitre Gilles William GOLDNADEL avocat de Patrick Buisson, arrive a la Premiere Chambre du Tribunal de Grande Instance TGI de Paris avant une demande en refere par la procedure d urgence du retrait d enregistrements realises par Patrick Buisson et diffuses sur le site Atlantico. French lawyer Gilles William GOLDNADEL at the Paris Court to defend Patrick Buisson, who made records of french former president Nicolas Sarkozy.

Gilles-William Goldnadel a accepté d’assurer la défense de Florian Philippot, attaqué en diffamation par le Qatar pour avoir déclaré que ce pays finance le terrorisme.

Ce choix de mon éminent juriste ami est bien entendu critiqué. Comment un défenseur d’Israël peut-il assurer la défense du numéro 2 du Front national, se demandent en substance un certain nombre de commentateurs.

Je ne vais pas défendre Gilles-William Goldnadel, il n’a pas besoin de moi : il est avocat ! Il n’a d’ailleurs pas à être défendu de ses choix professionnels.

Je veux cependant dire deux ou trois choses à ceux qui l’attaquent, drapés d’une légitimité qui relève plus de l’allergie que de la crampe d’estomac.

  • En direction de ma confrère Ségolène de Larquier, du Point d’abord : mettez-vous à jour, Goldnadel n’est plus membre du comité directeur du CRIF.
  • Aux autres : Gilles-William Goldnadel ne partage pas les idées du Front national. Politiquement proche de Nicolas Sarkozy, pondérément libéral et pro-israélien, il les combat, en s’étonnant que les idées des partis d’extrême gauche, le Front de gauche, les communistes, les Verts, bénéficient de l’aveugle mansuétude des opposants du FN. Sans doute que les 100 millions de morts du communisme ne sont pas si grave.
  • Histoire vraie : de passage à Netanya en Israël pour une conférence, Goldnadel croise un francophone dans la rue qui l’interpelle et lui dit : « comment avez-vous pu accepter de défendre Buisson ? » Goldnadel lui répond tout sourire, en s’approchant du type et faisant mine de lui parler à l’oreille pour que personne n’entende : « je suis avocat ! »
  • A un ami financier qui affirmait choqué ne pas comprendre comment Goldnadel a pu accepter de défendre Philippot, je rappelais que lui-même a jadis monté un dossier de financement pour le site Médiapart, donc pour cette *#@!# de Plenel. Pourquoi ? Parce que c’était son métier. Certains auraient des droits que d’autres n’ont pas ?
  • Les gauchistes ont l’habitude de voir le verre à moitié vide, jamais le verre à moitié plein. Dans la même semaine, Goldnadel décidait d’attaquer en justice Jean Claude Lefort pour sa glissade antisémite (Goldnadel mérite les applaudissements : aucune des figures juives morales et donneuses de leçons n’ont déposé plainte contre Lefort), et il a accepté l’excellent dossier Philippot.
  • Défendre Philippot n’est pas défendre le Front national, mais profiter de l’occasion pour donner une claque au Qatar. Quel démocrate serait assez stupide pour refuser ça ?
  • Défendre Philippot contre le Qatar n’est pas défendre le Front National ni des idées qui puent. Ce n’est pas défendre des propos qui choquent la conscience d’un juif – ce que par amalgame beaucoup reprocheront à Goldnadel.
  • Défendre Philippot dans ce dossier, c’est défendre la liberté d’expression, menacée par le Qatar. Défendre la liberté d’expression serait donc une faute ?La liberté d’expression doit-elle être refusée au Front national ?
  • Ce serait donc cela, le « front républicain contre le FN  » ? La gauche pense que oui, mais plusieurs personnalités de gauche soutiennent le Qatar…
  • Sans aller jusqu’à Voltaire à qui l’on prête (à tort) d’avoir dit « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire », Goldnadel ne pourrait offrir son talent pour que Philipport dise ce qu’il à a dire ? Les mêmes qui citent doctement Voltaire dénonceraient Goldnadel en bonne conscience ?Lamentable.

Ce que Philippot a dit du Qatar est d’ailleurs, et incidemment, exactement ce que Dreuz dit du Qatar depuis de nombreuses années : nous savons et affirmons qu’il finance le Hamas. Philippot est poursuivi pour avoir dit ce que nous-même disons. Cela ne fait pas de nous des extrémistes de droite. Et cela ne fait pas de Philippot un défenseur du christianisme, d’Israël, du libéralisme.

