Le monde est depuis longtemps habitué aux voix de la violence et de la haine émanant quotidiennement de Téhéran.

Des foules incitées chantent «Mort à l’Amérique» et «Mort à Israël» sur les places de la ville, tandis que les dirigeants iraniens promettent de détruire Tel-Aviv et d’effacer Israël de la carte.

Il est possible, bien sûr, d’ignorer ces voix ou de minimiser  leur importance. La communauté internationale l’a fait pendant des années, espérant que les Iraniens modéreraient leur rhétorique et pourraient même changer leur comportement. Cela n’est jamais arrivé.

C’est plutôt l’inverse qui s’est produit.
les Iraniens ont étendu la portée de leurs activités subversives à travers le Moyen-Orient – de l’Irak, de la Syrie, du Liban et de Gaza au Golfe Persique et au Yémen.

Les Iraniens ont eu de la chance jusqu’à ce que Donald Trump soit élu président des États-Unis. Ce président non conventionnel a choisi de répondre aux Iraniens en nature – pas seulement avec des avertissements mais avec une action efficace et douloureuse. Son retrait de l’accord sur le nucléaire et les sanctions économiques qu’il a réimposées à l’Iran l’ont poussé au bord du gouffre, menaçant d’éliminer ses exportations de pétrole et de paralyser son économie. Plus important encore, les initiatives de Trump ont, pour la première fois, effrayé les Iraniens en leur faisant croire qu’il pouvait aller plus loin que n’importe quel ancien président et agir pour renverser le régime de l’ayatollah.

Les Iraniens ont répondu – comme d’habitude – par un barrage de dénigrement et de menaces.
Le premier à lancer des menaces était le président iranien Hassan Rouhani, largement considéré comme la voix modérée en Iran. Il a averti que l’Iran agirait pour freiner les exportations de pétrole des pays voisins du Golfe, en premier lieu l’Arabie saoudite, et a même dit à Trump que la guerre avec l’Iran serait la « mère de toutes les guerres ». Trump, cependant, n’est pas Barack Obama. Les menaces de Rouhani ont été rapidement contrées par réponse ferme: «Ne menacez plus jamais  les États-Unis sinon, vous aurez à subir des conséquences que peu de personnes à travers l’histoire ont eu à subir  auparavant … Soyez prudent!

Le commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la Révolution, Qassem Soleimani, qui met en œuvre l’activité terroriste et la subversion de l’Iran dans toute la région, s’est joint au concert d’intimidation.
Soleimani a dit à Trump: «Nous sommes une nation de martyre et nous vous attendons, nous sommes près de vous, où vous ne pouvez même pas imaginer … Venez, nous sommes prêts … Si vous commencez la guerre, nous mettrons fin à la guerre. sachez que cette guerre détruira tout ce que vous possédez.

On ne peut s’empêcher de penser à l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein qui, à la veille de sa chute, a juré de libérer la «mère de toutes les guerres» sur Washington s’il l’attaquait. Ou le chef du Hamas, Ahmed Yassin, qui avant son assassinat se vantait que lui et son peuple aiment la mort et la désirent. Yassin est mort en essayant de fuir le missile qui lui fonçait dessus. Saddam, pendant ce temps, avec son régime et son armée, a disparu au moment où les États-Unis ont décidé d’aller en guerre contre lui.

L’Iran prétend être une puissance régionale mais n’est finalement qu’un pays en faillite qui ne peut  fournir ni emploi ni, plus récemment, de nourriture et d’eau à son peuple. Le régime d’ayatollah ressemble à un volcan, capable d’entrer en éruption à tout moment. Il n’est pas surprenant que les dirigeants iraniens aient plus que jamais peur d’un conflit avec les États-Unis. Comme d’habitude, ils ont parié que le monde aurait peur de leurs menaces. De toute évidence, non seulement ces menaces n’ont pas réussi à décourager Trump, mais elles ont fait apparaître sa  détermination à redonner à l’Iran sa taille marginale et son espace naturel au Moyen-Orient.

Il n’est pas difficile de trouver une raison juste de critiquer la politique américaine au Moyen-Orient. Les Américains manquent d’une compréhension fondamentale de la région et ont tendance à voir ce qui se passe ici uniquement à travers leur prisme américain . Ils font tout ce qu’ils peuvent pour éviter de se lancer dans les sables mouvants du Moyen-Orient et n’ont pas formulé de politique globale à long terme pour résoudre ses problèmes. Mais lorsque les États-Unis décident d’agir, il est préférable de ne pas faire obstacle à cette résolution sans précédent et de ne pas la mettre à contribution. Saddam a appris cela à la dure, tout comme les Iraniens.

Eyal Zisser est chargé de cours au Département d’histoire du Moyen-Orient de l’Université de Tel Aviv.

 

SHARE
Previous articleLe Mossad a déjoué un attentat terroriste iranien en France
Next articleIl n’y aurait que 20 000 (vingt mille) réfugiés palestiniens
et non pas 5 millions
CONTRIBUEZ VOUS AUSSI A LA DEFENSE D'ISRAEL UN GESTE SIMPLE PARTAGEZ LES PUBLICATIONS ET VOUS MULTIPLIEREZ LA DIFFUSION. Défense Médias Israël est "Likée" par plus de 60 000 Amis et bénéficie de plus de 200 000 vues hebdomadaires et plus de 100 000 interventions sur la page dans plus de 50 pays. La page et le site publient plus de 200 documents chaque semaine, originaux ou adaptés , en français, en anglais et en hébreu. Ses buts sont la lutte contre la désinformation sur Israël, contre le BDS, contre l'antisémitisme, les antisémites et les antisionistes. L'aide et la promotion de l'Alyah.