(Excellentes) Nouvelles sur le projet républicain pour les élections aux USA.

0
1631

Pour la première fois depuis des décennies, le Parti Républicain approuve une plate-forme qui ne comprend pas d’appel à une solution à deux états dans le conflit Israélo-Palestinien. 

La nouvelle formule, approuvée par une large majorité des voix au sein du sous-comité de la plate-forme, omet toute référence à une solution qui permettrait d’établir un Etat palestinien indépendant aux côtés d’Israël.
Selon le texte du document, que le Forward a obtenu à partir d’une source qui n’a pas été autorisée à partager.
Au lieu de cela, le projet dit que c’est à  Israël de déterminer si elle est intéressée à négocier un accord avec les Palestiniens sur la base de retrait territorial de la Cisjordanie.

« Les Etats-Unis cherche à aider à l’établissement d’une paix globale et durable au Moyen-Orient, à négocier parmi ceux qui vivent dans la région, »

« Nous nous opposons à toute mesure visant à imposer un accord ou de dicter des frontières ou d’autres termes, et l’appel à la cessation immédiate de tout financement américain de toute entité qui tente de le faire. Notre parti est fier de soutenir Israël aujourd’hui et toujours « .

En retirant le soutien pour une solution à deux états de sa plate-forme, le comité de la plate-forme républicaine reflète un sentiment croissant parmi les militants désireux de contester l’idée que seul un compromis territorial apportera la paix dans la région.

David Friedman, avocat  et l’ un des conseillers de Trump sur Israël,  est un fervent partisan des colonies juives en Cisjordanie et dirige une opération de collecte de fonds américain pour l’ une des colonies.

La plate-forme républicaine précédente, adoptée en 2012, avait clairement exprimé son soutien à une solution à deux Etats, en déclarant que les républicains « envisagent deux États démocratiques – Israël avec Jérusalem comme capitale et la Palestine -. Vivant en paix et à la sécurité »

Le comité de la plate-forme complète va voter sur la question lundi ou mardi; puis, la convention républicaine approuvera la semaine prochaine.
Une convention fait rarement des changements à la plate-forme retenue.

Le soutien à la création d’un Etat palestinien à côté d’Israël a été la pierre angulaire de la politique américaine au Moyen-Orient et a été adopté par les administrations démocrates et républicaines. Il est également considéré par la commission des affaires American Israel Public, la plus grande organisation de lobbying pro-israélien en Amérique, en tant que principe fondamental.

La politique du gouvernement israélien actuel ne comprend pas de soutien  pour une solution à deux Etats, mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré son intention de poursuivre les négociations fondées sur la notion de deux Etats indépendants vivant côte à côte en paix.

La nouvelle plate-forme républicaine approuvé par le sous-comité reprend également une autre formule  du consensus du gouvernement américain sur le conflit israélo-palestinien, en déclarant:

« Nous rejetons la notion fausse que Israël est un occupant, »
dans les territoires de Cisjordanie.

Les Nations Unies et les États-Unis ont fait référence à la Cisjordanie comme «occupé» depuis qu’Israël a gagné la guerre de 1967.

Le législateur Alan Clemmons de l’état de Caroline du Sud a pris les devants dans l’appel à déposer la mention d’une solution à deux Etats pour y d’inclure un libellé

décrivant Jérusalem comme la «capitale éternelle et indivisible de l’Etat juif. »

Bien que non contraignante, la décision républicaine de ne pas plaider en faveur d’une solution à deux Etats et de déclarer qu’ Israël n’est pas un «occupant» reflètent clairement un changement au sein de la base du parti vers une politique plus semblable à celle de l’aile droite d’Israël.