Blog Page 70

Interview sans langue de bois sur l’avancée du Djihad,

0

 

Attentats, djihad, guerre de religion, islam ou pas islam, Ephraim Herrera (Djihad, de la Theorie aux Actes*) fait le point sans langue de bois – ça change un peu – dans cette interview pour i24News :

Éphraïm Herrera, Docteur en histoire des religions, se consacre depuis une vingtaine d’années à l’étude du djihad. Scientifique de formation et maîtrisant la langue arabe, il s’est livré dans cet ouvrage à un examen systématique et .rigoureux, décryptant avec clarté les buts et l’application du djihad sous ses diverses dimensions
« Le Djihâd, de la théorie aux actes », par Ephraim Herrera

Les nouveaux chasseurs d’antisémites s’appellent « Inglourious Basterds »

0

« Ça fait bien longtemps qu’on te cherche Mohamed.
Toi, le « chasseur de sionistes ». Toi, l’antisémite acharné.
Toi, qui as posté tant et tant de messages de haine contre les Juifs.
Toi, qui te croyais bien à l’abri derrière ton pseudo de « Mohamed Lavaky » 

 peut-on lire sur le site des Inglourious Basterds, qui font « dans la liquidation des nazis, et l’activité est en plein boom ! » précise le site.

Leur spécialité : traquer les antisémites les plus virulents de la toile, et révéler leur identité.

Serge Klarsfeld était un chasseur de nazis en son temps. Les temps ont changé, les nazis aussi, les Basterds sont nés et ont repris le flambeau. Ca dérange quelqu’un ?

« Ta dernière œuvre t’as rendu célèbre. Celle où tu présentes honteusement le journaliste Frédéric Haziza entre les mains de Daesh, un tweet qui te vaut de passer au tribunal » expliquent les Basterds avant de révéler l’identité de l’antisémite.

Les Basterds : « Nous t’avons cherché bien longtemps Momo. De nombreuses nuits blanches à lire et relire toute la merde que tu as pu déverser sur les réseaux sociaux. Tu ne peux pas imaginer combien nous allons prendre plaisir à écrire les quelques lignes qui vont suivre. »

Les Basterds : « Tu t’appelles donc Mohamed Ladghem Chikouche. Né le 28/04/1971, et tu vis à Roubaix. Terminé la rigolade Momo. Terminé les dépêches puantes signées « (Momo-Inf@). Et voici ta sale gueule » :

mohamed_ladghem_chickouche_alias_mohamed_lavaky1

Les Basterds : « Depuis des années tu pensais pouvoir déverser ta haine en toute impunité, caché derrière ton pseudo « rigolo ». L’anonymat c’est terminé Mohamed ».

Les Basterds : « Mohamed, une dernière chose : notre scalp ne s’arrête pas là, au contraire. Ton nom et ta tronche vont circuler sur toute la toile. Si tu as un job, on va le savoir. Si tu as un business, on va le savoir aussi. Tu peux être sûr que la rigolade est terminée. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

 

Les démocrates américains moins pros-israëliens

0

D’après une nouvelle étude réalisée par le consultant politique américain Frank Luntz le soutien d’Israël par les démocrates américains chute sérieusement.

Près de trois quarts des élites trouvent qu’Israël a  trop d’influence sur la politique étrangère américaine, près de la moitié d’entre eux considèrent Israël comme un pays raciste, et moins de la moitié d’entre eux croient qu’Israël veut vraiment la paix avec ses voisins.

Luntz a qualifié ses résultats de « désastre » pour Israël. Il les résume en disant que les élites de l’opinion démocratique se convertissent aux Palestiniens, et « Israël ne peut plus prétendre avoir le soutien bipartis d’Amérique. »

Il a dit qu’il « savait qu’il y avait un changement » dans les attitudes envers Israël parmi les démocrates américains « mais s’est dit surpris de voir l’ampleur de la dégradation  dans ses sondages en cours.

Luntz et une série de responsables israéliens de haut niveau se sont réunis cette semaine pour discuter des résultats de cette enquête et sur la façon de réagir à la tendance qu’ils reflètent.

« Israël a gagné les cœurs et les esprits des républicains en Amérique, alors que dans le même temps il est en train de perdre les démocrates, » at-il dit. Le gouvernement israélien et les Juifs américains doivent se concentrer sur la restauration  des relations avec les démocrates. »

• Interrogé sur l’influence israélienne sur la politique étrangère américaine, une écrasante majorité de 76% des démocrates, contre 20% des républicains, ont déclaré qu’Israël avait «trop d’influence. »

• Interrogé pour savoir si Israël est un pays raciste, 47% des démocrates,étaient d’accord , par opposition à 13% des républicains.

Seulement 32% des démocrates étaient en désaccord lorsqu’on lui a demandé si Israël est un pays raciste, contre 76% des républicains. (Ensemble 32% des personnes interrogées ont dit qu’Israël est un pays raciste.)

• Interrogés pour savoir si Israël veut la paix avec ses voisins, une écrasante majorité de 88% des républicains a répondu positivement  alors qu’ils étaient seulement 48% des démocrates.

•A la question, si les Etats-Unis devraient soutenir Israël ou les Palestiniens, 90% des républicains et 51% des démocrates ont dit Israël.