A tout choisir, je suis ravi qu’un juif engagé auprès d’Israël défende ces propos là.

Défendre Philippot dans ce dossier revient à une chose à laquelle j’ai toujours cru : s’il fait beau et que Besançenot dit qu’il fait beau, je ne hurle pas à l’antisioniste.

Je conclus en rappelant que le Qatar est infiniment plus dangereux pour les Juifs du monde que le Front national. On peut débattre de qui des deux est le plus dangereux pour la France.

S’il faut poser des questions de conscience, c’est à l’avocat juif du Qatar dans ce dossier, me semble-t-il, qu’il faut les poser, et étrangement, celà n’est pas apparu opportun à certains qui critiquent Goldnadel.

Quand à l’avocat socialiste Mignard qui défend le Qatar : il est de tradition que les socialistes soutiennent le Qatar, qu’ils présentaient ces jours-ci comme de grands défendeurs de la cause des femmes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

– See more at: http://www.dreuz.info/2015/06/16/lavocat-goldnadel-defendra-philippot-contre-le-qatar/#sthash.PjnQ3z6O.dpuf

ISRAEL est florissante en initiatives…

0

ISRAEL est florissante en initiatives car votre culture permet de contester l’autorité et de tout remettre en question. Vous ne vous conduisez pas selon les règles établies.

Ces paroles ont été prononcées hier par le PDG de Google Eric Schmidt qui se trouve actuellement en visite en Israël. Il s’exprimait devant des centaines d’étudiants et chercheurs à l’institut Weizman.

Alors que dans le monde se multiplient les tentatives d’isoler et boycotter Israël  Schmidt ne tarit pas d’éloge : « L’influence des israéliens sur (les développements de )  la science et la technologie est considérable.

C’est pour cela que je suis ici.

C’est pour cela que j’investis ici.

 

Le PDG d’Orange veut s’excuser ? Ok !!! qu’il vienne le faire en Israël.

0
Netanyaou a donné des instructions au ministère des affaires étrangères pour refuser  la demande de rencontre du PDG d’Orange Stéphane Richard qui voulait s’excuser auprès de l’ambassadeur d’Israël en France.
« S’il veut s’excuser, qu’il vienne le faire en Israël. » a-t-il rétorqué.
D’après Netanyaou, les récentes paroles d’admiration de Stéphane Richard pour Israël ne sont pas à la hauteur de ses discours hostiles du Caire.
Stéphane Richard a appelé l’ambassade d’Israël vendredi pour demander un RV urgent avec l’ambassadeur pour lui exprimer ses excuses.  Il lui a été répondu que sa demande allait être examinée par les autorités israéliennes.
En Israël après un temps d’hésitation,  on a souhaité éviter qu’une telle rencontre donne l’impression que les dégâts considérables causés à par ses déclarations étaient pardonnés.
Après toutes les déclarations chaleureuses de Richard à l’égard d’Israël pour rattraper ses déclarations hostiles du Caire, le compromis proposé est :
« Si le PDG veut s’excuser, qu’il vienne la faire directement en Israël »
On aura certainement plus de facilités à le croire.
Bienvenu en Israël !!!

Carton rouge pour Orange !!!

0

Mercredi, Stéphane Richard, le PDG d’Orange, a déclaré: « notre intention est de nous retirer d’Israël ».
« Cela va prendre du temps [mais] nous allons certainement le faire », a-t-il ajouté en anglais lors d’une conférence de presse au Caire, où il effectue une visite auprès de l’opérateur égyptien Mobinil, dont l’entreprise française est actionnaire à près de 100%.
Mais quelles sont les vraies raisons ?
– Le marché égyptien du mobile compte près de 100 millions d’abonnés et sa croissance est de 25% par an,
– Orange qui contrôle dèjà quasiment 100 % de la société Mobinil (téléphone mobile d’Egypte) veut consolider ses positions.
-Orange a subi des pressions de la part d’ONG mais également de la part des égyptiens a qui il s’est donc empressé de donner des gages.
Quoi de plus efficace que de le faire sur le territoire égyptien et sur le compte d’Israël.

En Israël Orange ne donne aucun service de téléphonie Mobile. La société Israélienne Partner ne fait qu’ utiliser la marque Orange contre des redevances sonnantes et trébuchantes.

