Les arabes font demi tour. Ils ne revendiquent plus le mur des lamentations

0
6083

On venait presque à en douter. On s’attendait à ce que les pays arabes, avec la Tunisie en tête, encouragés par leurs succès diplomatiques proposent des résolutions de plus en plus extravagantes. Mais voilà que leur cynisme est apparu au grand jour. L’énormité de leur proposition a été dénoncée et ils ont été contraints de la retirer.
Il n’y aura donc même pas de vote sur cette  malheureuse initiative.

Les problèmes ne sont pas pour autant terminés. La proposition révisée présentée à la demande palestinienne demeure de reconnaître le Tombeau de Rachel et le Caveau des Patriarches comme sites musulman.

Dans un communiqué de l’UNESCO : 
Le 16 Octobre, la Directrice générale de l’UNESCO a exprimé sa préoccupation devant l’escalade des violences à l’encontre et autour des sites culturels et religieux au Proche Orient.

Aujourd’hui, la Directrice générale réitère sa profonde inquiétude et, dans cet esprit, a lancé des consultations élargies en vue d’encourager les États membres de l’UNESCO à poursuivre un dialogue constructif, en conformité avec le mandat de l’UNESCO.

La Directrice générale déplore les récentes propositions en cours de discussion par le Conseil exécutif de l’UNESCO et qui pourraient être perçues comme des modifications au statut de la Vieille Ville de Jérusalem et ses remparts, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, et qui pourraient en outre aviver les tensions.

La Directrice générale en appelle au Conseil exécutif de l’UNESCO à prendre des décisions qui n’alimentent pas davantage les tensions sur le terrain et qui encouragent au respect du caractère sacré des lieux saints.

La protection du patrimoine culturel ne doit pas être prise en otage, car cela fragilise le mandat et les efforts de l’UNESCO.

« Nous avons tous des responsabilités au regard du mandat de l’UNESCO, à prendre des décisions qui favorisent le dialogue, la tolérance et la paix», a déclaré Irina Bokova. « Cela est particulièrement important pour les jeunes, qui doivent être inspirés et éduqués à la paix. »

Jérusalem est une terre sainte des trois religions monothéistes, un lieu de dialogue pour tous, Juifs, Chrétiens et Musulmans. Jérusalem est une mosaïque de cultures et de peuples, dont l’histoire a façonné l’histoire de toute l’humanité.

La Directrice générale a toujours appelé au dialogue et au consensus afin de faire avancer le mandat de l’UNESCO pour la protection du patrimoine mondial et la promotion de la tolérance et du respect mutuel.