• Interrogé de quel côté ils se positionnaient , 88% des républicains et 46% des démocrates ont dit qu’ils étaient «pro-israélien», tandis que 4% des républicains et 27% des démocrates ont dit qu’ils étaient «pro-palestinien. »

• Priés de dire si les colonies sont un obstacle à la paix, 75% des démocrates et 25% des républicains ont répondu oui.

Il prévoyait également une bataille aux États-Unis concernant  l’aide étrangère pour Israël. Quelques 33% des démocrates et 22% des républicains, trouvent anormal le fait qu’ «Israël obtienne des milliards et des milliards de dollars en financement du gouvernement américain qui devrait aller  au peuple américain. »

Luntz a également demandé si les répondants voient l’antisémitisme comme un problème aux États-Unis. Globalement, 58% sont d’accord avec l’idée que l’antisémitisme est un problème en Amérique (57% des républicains et 64% des démocrates), comparativement à 28% qui sont en désaccord. « Les non-juifs reconnaissent le problème, même si certains Israéliens veulent minimiser, » at-il dit.

Ironiquement, le sondage a également trouvé, 50% des démocrates et 18% des républicains (et 36% de tous les sondés) étaient d’accord avec la proposition selon laquelle «les juifs étaient trop sensibles et  qualifiaient trop souvent des critiques légitimes d’Israël comme des attaques antisémites.  »

Federica Mogherini : L’Islam appartient à l’Europe

0
  1. Discours de  Federica Mogherini lors de

     «Appel à l’Europe V: l’Islam en Europe » le 25 juin 2015

« L’idée d’un affrontement entre l’islam et« l’Occident A trompé nos politiques et nos récits. L’Islam occupe une place dans nos sociétés occidentales. L’ Islam appartient à l’Europe. Il a une place dans l’histoire de l’Europe, dans notre culture, dans notre nourriture et – ce qui importe le plus -. dans le présent et l’avenir de l’Europe « 

« Certaines personnes tentent maintenant de nous convaincre que le musulman ne peut pas être un bon citoyen européen, que plus de musulmans en Europe sera la fin de l’Europe Ces gens ne sont pas seulement trompé sur les musulmans:. Ces gens se trompent sur l’Europe, ils ont pas idée de ce que l’Europe et l’identité européenne sont. « 

« Certaines personnes tentent maintenant de nous convaincre que le musulman ne peut pas être un bon citoyen européen, que plus de musulmans en Europe sera la fin de l’Europe Ces gens ne sont pas seulement trompé sur les musulmans:. Ces gens se trompent sur l’Europe, ils ont pas idée de ce que l’Europe et l’identité européenne sont. « 

« L’État soi-disant islamique met en avant une tentative sans précédent de pervertir l’islam pour justifier un projet politique et stratégique diabolique. Da’esh est le pire ennemi de l’islam dans le monde d’aujourd’hui. Ses victimes sont avant tout des personnes musulmans. L’islam est une victime elle-même. « 

«Je ne crains pas de dire que l’islam politique devrait faire partie de l’image La religion joue un rôle dans la politique -.. Pas toujours pour de bon, pas toujours de la mauvaise religion peut faire partie du processus Ce qui fait la différence est de savoir si le processus. est démocratique ou non. « 

« Peut-être que nous devrions également prendre le temps de rafraîchir les acquis avec certains États membres. Nous avons un problème de cohérence interne. … Nous avons soutenu la campagne « ramener nos filles »pour les filles nigérianes enlevés par Boko Haram. Il y a une telle contradiction entre notre solidarité lorsque ces filles sont loin, et notre manque de solidarité quand ils sont à notre porte. Cela est impossible à maintenir. Dans les jours et les mois à venir, nous devons trouver des solutions non seulement pour les filles au Nigeria, mais pour leurs sœurs et mères et les filles qui sont contraintes de fuir par les mêmes mouvements radicalisés « .

« Toute tentative de diviser les peuples de l’Europe en « nous » et « eux » nous amène dans la mauvaise direction. Les migrants et nous. Les musulmans et nous. Les Juifs et nous, alors que l’antisémitisme n’a pas été vaincu. L ‘«autre» et nous.
Nous avons appris de notre histoire que nous sommes tous l’autre de quelqu’un d’autre. La peur de l’autre ne peut que nous conduire à de nouveaux conflits « .

FIFA : Les présidents français et allemands sont intervenus pour le Qatar

0

Joseph Blatter, président de la Fifa  a accordé une interview au journal Welt am Sonntag,

Il revient sur l’attribution à la Russie et au Qatar respectivement des Mondiaux 2018 et 2022.
« Avant l’attribution des Mondiaux au Qatar et en Russie il y a eu deux interventions politiques. MM. Sarkozy et Wulff (président de la République Fédérale d’Allemagne de l’époque)  ont essayé d’influencer leur délégué », explique-t-il, en référence au président français Nicolas Sarkozy et à celui de l’Allemagne Christian Wulff, en poste à l’époque.
La fédération allemande (DFB), notamment, « a été incitée (par M. Wulff) à voter pour le Qatar à cause d’intérêts économiques ». M. Blatter avait déjà à plusieurs reprises formulé ce type de critiques à l’encontre de la France et de l’Allemagne sans que ça ne provoque de réactions indignées.

 

Un rapport de plus et une nouvelle tartuferie à l’égard d’Israël

0

Le Hamas a peu péché, l’Etat juif a beaucoup failli : telles sont les conclusions de l’enquête du Conseil des droits de l’homme qui poursuit sa traque de la démocratie israélienne.