Pourquoi il ne le fera pas (demain) :
Quand on veut couper les liens, on ne renouvelle pas un contrat pour une période de 10 ans comme cela a été fait récemment.
Le courageux mais pas téméraire Stéphane Richard, PDG d’Orange se cache derrière les craintes d’être condamné à payer des indemnités par un tribunal israélien dont il feint, au passage,  de mettre en doute l’ impartialité. Il a préféré faire une déclaration tonitruante que d’engager discrètement d’éventuelles négociations.

Pour l’instant on note quelques dégâts collatéraux minimes comme la chute de 5,5 % de l’action Partner a l’ouverture de la bourse et quelques frayeurs chez certains abonnés attachés à leur Orange.
Le nouveau PDG de Partner, Itsik Benbenisti, étudie actuellement la possibilité d’attaquer Orange en justice pour lui faire payer cette « indélicatesse ».

Une question reste cependant posée.

L’état français, partenaire historique qui détient encore près de 25% de la société Orange, a-t-il donné son aval à cette manoeuvre. L’intervention brutale et récente de l’état français qui a fait capoter le projet de Suez pour la mise en place d’un téléphérique à Jérusalem n’était peut-être pas isolée.

Mr Attali, rien ne justifie votre « rien ne justifie »

0

Vous venez d’écrire :

« Rien ne justifie les massacres des civils, à Gaza, comme en Irak, en Syrie et ailleurs. Ils ne produisent que de la haine et doivent cesser.

Mr ATTALI je souhaite vous suggérer quelques autres  « Rien ne justifie «  pour vos prochaines indignations qui je l’espère seront moins sélectives :

Rien ne justifie de tirer des roquettes sur des habitations civiles dans le but de tuer le maximum de civils.

Rien ne justifie de creuser des tunnels qui arrivent à proximité de votre résidence dans le but d’émerger subitement et d’effectuer un carnage dans la population.

Rien ne justifie de prendre des enfants pour s’en servir comme boucliers humains.

Rien ne justifie de tirer des roquettes à partir d’écoles et d’hôpitaux. C’est l’ONU qui a dit avoir découvert des stocks dans au moins 2 écoles, affirmant qu’ils allaient enquêter.

Rien ne justifie de cacher des armes dans des mosquées ?

Rien ne justifie que les dirigeants du Hamas soient planqués dans des hôtels de luxe au Qatar soient dans les souterrains de l’hôpital Shiffa de Gaza pendant que leur population souffre.

Rien ne justifie que le Hamas empêche les occupants d’évacuer leur maison quand Israël prévient d’un bombardement imminent, parce que l’endroit a été utilisé pour tirer des roquettes.

Rien ne justifie que des ambulances soient utilisées pour faire circuler des combattants du Hamas.

Rien ne justifie que le Hamas ne publie aucun chiffres sur la perte de ses combattants mais annonce des chiffres globaux.

Rien ne justifie l’amalgame que vous osez faire entre Gaza, l’Irak, la Syrie et l’ailleurs.

Rien ne justifie qu’on critique Israël pour son « petit » nombre de victimes alors qu’Israël a si brillamment et si efficacement investi dans ses systèmes de défense, ses alarmes, ses protections renforcées, et ses systèmes d’interception de roquettes et a réussi à minimiser ce nombre.

Rien ne justifie que les cessez-le-feu soient violés les uns après les autres.

Et surtout Monsieur ATTALI, Rien ne justifie une telle prise de position partisane et biaisée de votre part.

Alors que vous auriez pu vous retirer fier et avec les honneurs vous partirez avec le déshonneur d’un juif honteux sur la pointe des pieds après avoir blessé et trahi la communauté dont vos ancêtres étaient issus.

Read more: Mr Attali, rien ne justifie votre « rien ne justifie » | Remy Taieb | Ops & Blogs | The Times of Israël http://frblogs.timesofisrael.com/rien-ne-justifie-votre-rien-ne-justifie/#ixzz3c1tuTqr2
Follow us: @timesofisrael on Twitter | timesofisrael on Facebook

Riposte contre le BDS

0

La récente tentative d’écarter Israël de la FIFA aura probablement été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

La contre attaque s’organise.

Au niveau du gouvernement israélien :

La vice ministre des affaires étrangères Tsipi Hotoveli planche sur la mise en place d’un programme complet avec l’aide des représentations pour contrer les initiatives de boycott.

