Le double langage suédois

0
1552

Le double langage suédois :

 Ils critiquent Israël mais envoient leurs spécialistes apprendre ses méthodes de lutte anti-terroristes

D’une part, le gouvernement suédois ne manque jamais une occasion de critiquer Israël; D’autre part, l’Académie royale de la guerre envoie une délégation de haut niveau pour apprendre comment se préparer à la guerre contre le terrorisme

Le Gouvernement suédois est considéré comme l’un des plus hostiles à Israël en Europe, ne ratant jamais une occasion de critiquer  son attitude envers les Palestiniens.


Pas plus tard qu’hier ,la ministre suédoise des Affaires étrangères Margot Wallström à appeler à vérifier si Israël était coupable d’exécutions extra-judiciaire des terroristes auteurs d’attentats.

Netanyahu a réagi  à cette déclaration en disant : « Ce qu’elle a dit est scandaleux, immoral, injuste et stupide et faux ».
Netanyahu a expliqué, «les gens se protègent de terroristes qui tentent de les poignarder cherchant à les tuer.  Alors pourquoi combattre les attaques terroristes en France ne constitue pas une exécution aussi ?
La France a abattu un terroriste qui tenait  un couteau. Est-ce que la ministre suédoise des Affaires étrangères veut aussi ouvrir une enquête là bas , ou aux Etats-Unis

Parallèlement , les Suédois ont soif d’apprendre de l’expérience d’Israël dans le traitement des problèmes de sécurité et les préparatifs de guerre anti-terroriste.
Dimanche une délégation de 11 ex-dirigeants de la défense suédoise ainsi que d’anciens cadres dans le secteur privé, par exemple, le PDG d’Ericsson (Le groupe appartient à l’Académie royale de la guerre – un organisme qui étudie et conseille le roi de Suède et le Gouvernement.) Sont arrivés en Israël pour étudier ses méthodes.


Le but de la visite de la délégation de la Suède est de se préparer aux défis futurs en matière de sécurité, le déploiement sur le champ de bataille de l’avenir, les préparatifs face aux catastrophes, l’évaluation des moyens d’action développés en Israël  pour faire face aux actuels et futurs.

Vraisemblablement, le gouvernement de la Suède était au courant de l’arrivée de son éminente  délégation en Israël et peut-être dans une certaine mesure se tient derrière elle. Toutefois, une délégation officielle, ainsi que des groupes professionnels d’autres domaines (Volvo a invité des entreprises israéliennes en Suède il y a quelques mois suite à une visite réussie en Israël, par exemple), sont venus dans le but de développer des relations professionnelles indépendamment de la politique du gouvernement suédois et ce qui se passe au niveau politique bilatéral.

La délégation suédoise a fait le tour du pays et rencontré des responsables de la sécurité, membres de la Knesset, des représentants du ministère des Affaires étrangères et d’autres. Entre autres choses, la délégation a rencontré des membres de la Knesset Yaakov Peri et Margalit. Hier, ils ont  visité les environs de Gaza et une des batteries du Dôme de fer.
En outre, ils recevront un briefing Centre de recherche politique  au ministère des Affaires étrangères Beni Dagan. Ils rencontreront  des officiers supérieurs et visiteront le plateau du Golan.

Sans l’avouer, la crise des réfugiés a généré une pression en Suède et une évidente préoccupation sur le terrorisme. Créant un grand intérêt envers Israël et son expérience dans le domaine. Ajouter à cela le fait que le mois prochain une délégation  de la commission du Parlement suédois des Affaires étrangères est attendue en Israël. La vice-présidente du Parlement suédois est également venue hier en Israël.

Ainsi, alors que le Premier ministre de la Suède et de son ministre des Affaires étrangères ne manquent pas une occasion de se rendre en Israël, la situation n’est pas complètement noire.

Heureusement !!! Il y a encore des gens en Suède qui veulent renforcer leurs liens avec Israël.

Traduit et adapté par Rémy TAIEB pour Défense Médias Israël