Le nouveau rapport de la commission d’enquête du Conseil des droits de l’homme (CDH) sur la guerre de Gaza est fidèle aux précédents. Israël est responsable du conflit. Celui-ci a pour origine l’occupation de la bande de Gaza et de la Cisjordanie.

Gaza est libre depuis 10 ans et le blocus qui a suivi est dû aux attaques incessantes du Hamas contre l’Etat juif ? Celui-ci a fini par intervenir après les centaines de roquettes tirées sur sa population ? Cela n’intéresse pas grand monde, et surtout pas les auteurs du rapport. Celui-ci admet tout de même que le Hamas a pu se rendre responsable de crimes de guerre, mais il a tant de compréhension ! Se cacher dans la population pour tirer des missiles par exemple, s’explique tout simplement par la densité qui règne à Gaza.

Israël a refusé de participer à cette mascarade et il était absent lundi au débat de l’ONU. Preuve indubitable de sa culpabilité ?

Comme à chaque épisode, les pays arabes qui font la pluie et le beau temps au CDH décident en coulisse du choix du président, l’un de leurs partisans. Cette fois-ci, le président nommé s’appelait William Schabas, pro-palestinien notoire, qui a rempli un mandat rémunéré pour l’Organisation de libération de la Palestine. C’était un peu gros. Grâce à l’action de la minuscule et formidable ONG UN Watch, Schabas a dû démissionner. Il tout de même sévi durant six mois sur les neuf qu’a duré l’enquête.

On se souvient que le rapport Goldstone avait le même genre de président, et que c’est l’auteur lui-même qui par la suite avait regretté le contenu unilatéral de ses accusations.

Quel Etat accepterait de « collaborer » après avoir été condamné depuis 2006 par 61 résolutions du CDH contre 55 pour le reste du monde ?

Quel Etat accepterait de « collaborer » après avoir été condamné depuis 2006 par 61 résolutions du CDH contre 55 pour le reste du monde ? Des dictatures féroces échappent à toute mise en cause. La prochaine, contre Israël, est sous toit.

Un riche rapport sur le conflit, Filling in the Blanks, a été rédigé par NGO Monitor et UN Watch qui contrebalance heureusement celui du CDH.

Une rente à vie grâce aux tueurs

La construction de tunnels destinés à permettre des meurtres en série n’émeut pas plus les auteurs du rapport. Les efforts déployés par l’armée pour éviter au maximum des morts civils, ce qu’aucune autre armée au monde n’a fait dans un conflit, ne comptent pas. Au final, ils espèrent avoir produit de quoi faire condamner Israël pour crimes de guerre.

Combien de résolutions pour condamner les pratiques de l’Autorité palestinienne qui considère les auteurs d’assassinats, par exemple celui dont ont été victimes trois adolescents en juin 2014, comme des martyrs ? Une autorité qui paie des rentes à vie aux familles des tueurs. Combien de résolutions ont blâmé les exécutions sommaires des tyrans de Gaza ? Les invraisemblables discriminations à l’endroit des Palestiniens dans les pays arabes ? Des Palestiniens confinés depuis 1948 dans des camps afin que se reproduisent les « réfugiés » de génération en génération. Les responsables de l’UNRWA –un Suisse actuellement- financent sans ciller ces discriminations.

Et pendant ce temps, les boycotteurs d’Israël réussissent avec un succès croissant à établir dans les pays européens (ailleurs c’est fait) un véritable apartheid à l’endroit des Israéliens et de leurs entreprises. Et des artistes qui se produisent en Occident. Intimidations, menaces et harcèlement sont leurs moyens favoris.

La situation est surréaliste

L’AP comme le Hamas entendent instaurer après la « libération » un Etat islamique sur « toute la Palestine ». La vision de cet Etat par la population est très proche de celle des Talibans, une enquête l’a révélé. Peut-on s’étonner dans ces conditions que de plus en plus de Gazaouites adhèrent à l’Etat islamique qui tente de prendre le pouvoir dans leur enclave ?

Si Israël, seule démocratie de la région, disparaissait au profit d’une théocratie islamiste, que feraient les amis des Palestiniens qui ont toutes les cartes en mains pour connaître la nature des pouvoirs qu’ils soutiennent ? Rien. Ils regarderaient leur œuvre sans l’ombre d’un regret, comme ils le font depuis des décennies face aux dictatures qu’ils ont contribué à créer.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Valette pour Dreuz.info.

La conférence de UN Watch après le débat de l’ONU sur le rapport :

www.unwatch.org/

Tags: ,

Le colonel Richard Kemp dénonce le rapport Schabbas-Davis de l’ONU qui condamne Israël

0

L’officier britannique Richard Kemp a publié un document dans le New York Times du 25 juin dernier. Selon lui, le rapport de l’ONU sur le conflit à Gaza en 2014 est à la fois erroné et dangereux.

Richard Kemp est colonel de l’armée britannique en retraite, et ancien commandant des forces armées britanniques en Afghanistan.

« En tant qu’officier britannique qui a eu plus que sa part de combats en Afghanistan, en Irak et dans les Balkans, cela me chagrine beaucoup de voir des mots et des actions de l’Organisation des Nations Unies qui ne peuvent que provoquer davantage de violence et de pertes de vies.