Au niveau du parlement israélien :

A l’initiative de députés de trois des grands partis, Michael Oren de (Koulanou de Kahlon),   Michal Rozin (Meretz) et Nahman Chaï (Camp sioniste)

Un débat a été organisé sur le thème « Le boycott et la délegitimisation d’Israël dans les organisations internationales »

Au niveau international avec les amis d’Israël :

Sheldon Adelson et sa femme qui sont parmi les plus grands donateurs pour Israël seront les hôtes d’une réunion privée de philanthropes et d’organisations juives à Las Vegas destinée à élaborer des stratégies afin de contrer la hausse de l’activité anti-Israélienne.

La réunion aura lieu ce week-end au casino Venetian Adelson. Aux côtés d’Adelson, on retrouvera l‘homme d’affaire Haim Saban, le promoteur immobilier israélien, Adam Milstein, et la femme d’affaires canadienne, Heather Reisman.

On a appris que l’association des étudiants britanniques venait de se joindre au boycott du BDS. La réaction du ministère israélien des affaires étrangères ne s’est pas faite attendre :

« Cette décision n’a aucune implication pratique. Elle correspond aux positions anti-israéliennes défendues dans le passé par cette organisation.  Au lieu de manifester leur haine pour Israël ces étudiants feraient mieux de consacrer du temps à l’apprentissage de l’histoire. Ils comprendraient que la distance entre la haine , les préjugés et les crimes abominables n’est pas énorme.

Carton rouge pour la FIFA

0

En marge des crimes abominables commis, notamment dans le nord d’Israël, des centaines de milliers de morts en Syrie, des assassinats, des décapitations, des viols et des lapidations. Alors qu’en plus, on vient de découvrir que 7 parmi les plus hauts dirigeants de la FIFA étaient impliqués dans une affaire de corruption de plusieurs centaines de millions de dollars depuis une vingtaine d’année. La FIFA examine une proposition demandant l’exclusion d’Israël de ses rangs. La politique du deux poids, deux mesures s’illustre à nouveau dans un summum d’hypocrisie.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a rejoint hier la bataille pour empêcher l’éviction d’Israël de la FIFA a déclaré :

«En ce moment même, nous menons, avec Ofer Eini (dirigeant le la fédération israélienne de football) et les membres de l’Association de football, une persistante et juste sans précédent dans l’expérience de l’attaque palestinienne l’Etat d’Israël et le football israélien. Il est important pour vous de savoir : Le mouvement de boycott d’ israël du monde de football et de l’arène internationale en général n’est pas dû à quelque chose que nous faisons ou ne faisons pas Il découle de son opposition à notre droit à notre propre Etat « ..

Netanyahu se demandait «comment peut-on expliquer le fait que la plupart des décisions du Comité des droits de l’homme des Nations Unies sont dirigées contre Israël ? Pas de protestations contre le massacre de centaines de milliers de personnes innocentes à quelques kilomètres de notre frontière dans le Nord ?

Il a précisé qu ‘«il n’y a aucune raison de condamner l’Etat d’Israël ou le football israélien. L’inverse est vrai. Israël n’est certes pas un pays parfait, cela n’existe pas, mais elle respecte les droits humanitaires dans un espace où ces droits sont bafoués.
Nous continuerons à nous battre contre la campagne de délégitimation menée contre notre pays. Au final, nous gagnerons parce que nous sommes justes et nous n’avons pas peur de dire la vérité ».

Le Premier ministre a déclaré au Président de la FIFA que si elle excluait Israël, d’autres pays l’utiliseraient à leur tour pour régler des comptes avec leurs rivaux. La FIFA serait ouvertement politisée et condamnée à disparaître ».

Le président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Michel Platini, a quant à lui exprimé son soutien total à la position de l’Association israélienne de football face à la demande de l’Autorité palestinienne d’exclure l’Etat hébreu de la FIFA.

« Le président de l’UEFA Michel Platini s’est dit convaincu qu’Israël ne sera pas exclu des compétitions internationales. Il a appelé toutes les associations affiliées à l’UEFA à agir conformément à la décision du comité exécutif de l’organisation et à voter contre la suspension d’Israël des établissements internationaux.

« Israël n’a pas violé le règlement et il n’y a aucune raison de le suspendre », a déclaré Platini.

 

Hello world!

0

Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start blogging!