Il n’y a qu’Is­raël qui m’in­té­resse en ce moment parce que je n’y suis encore jamais allé

0
2277

Inter­rogé sur ce qui le passionne actuel­le­ment, le chan­teur de 64 ans a déclaré culti­ver un véri­table inté­rêt pour la culture juive et par la même répondre à la ques­tion que tant de fans se posaient : pourquoi porte-il une étoile de David autour du cou ?

Il y a bien­tôt un an les fans de Renaud se voyaient quelque peu débous­so­lés en appre­nant que leur idole soute­nait François Fillon. Et si le candi­dat des Répu­bli­cains a été mise à mal depuis par le Pene­lo­peGate, occa­sion­nant par la même la colère de l’in­ter­prète deMistral Gagnant, les fidèles de l’ar­tiste restent en proie à une ques­tion jusque là restée sans réponse : pourquoi après avoir été des années durant un fervent défen­seur de la cause pales­ti­nienne, le chan­teur porte-t-il a présent une étoile de David autour du cou ?

 

La réponse vient d’être appor­tée par l’ar­tiste lui-même dans les colonnes de Paris Match. Et s’il fut un temps où Renaud voulait «  libé­rer la Pales­tine occu­pée » allant jusqu’à propo­ser de «  gommer Israël pour sauver la Pales­tine » – une décla­ra­tion qui lui vaudra même d’être confronté à Guy Bedos, choqué par ses propos, lors de l’émis­sion de Thierry Ardis­son sur France 2 le 26 octobre 2002 –  il est peu de dire que son regard a changé sur la ques­tion.

 

En effet, l’ar­tiste de 64 ans vient de faire une véri­table décla­ra­tion d’amour à Israël et à la culture juive. Inter­rogé sur ce qui le fait rêver, Renaud a expliqué : « J’ai des passions fulgu­rantes mais éphé­mères. La pêche à la ligne par exemple, je m’y suis mis, j’ai adoré ça pendant des années, puis j’ai laissé tomber. Tout comme les voyages. La Cali­for­nie, ça m’a plus pendant les années 1980 mais je n’y vais plus. Pareil pour l’Ir­lande que j’ai adorée. Il n’y a qu’Is­raël qui m’in­té­resse en ce moment parce que je n’y suis encore jamais allé. Je vais m’y rendre en octobre pour donner un concert à Tel-Aviv. Je pren­drai le temps de visi­ter Jéru­sa­lem, ne pas le faire serait une héré­sie. Je ne suis pas reli­gieux mais j’ai plein de copains juifs qui m’ont parlé d’Is­raël, de l’his­toire du judaïsme et c’est pour ça que je porte une étoile de David autour du cou. J’ai décou­vert trop tard la reli­gion et la culture juives, mais elles me fascinent.  Je trouve ça gai, plein de bon-sens, moi qui étais pro-pales­toche à mort ». Et de conclure en répon­dant «  je pour­rais, ouais », à la ques­tion « Pour­rais-tu partir y vivre ?»

Source