Le rapport du Conseil des droits de Nations Unies sur le conflit de l’été dernier à Gaza, établi par la juge Mary McGowan Davis, et publié lundi, fera exactement cela.

Le rapport commence par attribuer la responsabilité de ce conflit à Israël à cause de son «…occupation prolongée de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza » et de son blocus de Gaza.

Israël s’est retiré de Gaza depuis 10 ans. En 2007, il a imposé un blocus sélectif uniquement en réponse aux attaques du Hamas et à son importation de munitions et de matériel militaire de l’Iran.

L’été dernier, le conflit, qui a débuté avec une escalade spectaculaire des attaques de roquettes contre les civils israéliens, était une continuation de la guerre d’agression du Hamas.

Sites des bases de lancement de roquettes dans Gaza city

Se permettant une concession inhabituelle, le rapport suggère que le Hamas peut être reconnu coupable de crimes de guerre, mais il légitimise quand même les attaques à la roquette et par les tunnels du Hamas et va jusqu’à sympathiser avec les défis géographiques posés par le lancement de roquettes sur les civils israéliens en estimant que du fait de «la petite taille de la bande de Gaza et de la densité de sa population, il est particulièrement difficile pour les groupes armés de toujours se conformer» à l’obligation de ne pas lancer des attaques à partir de zones civiles.

Il n’y a pas de sympathie pour Israël.

La Juge Davis accuse l’armée israélienne de « violations graves du droit international humanitaire et du droit international des droits humains ». Pourtant, aucune preuve n’est présentée pour étayer ces accusations.

La Juge Davis accuse l’armée israélienne de « violations graves du droit international humanitaire et du droit international des droits humains ». Pourtant, aucune preuve n’est présentée pour étayer ces accusations. Tout se passe comme si les rédacteurs du rapport estimaient que toute mort civile en temps de guerre est forcément illégale.

Se référant aux cas où les attaques israéliennes ont tué des civils dans les zones résidentielles, la juge Davis prétend qu’en l’absence d’informations contraires à la disposition de sa Commission d’enquête, il y a de fortes indications que les attaques israéliennes étaient disproportionnées, et donc constituaient des crimes de guerre. Mais tout ce qu’elle dit n’est que spéculation et présomption de culpabilité.

Le rapport se caractérise par un manque de compréhension de la guerre. Cela n’a rien d’étonnant. La Juge Davis a admis, losque j’ai témoigné devant elle en février, que la commission, même si elle enquête sur une guerre, n’a aucune expertise militaire.

Peut-être est-ce la raison pour laquelle aucun effort n’a été fait pour comparer les opérations militaires israéliennes avec les pratiques des autres armées. Sans ces points de comparaison au niveau international, les conclusions du rapport n’ont aucun sens.

La commission aurait pu écouter le général Martin E. Dempsey, le président du Comité des Chefs d’état-major des États-Unis, qui a dit novembre dernier que l’armée israélienne avait pris des mesures extraordinaires pour tenter de limiter les pertes civiles. Elle aurait pu tenir compte du groupe de onze officiers supérieurs de sept pays, dont les États-Unis, l’Allemagne, l’Espagne et l’Australie, qui a également enquêté sur le conflit de Gaza récemment.

«Aucun des onze officiers supérieurs de sept pays ne connaît une armée qui prend des mesures aussi étendues que celles prises par l’armée israélienne l’été dernier pour protéger la vie de la population civile »

Je faisais partie de ce groupe, et dans notre rapport qui a été mis à la disposition de la juge Davis, il est écrit: «Aucun de nous ne connaît une armée qui prend des mesures aussi étendues que celles prises par l’armée israélienne l’été dernier pour protéger la vie de la population civile ».

Le rapport reconnaît qu’Israël a pris des mesures pour prévenir les civils des attaques imminentes, mais suggère qu’il aurait fallu faire plus pour minimiser les pertes civiles.

Pourtant, le rapport ne donne aucun exemple de mesures supplémentaires qu’Israël aurait pu prendre.

Israël est même critiqué pour l’utilisation de dispositifs explosifs inoffensifs – les «frappes sur le toit» – un dernier avertissement pour faire évacuer les bâtiments ciblés, estimant que ces frappes ont créé de la confusion.

Aucun autre pays n’utilise ces «frappes sur le toit», une munition inventée par Israël dans le cadre d’une série de procédures d’alerte développées par Tsahal et comprenant des messages-texte, des appels téléphoniques et des lâchages de tracts, qui sont reconnus comme ayant sauvé les vies de nombreux Palestiniens.

La juge Davis suggère que l’utilisation par l’armée israélienne de tirs d’artillerie aériens ou venant de chars dans des zones peuplées peuvent constituer un crime de guerre et recommande de nouvelles restrictions juridiques internationales sur leur usage.

Pourtant, ces mêmes systèmes ont été largement utilisés par les forces américaines et britanniques dans des circonstances similaires en Irak et en Afghanistan. Ils sont souvent indispensables pour sauver les vies de nos propres soldats, et leur réduction compromettrait notre efficacité militaire et donnerait l’avantage à nos ennemis.

L’armée israélienne n’est pas parfaite. Dans l’intensité de la bataille et sous le stress, ses commandants et ses soldats ont sans aucun doute commis des erreurs. Certaines armes ont mal fonctionné, l’information était parfois mauvaise et, comme dans toutes les armées, il y a quelques mauvais soldats. Des morts inutiles en ont résultées. Elles devraient faire l’objet d’enquêtes et certains individus devraient être traduits en justice s’il y a des soupçons de culpabilité criminelle.

