Le président Donald Trump considère son plan de paix comme un tremplin pour façonner une piste israélo-arabe – même s’il a été rejeté par les Palestiniens au début. Il se prépare pour la deuxième fois à dévoiler le plan de paix presque complet à la mi-juin, après le mois de Ramadan, sous réserve de la situation dans la région, cinq fonctionnaires de l’administration ont informé les médias américains le vendredi 18 mai.

Son gendre et conseiller principal, Jared Kushner, et Jason Greenblatt, son conseiller spécial pour les négociations internationales, avaient initialement reçu l’ordre de boucler les dernières étapes du lancement de l’ambassade américaine à Jérusalem le 14 mai. était en main. Le président a discuté du contenu du plan de paix avec trois dirigeants arabes, le prince héritier saoudien Muhammad bin Salman, l’émir des Emirats arabes unis Sheikh Muhammad bin Zayed, le gouverneur qatarien Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani et le président égyptien Abdel-Fatteh El-Sisi. Informer soigneusement le Premier ministre Binyamin Netanyahu. Le président turc Tayyip Erdogan a été invité à participer, mais il a repoussé l’offre – et ce, avant même qu’il ne crée une crise avec Israël pour sa confrontation meurtrière avec le Hamas à Gaza.

Certains des éléments incorporés dans le plan de paix Trump ont été révélés par  DEBKA Weekly 798  le 27 avril

  • Le plan sera publié à la date prévue par Washington, indépendamment du boycott du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et des dirigeants palestiniens.

  • On s’attend à ce que le monde arabe rejette publiquement le plan tout en le maintenant à flot en proposant de faire des éléments acceptables la base de discussions futures en vue d’un éventuel accord de paix entre les Palestiniens et Israël.

  • En quête d’une mesure d’assentiment palestinien, la Maison Blanche, l’Egypte et les pays du Golfe ont accepté de recruter des personnalités palestiniennes vivant en dehors du domaine de l’AP, qui ont des opinions différentes de l’élite de Ramallah, et seraient prêts à soutenir le plan. Cinq éminents Palestiniens ont été trouvés comme candidats possibles, y compris l’ennemi juré d’Abbas, Muhammed Dahlan.

  • Le Premier ministre israélien émettra une déclaration prudente proposant que le plan Trump soit le tremplin pour des négociations immédiates avec les gouvernements arabes sur certains points mutuellement acceptables. Les émissaires de l’administration ont fait pression sur un large éventail de dirigeants politiques israéliens, à la fois dans la coalition gouvernementale et sur les bancs de l’opposition, qui ont accepté de considérer favorablement le plan Trump et de ne pas l’entraver.

  • Kushner et Greenblatt sont exclusivement chargés de superviser le plan de paix d’une étape à l’autre.

Le plan Trump n’est pas un document définitif. Il est conçu pour donner l’impulsion aux gouvernements arabes clés, notamment les trois émirats du Golfe et l’Égypte, pour s’asseoir avec les États-Unis et Israël et lancer le processus de négociations de paix. Comme ce sera un long processus, les Palestiniens auront l’occasion d’intervenir à un moment donné. En tout état de cause, les gouvernements arabe et israélien devraient mettre en place un mécanisme pour diffuser les questions communes qui seront ouvertes aux Palestiniens cooptatifs.

Les sources qui ont eu accès au texte ont indiqué à DEBKAfile qu’elle traitait en détail les sujets en question, y compris Jérusalem. Ils ont révélé les neuf éléments suivants:

  1.  Un Etat palestinien sera établi avec une souveraineté limitée sur environ la moitié de la Cisjordanie et toute la bande de Gaza.

  2. Israël conservera la responsabilité de la sécurité pour la plus grande partie de la Cisjordanie et des points de passage frontaliers.

  3. La vallée du Jourdain restera sous la souveraineté d’Israël et le contrôle militaire.

  4. Les quartiers arabes de Jérusalem-Est passeront à l’Etat palestinien, à l’exception de la vieille ville, qui fera partie de la Jérusalem israélienne.

  5. Abu Dis à l’est de Jérusalem est la capitale proposée de la Palestine.

  6. La Palestine et la Jordanie partageront la juridiction religieuse sur les mosquées de la ville.

  7. Gaza sera intégrée dans le nouvel Etat palestinien à condition que le Hamas accepte de désarmer.

  8.  Il n’y a aucune disposition dans le plan pour le «droit au retour» des réfugiés palestiniens – mais un mécanisme de compensation sera établi et géré par la communauté internationale.

  9.  Le plan Trump impose la reconnaissance d’Israël en tant que patrie du peuple juif, et la Palestine avec une souveraineté limitée en tant que patrie palestinienne.

 

SHARE
Previous articleYann Moix toujours aussi bon ! Ruquier toujours aussi con !!!
Next articleLES MASCARADES DES NATIONS UNIES – LA REPONSE DU COLONEL KEMP
CONTRIBUEZ VOUS AUSSI A LA DEFENSE D'ISRAEL UN GESTE SIMPLE PARTAGEZ LES PUBLICATIONS ET VOUS MULTIPLIEREZ LA DIFFUSION. Défense Médias Israël est "Likée" par plus de 60 000 Amis et bénéficie de plus de 200 000 vues hebdomadaires et plus de 100 000 interventions sur la page dans plus de 50 pays. La page et le site publient plus de 200 documents chaque semaine, originaux ou adaptés , en français, en anglais et en hébreu. Ses buts sont la lutte contre la désinformation sur Israël, contre le BDS, contre l'antisémitisme, les antisémites et les antisionistes. L'aide et la promotion de l'Alyah.

LEAVE A REPLY