Les « loups solitaires » chassent désormais en meute

0
1220

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé mercredi 15 en soirée que 4 hommes âgés de 16 à 23 ans avaient été arrêtés lundi 13 juillet. Ce groupe projetait de perpétrer un attentat sur un site militaire français.

Dans la foulée de leur arrestation, ils ont été placés en garde à vue dans les locaux de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) à Levallois-Perret.

Selon France Info, le projet d’attentat des trois individus était d’enlever et de décapiter un haut gradé de l’armée française ciblé sur la base militaire de Port-Vendres, près de Perpignan.

Ils « voulaient filmer cet acte barbare et le diffuser sur Internet », ont-ils expliqué aux enquêteurs après être passés aux aveux.

Symboliquement, l’attaque terroriste était programmée pour le 7 janvier 2016, soit un an jour pour jour après l’attentat contre Charlie Hebdo perpétré par les frères Kouachi.

Parmi les trois gardés à vue, deux personnalités se détachent. L’un d’eux, le plus âgé, serait un ancien militaire de la Marine nationale, réformé en 2013, comme l’a souligné Bernard Cazeneuve. C’est lui qui aurait exprimé la volonté de décapiter l’un de ses anciens responsables hiérarchiques.

Le mineur de 17 ans est décrit comme le principal instigateur.

Il avait été signalé pour ses « velléités de départ en Syrie », a expliqué le ministre de l’Intérieur.

Repéré pour son activisme sur les réseaux sociaux, ce jeune homme était en contact avec des djihadistes français, aujourd’hui incarcérés. Il avait fait l’objet d’un entretien administratif par la DGSI en octobre 2014.

http://bcove.me/ihiegn0i