Les nombreuses morts de civils dans la Bande de Gaza l’été dernier n’étaient pas dues à une tactique ou à une politique israélienne. Elles étaient dues à la stratégie du Hamas.

En blanc : zones non habitées de Gaza

En blanc : zones non habitées de Gaza

En blanc : zones non habitées de Gaza

Le Hamas a délibérément placé ses combattants et ses munitions dans des zones civiles, sachant qu’Israël n’aurait pas le choix que de les attaquer et que cela entraînerait des pertes civiles.

Étant dans l’impossibilité d’infliger des dommages existentiels à Israël par des moyens militaires, le Hamas a cherché à provoquer un grand nombre de victimes parmi sa propre population afin de causer une condamnation internationale et des pressions diplomatiques insupportables sur Israël.

Le rapport de la juge Davis est truffé de contradictions. Elle reconnaît que des précautions militaires israéliennes ont sauvé des vies, pourtant sans preuve aucune, elle accuse «les décideurs au plus haut niveau du gouvernement d’Israël» d’avoir eu pour politique de délibérément tuer des civils.

Le plus incroyable, c’est qu’elle exprime le regret que sa commission ait été incapable de vérifier l’utilisation de bâtiments civils par des «groupes armés palestiniens» tout en reconnaissant ailleurs dans le rapport l’utilisation généralisée par le Hamas d’endroits protégés, y compris des écoles des Nations Unies.

Plus inquiétant encore, la juge Davis prétend être «pleinement consciente de la nécessité pour Israël de répondre à ses préoccupations en matière de sécurité» tout en exigeant que soit «levé immédiatement et sans condition, le blocus de Gaza».

Jointe à l’endossement par le rapport de la version anti-israélienne du conflit qu’a donné le Hamas, cette recommandation dangereuse conduirait sans nul doute à une effusion de sang en Israël et à Gaza. »

Ces critiques n’ont aucunement empêché le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies d’adopter ce vendredi 3 juillet une résolution basée sur le Rapport Davis qui a été concoctée par la délégation palestinienne appuyée par l’Organisation de la conférence islamique.

La résolution condamne le ciblage par Israël de civils innocents. Elle appelle à la mise en œuvre du rapport et de ses recommandations et à mettre fin à l’impunité des responsables israéliens responsables de crimes de guerre présumés.

La résolution ignore complètement les roquettes lancées par le Hamas ainsi que les remarques du Rapport Davis concernant la partie palestinienne.

Les auteurs arabes de la résolution on fait mine d’accepter des adoucissements à leur texte original, beaucoup plus dur, dans lequel il était question de poursuites d’Israël devant la CPI.

Les pays européens dont la France, le Royaume Uni et l’Allemagne ont appuyé la résolution.

En tout, 41 pays ont voté en faveur de la résolution.

Seuls les États-Unis l’ont rejetée.

Cinq pays, dont l’Inde et le Kenya, se sont abstenu. Le Canada n’est pas membre de cet organisme.

Pendant ce temps, des affrontements entre Égyptiens et combattants de l’État Islamique font rage dans le nord du Sinaï. Des villageois dont des femmes et des enfants ont perdu la vie.

Tout le monde s’en fiche, à commencer par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies qui n’a adopté aucune résolution de condamnation.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc pour Dreuz.info.

Source des cartes : wikimedia.org

Tags: ,

Qatar financier du terrorisme : les derniers faits donnent raison à Florian Philippot

0

Moralement discutables dans ce choix de clientèle, les avocats français du Qatar Jean-Pierre Mignard et Francis Szpiner, qui ont déposé une plainte en diffamation contre Florian Philippot pour le compte du petit Etat islamique, ne vont pas apprécier la publication de cet article.

Sur Radio classique, Florian Philippot disait que le Qatar et l’Arabie saoudite « financent l’islamisme qui tue ».

Deux vermouths ne faisant jamais mal, le numéro deux du FN remettait ça sur BFMTV, et face au député PS Alexis Bachelay, il déclarait que « le Qatar finance le terrorisme ».

Ce qui n’a pas plus aux islamistes qataris. D’où la rarissime plainte en diffamation.

Et boum : les récents évènements donnent raison à Philippot :

(Aparté : la semaine dernière, j’approuvais en les citant les propos d’un député maire communiste. Aujourd’hui, je soutiens ceux d’un frontiste. Comme je rejette autant les idées des uns que des autres, de l’extrême gauche communiste que celles de l’extrême droite du FN, les cerveaux butés mangeront leur chapeau sans savoir dans quelle case me ranger, les autres comprendront que je ne suis pas manichéen.)

Ironie du sort, c’est de ceux que l’imbécile Philippot a traité « d’ultra droite racialiste israélienne » que vient le salut :

Mercredi 1er juillet, le Shin Bet révélait (1) que courant juin, il a arrêté des membres d’une cellule terroriste dirigée depuis le Qatar d’environ 40 militants du Hamas dans la région de Nablus, permettant ainsi d’éviter une attaque en préparation.

