Federica Mogherini : L’Islam appartient à l’Europe

0
1584
  1. Discours de  Federica Mogherini lors de

     «Appel à l’Europe V: l’Islam en Europe » le 25 juin 2015

« L’idée d’un affrontement entre l’islam et« l’Occident A trompé nos politiques et nos récits. L’Islam occupe une place dans nos sociétés occidentales. L’ Islam appartient à l’Europe. Il a une place dans l’histoire de l’Europe, dans notre culture, dans notre nourriture et – ce qui importe le plus -. dans le présent et l’avenir de l’Europe « 

« Certaines personnes tentent maintenant de nous convaincre que le musulman ne peut pas être un bon citoyen européen, que plus de musulmans en Europe sera la fin de l’Europe Ces gens ne sont pas seulement trompé sur les musulmans:. Ces gens se trompent sur l’Europe, ils ont pas idée de ce que l’Europe et l’identité européenne sont. « 

« Certaines personnes tentent maintenant de nous convaincre que le musulman ne peut pas être un bon citoyen européen, que plus de musulmans en Europe sera la fin de l’Europe Ces gens ne sont pas seulement trompé sur les musulmans:. Ces gens se trompent sur l’Europe, ils ont pas idée de ce que l’Europe et l’identité européenne sont. « 

« L’État soi-disant islamique met en avant une tentative sans précédent de pervertir l’islam pour justifier un projet politique et stratégique diabolique. Da’esh est le pire ennemi de l’islam dans le monde d’aujourd’hui. Ses victimes sont avant tout des personnes musulmans. L’islam est une victime elle-même. « 

«Je ne crains pas de dire que l’islam politique devrait faire partie de l’image La religion joue un rôle dans la politique -.. Pas toujours pour de bon, pas toujours de la mauvaise religion peut faire partie du processus Ce qui fait la différence est de savoir si le processus. est démocratique ou non. « 

« Peut-être que nous devrions également prendre le temps de rafraîchir les acquis avec certains États membres. Nous avons un problème de cohérence interne. … Nous avons soutenu la campagne « ramener nos filles »pour les filles nigérianes enlevés par Boko Haram. Il y a une telle contradiction entre notre solidarité lorsque ces filles sont loin, et notre manque de solidarité quand ils sont à notre porte. Cela est impossible à maintenir. Dans les jours et les mois à venir, nous devons trouver des solutions non seulement pour les filles au Nigeria, mais pour leurs sœurs et mères et les filles qui sont contraintes de fuir par les mêmes mouvements radicalisés « .

« Toute tentative de diviser les peuples de l’Europe en « nous » et « eux » nous amène dans la mauvaise direction. Les migrants et nous. Les musulmans et nous. Les Juifs et nous, alors que l’antisémitisme n’a pas été vaincu. L ‘«autre» et nous.
Nous avons appris de notre histoire que nous sommes tous l’autre de quelqu’un d’autre. La peur de l’autre ne peut que nous conduire à de nouveaux conflits « .