Le ministre des Affaires étrangères belge ne veut pas venir faire du tourisme en Israël

0
4263

Le ministre des Affaires étrangères belge Didier Reynders (MR) devait se rendre en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés ce week-end. Il a annulé sa visite  après le refus du Premier ministre Benyamin Netanyahou de le rencontrer, suite au soutien de Bruxelles à l’étiquetage des produits originaires des implantations juives de Cisjordanie.

 

Vidéo de l’entretien

 

Le ministre a déclaré : « À partir du moment où il y a une suspension du dialogue sur le processus de paix au Moyen-Orient entre Israël et l’Union européenne, il y a un premier problème, car c’est de cela que j’aurais surtout voulu parler à l’occasion de la visite. Et, en outre, il y a des complications dès lors sur les rencontres qui étaient programmées. Manifestement, le Premier ministre israélien a suspendu un certain nombre de contacts. »

« Je ne vais donc pas aller faire du tourisme en Israël et dans les Territoires palestiniens« , lance-t-il, indiquant que cette visite était dès lors « reportée » et sera reprogrammée « au début de l’année prochaine« .

« On essuie les plâtres de la réaction israélienne« 

« La décision est manifestement tombée après que la Commission européenne ait annoncé qu’elle allait installer un système, qui est d’ailleurs dans les textes depuis longtemps, sur l’étiquetage des produits issus des colonies, précise-t-il encore. Nous condamnons les colonies, il est donc assez logique que nous veuillons informer les consommateurs de l’origine des produits. Il n’y a pas de boycott, on veut seulement informer correctement sur l’origine des produits. »

La Belgique est en fait la première délégation européenne à se rendre en Israël depuis cette prise de décision au niveau européen. Pour Didier Reynders, la Belgique « essuie donc un peu les plâtres de la réaction israélienne, qui a été très forte », et à laquelle il ne s’attendait pas, d’autant que, dit-il, ce système d’étiquetage est déjà appliqué au Royaume-Uni.

Source RTBF

 

Conclusions :

L’UE qui a tenté, hypocritement,  de faire passer cet acte anti-israélien pour une démarche technique visant « à informer les citoyens européens…. » n’a pas convaincu Israël.
Et pour cause ! 

L’UE qui s’attendait à ce que sa démarche, comme les précédentes, passe comme une lettre à la poste est surprise par la « violence » de la réaction israélienne.

Le ministre Belge, confirme qu’il y a « beaucoup » d’autres conflits dans le monde qui ne suscitent pas une telle réaction de l’UE mais  n’a rien trouvé à répondre quand la journaliste lui parle d’une mesure discriminatoire envers Israël. Il parle de rétablir les contacts.

Nous  soutenons le choix du ministre belge et l’encourageons vivement à rester chez lui.

Il a toujours la possibilité de faire du tourisme à Molenbeek dans son pays pour rencontrer ses amis.

Espérons qu’Israël ne cèdera pas car il est évident que dans le cas contraire l’UE tentera toujours plus  de contraindre Israël à des choix dangereux.