Le Shin Bet dévoilait un certain nombre d’informations autour de l’opération. Les voici, pour Monsieur Philippot – on dit merci à « l’ultra droite racialiste israélienne » :

  • La cellule terroriste de Nablus est dirigée depuis le Qatar par Husam Badran (ou Budran), un porte-parole du Hamas, natif de Nablus.
  • Badran opère sous les ordres de Saleh al-Arouri, le chef des opérations du Hamas en Judée Samarie basé en Turquie.
  • Arouri communiquait avec Budran par des « canaux d’emails », ce qui sous entend des messages relayés.
  • Arouri blanchit des fonds destinés au terrorisme en achetant des bijoux en or, qu’il faisait ensuite transporter à Nablus par la Jordanie.

Par ailleurs, n’oublions pas que depuis 2012, le Qatar héberge Khaled Mashal, le chef en exil du Hamas, quand il a été expulsé de Syrie par Bashar al Assad.

N’oublions pas non plus qu’en août 2014, au milieu de la guerre de Gaza, le quotidien arabe basé à Londres Al-Hayat, citait un officiel du Fatah (2) qui déclarait que « le Qatar a menacé d’expulser Mashal si le Hamas accepte la proposition de paix [avec Israël] avancée par l’Egypte ».

Le diplomate palestinien ajoutait que « l’Egypte refuse que le Qatar joue un rôle dans les négociations pour régler le conflit de Gaza tant que l’émir qatari ne s’excusera pas formellement pour son soutien aux Frères musulmans » – déclarés organisation terroriste en Egypte et en Arabie saoudite.

En 2008, le Qatar faisait fermer les bureaux commerciaux d’Israël à Doha. Son directeur, Eli Avidar, déclara à Associated Press que le Qatar a « une énorme influence » sur le Hamas, et qu’il pousse Mashal a adopter une position extrême vis à vis d’Israël.

« En ce moment, le Qatar est le problème principal, et il ne fait définitivement pas partie des solutions, » écrivait l’attaché commercial dans un email à AP en 2014. « La famille régnante du Qatar doit comprendre que l’émir joue à un jeu dangereux. »

L’Arabie saoudite, les Emirats et le Bahrain ont rappelé leurs ambassadeurs du Qatar en mars 2014, reprochant à l’émir d’avoir violé ses accords de non intervention dans les affaires intérieures de la politique d’autres nations, et son soutien à des groupes qui menacent la stabilité régionale, en référence aux groupes islamistes qui opèrent dans la région.

En juillet de la même année, les Etats Unis bloquaient (3) le transfert de 400 millions de dollars du Qatar qui transitaient par l’Arab Bank, et étaient destinés à payer les salaires de membres du Hamas.

Le 30 décembre 2014, le journaliste Adnan Abu Amer citait Yousef Rizqa, conseiller politique de l’ex premier ministre de Gaza Ismail Haniyeh dans al Monitor (4) :

« Le Qatar n’a pas coupé son soutien et ses relations avec le Hamas quand il [le Qatar] s’est rapproché de l’Egypte. La relation Hamas-Doha est stable, et le soutien du Qatar au mouvement est intense et n’a jamais cessé. De plus, la position du Qatar vis à vis du Hamas est stratégique.”

Le Qatar se sent diffamé d’être accusé de soutenir le terrorisme, et je me sens diffamé quand on me dit que je suis blond. Sauf que je suis blond.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Sources :

(1) timesofisrael.com
(2) ynetnews.com
(3) timesofisrael.com

(4) al-monitor.com

Tags: , ,

« Les dossiers, Politique Française » Qatar financier du terrorisme : les derniers faits donnent raison à Florian Philippot

Paris: les communistes ont dit oui à l’Institut des cultures de l’Islam, non à la création du Centre culturel juif

0

Google map Screen Shot copy

La création du Centre culturel juif européen à Paris 11e indispose les antisémites : Communistes, Front de gauche et EELV avaient voté massivement non lors de la présentation du projet au Conseil de Paris le 26 mai dernier, après avoir allègrement voté les crédits pour la création de l’Institut des cultures de l’Islam qui comprend une mosquée.

La Maire de Paris, Anne Hidalgo, le Maire du 11e, François Vauglin, soutenus à l’unanimité par les groupes Socialiste et UMP du Conseil de Paris ont voté en faveur du projet, et la majorité l’a emporté.

Le Conseil de Paris ayant voté, la décision de vente par la Ville de Paris d’un immeuble qui abritait jusque là les services d’EDF a été prise, suivie d’une présentation du projet lors d’une assemblée des habitants du quartier Nation Alexandre Dumas, où se trouvera le Centre culturel juif européen, au 69 bd de Charonne à Paris 11e.

Rejetant conformément à son héritage ce vote démocratique qui lui déplait, et malgré l’enthousiasme des habitants du quartier, les communistes du 11e arrondissement de Paris ont alors lancé une campagne de diffamation.

Ils ont fait circuler une pétition contre la vente et pour faire annuler la création de cet Institut culturel et universitaire juif européen.

Leurs arguments :

« Au moment où se développe la démocratie participative, cette vente de gré à gré se fait sans aucune concertation avec la population et notamment les riverains ».

Mensonge ! explique Jean François Strouf, responsable Communication/Projets du Centre Communautaire de Paris et de l’Institut Universitaire Elie Wiesel : Lors du vote au Conseil de Paris, François Vauglin avait déjà balayé cet argument, en rappelant que « les porteurs de projet » étaient venus le présenter, justement dans le cadre de cette démocratie participative, au cours d’une assemblée générale du Conseil de Quartier Nation Alexandre Dumas le 31 mars dernier, et que l’assemblée générale s’était prononcée en faveur de cette vente à l’unanimité moins une voix d’abstention, après des échanges entre le Maire du XI, les porteurs du projet et les riverains.

« La Mairie de Paris, malgré l’opposition des communistes, des écologistes et des radicaux s’apprête à vendre l’ancien bâtiment utilisé par Edf au 69 bd de Charonne à une association confessionnelle ».

Après avoir tenté l’argument antisioniste, et s’être aperçu que l’amalgame juif et sionisme ne passait pas, les communistes reconnaissent avoir des sentiments différents selon qu’une association confessionnelle soit musulmane ou juive. N’est-ce pas une des définitions de l’antisémitisme que de vouloir interdire aux juifs ce qui est autorisé à d’autres ? A moins que ce soit les prémices d’un Apartheid bien compris…Jamais arrêtés par une distorsion de la réalité, les communistes savent d’ailleurs parfaitement que cet institut n’a pas prévu l’installation d’une synagogue. L’auraient-ils décidé que leur refus serait d’une moralité encore plus vilaine.Et « juif » ne peut pas être réduit à sa dimension confessionnelle, les communistes sont les premiers à se nourrir de cette idéologie issue de cerveaux juifs qui rejetaient la religion.

Depuis les lois de Pétain, avait-on vu des organisations s’opposer à l’achat par des juifs d’un bien immobilier pour y installer un centre culturel ?

Pourquoi ce refus ?

Les élus communistes de Paris, rappelons-le, ont accueilli et voté avec joie les crédits pour la création de l’Institut des cultures de l’Islam, qui comprendra bien une mosquée, financée en partie par les deniers publics.

Ian Brossat, chef de file des communistes, n’a raté aucune séance photo de l’inauguration de l’Institut des Cultures de l’Islam, et il est intéressant de voire un communiste membre du Conseil d’administration d’un établissement de culte.

En revanche, la création d’un Centre culturel juif européen lui est insupportable, dans ce quartier du boulevard de Charonne, haut lieu de l’histoire juive de Paris.

Le 13 mai 2010, Ian Brossat, dans son intervention, expliquait que la création de l’Institut des Cultures d’Islam « répond, à l’échelle du quartier de la Goutte d’Or, comme de la Ville et de la métropole Parisienne, à une demande forte en termes de savoir et d’art, mais aussi de vivre ensemble ».

Brossat considère en revanche que le vivre ensemble avec les juifs n’est pas souhaitable, et que leur savoir et leur art n’intéressent pas la métropole parisienne.

Le lecteur tirera ses conclusions sur ces préférences aux relents nauséabonds.

A la poubelle “l’homme des droits de l’homme” René Samuel Cassin, père spirituel de la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948 et de la la création de l’Union Européenne…

Aux chiottes les peintres juifs français ! « On dénombre plus de peintres juifs en France dans la première moitié du siècle que dans toute l’histoire du judaïsme…et C’est avec ces peintres que commence la contribution juive à l’art de notre siècle et c’est à Paris que cet art s’épanouit », explique Nadine Nieszawer, experte de l’Ecole de Paris.

Et vive le savoir de l’islam (si bien caché que personne ne l’a découvert).

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Tags: ,

 

NON, Monsieur Barbier, Je n’ai pas PEUR,

0

Monsieur Christophe Barbier,

Vous nous avez récemment mis en garde (les juifs de France) contre LES NOUVEAUX BAAL-ZEBUD. En réponse, et dans un registre comparable, je souhaite prévenir mes coreligionnaires contre L’ OISEAU DE MAUVAISE AUGURE qui s’exprime au travers de votre éditorial.

J’appréciais régulièrement vos éditos. J’ai donc été particulièrement surpris et déçu par LES NOUVEAUX BAAL-ZEBUD que vous avez commis récemment.

Les inepties, provocations et non dits qui le jalonnent ne pouvaient demeurer sans réaction.

Commençons par une réflexion sur le ton de votre édito. Il est docte et péremptoire.

On dirait un maître de cours préparatoire devant ses élèves ignares mais admiratifs devant celui qui possède le savoir. Prêts à «boire» tout ce qui sortira de sa bouche comme une parole de la Torah.

Oui, je fais partie de LA COMMUNAUTE JUIVE

Mais

Je n’ai pas PEUR, je ne me sens pas en état de FAIBLESSE ni en état de PANIQUE.

Je ne suis pas en état de DEFAITE et je suis sûr de ne pas faire un MAUVAIS CHOIX.

Je préfère le choix de l’AUTODEFENSE plutôt que de me laisser assassiner tel Ilan Halimi ou la famille Monsonego à Toulouse en 2012.

Je n’ai pas la sensation de NOURRIR LA VIOLENCE ni d’ EN ACCEPTER LA PERENNITE mais je la considère comme imposée par les circonstances. Je ne me sens plus protégé.

Permettez moi de ne pas partager votre point de vue sur la DISSOLUTION SALUTAIRE de la LDJ au moins tant que vous n’aurez pas dissous les hordes de barbares qui nous veulent « du bien » et qu’on a pu apercevoir dans certaines manifestations (non autorisées)

Je n’ai pas choisi la FUITE vers un AILLEURS qu’ avec un soupçon de mépris, vous nommez un NULLE PART ni commis un acte de DESERTION. J’ai fait mon Alyah en plein jour vers un endroit merveilleux, que je vous souhaite de connaître un jour et qui s’appelle ISRAEL.

Je vous remercie de vous soucier de savoir comment je pourrai me LAVER DE L’ACCUSATION DE LACHETE que pourraient me faire ceux qui resteront. Si ça arrivait je saurais leur répondre.

Vous qualifiez l’ AVATAR ACTUEL DE L’ALYA LAIQUE d’IMPOSTURE ce qui montre à quel point vous méconnaissez la répartition de cette Alya à travers la courte histoire d’Israël et la répartition actuelle de la population israélienne entre religieux et laïques.

Votre analyse de la politique intérieure israélienne est du même accabit et le ton du maître devient encore plus insistant.

Soutenir BENJAMIN NETANYAHU, SES ALLIANCES RADICALES, SES COLONISATIONS EXCESSIVES, SES OPTIONS MILITAIRES CONTESTABLES, LA GUERRE POUR LA GUERRE…..

Croyez vous avoir à faire à une république bananière ? A un dirigeant dictateur ?

Ignorez vous que BENYAMIN NETANYAHU a été élu lors d’ élections démocratiques et qu’il a caracolé récemment avec plus de 80 % d’opinions favorables. (parmi les israéliens). Pensez vous que la situation politique en France soit meilleure ?

En hébreu on dit :« ce que l’on voit d’ici on ne le voit pas de là-bas »

Je vais profiter de notre tête à tête pour vous décrire ce que je vois d’ici, aux antipodes de vos positions.

On ne peut pas qualifier la France de pays antisémite mais plus personne ne nie que l’antisémitisme y est présent au quotidien. L’ancienne forme d’extrême droite s’ est tassée.

La nouvelle d’origine islamiste et de l’extrême gauche, est apparue. Les jeunes élèves juifs ont été contraints de fuir certaines écoles et lycées dans lesquels on ne peut d’ailleurs plus traiter des sujets comme la Choah ou le conflit israélo-palestinien.

Ils ont du se « réfugier » dans des écoles juives bunkérisées. Quand ils rentrent chez eux ils doivent cacher leurs signes extérieurs de judaïsme de peur d’être agressé. Dans les rues de Paris, des « hordes de barbares » provocantes crient : « juifs dehors », « mort au juifs », exhibant fièrement des drapeaux du Hamas et du Hezbolah. Ils brûlent des commerces juifs et tentent de s’attaquer à des synagogues.

Ils menacent les juifs en leur disant venez à (Ville x…) on va vous égorger. Comme si ça ne suffisait pas les médias jettent de l’huile sur le feu, attisent la haine, rendent compte de tout ce qui touche la communauté et /ou Israel de manière honteusement partisane et parfois mensongère. On a l’impression d’assister à un concours entre les médias pour déterminer lequel sera capable de la plus grosse falsification. AFP, FRANCE 24, BFM etc …

Vous n’ignorez aucun de ces arguments même si vous avez soigneusement évité d’en parler. Vous avez trouvé une solution . Enlevons les Kippot, Maguen David, et Tsitsit. Rasons les murs, effaçons nous devant les autres, soyons aussi discret que d’autres s’exhibent sans retenue. Défilons parqués dans un enclos pendant que d’autres manifestent et défilent plusieurs fois par semaine dans toutes les rues des grandes villes. Départissons nous de nos défenseurs. SCPJ et LDJ .

Vous n’avez donné aucun indice pour nous convaincre que la situation va s’améliorer prochainement. Et pour cause, il n’y a pas besoin d’être prophète pour savoir que la situation va continuer à se détériorer. Cette semaine on a encore vu une mascarade dans laquelle un homme en treillis militaire armé, pointait une Kalachnikov sur des gens en plein Paris dans une manifestation pro palestinienne.

Toutes ces raisons font qu’il va falloir vous y faire. Dans les mois à venir, de nombreux juifs français vous diront : « Je suis venu te dire que je m’en vais et tes larmes n’y pourront rien changer ». Je comprends que ça vous dérange. Cette semaine vous avez titré « juifs de France, ont-ils raison d’avoir peur? » Pour moi la réponse est clairement oui s’ils veulent vivre en Juif. Je crains, pour vous, qu’au rythme où vont les choses, en France et dans le monde, vous ne deviez titrer prochainement « Français de France » ont-ils raison d’avoir peur.

Une semaine plus tard il a écrit sur la menace de l’EIIL et j’ai rajouté un complément :

Il est édifiant de constater que dans votre éditorial de cette semaine « LA DIFFRACTION DU LEVANT » vous écrivez déjà (beaucoup plus rapidement que ce que j’avais pensé) « L’EIIL est puissant, il est concentré aujourd’hui sur la conquête de son territoire, mais rien ne l’empêchera demain de jeter la guerre terroriste dans nos villes. C’est donc en son nid qu’il faut l’écraser et la France à tort de ne pas procéder dès maintenant à des frappes aériennes »…. Quand ça se passera je crains que ni vos éditoriaux ni la commission des droits de l’homme à l’ONU, ni même les frappes aériennes (chirurgicales s’il vous plait) ne pourront plus rien y faire.
Il faudra employer de gros, gros moyens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Remy Taieb pour Defense Medias Israel