Murad Storm, ex agent infiltré d’al Qaïda : « Les attentats ont un point commun : ils partent des mosquées »

0
1699
Morten Storm, alias Murad Storm ou Murad Storm Ad-Denemarki, est un ancien agent secret des services de renseignement danois qui a pénétré les milieux islamistes

Murad Storm, ex agent secret danois qui a réussi à infiltrer al Qaïda, expliquait à une journaliste de Fox News qu’il n’existe que deux façons de se protéger contre le terrorisme : infiltrer les communautés, et la surveillance électronique. 

Surtout, il insiste sur le fait qu’il faut « renoncer au politiquement correct qui est un non sens et peut provoquer des morts, car [l’islam radical] est un virus et il faut le combattre ».

Peter King, membre du Congrès américain de l’Etat de New York, et président du Conseil de contre espionnage et de renseignement du Congrès américain, affirme qu’il faut mettre toutes les mosquées sous surveillance.

Et il sait de quoi il parle : 60 attentats terroristes ont été évités à New York depuis le 11 septembre 2001, c’est la ville au monde la plus menacée.

« Construire une bonne relation avec les communautés musulmanes est une bonne chose, mais ce n’est pas suffisant, explique King, il faut toutes les mettre sous surveillance ».

Peter King :

« Par exemple, il y a un certain nombre de mosquées ici à Long Island où ils acceptent que la police vienne, où ils accueillent les policiers, où sont organisés des réunions avec les Frères musulmans, des petits déjeuners où les policiers sont invités. Et puis plus tard nous apprenons qu’il y avait des radicaux dans ces mosquées, des jeunes qui déclaraient vouloir faire le jihad.

L’un d’entre eux était même allé en Afghanistan et avait été arrêté parmi les combattants d’al Qaida, et il fréquentait la mosquée, et il avait dit à l’imam qu’il envisageait de se livrer à des activités radicales, et à la même période, ces imams avaient des réunions avec la police. »

Peter King :

« donc il y avait une excellente entente entre la police et les responsables religieux, mais ils n’ont jamais dit à la police ce qui se passait dans la mosquée, et ils ne leur ont jamais révélé ces activités radicales. »

Peter King :

« dans une autre mosquée, des jeunes ont été arrêtés, les musulmans de la mosquée ont reconnu qu’ils étaient radicalisés, mais ils ne l’ont dit à la police qu’après qu’ils soient arrêtés. »

Peter King :

« A Boston, nous avons eu le même scénario. Du coté positif, les frères Tsarnaev s’étaient fait éjecter de la mosquée parce qu’ils s’étaient radicalisés, mais le coté négatif est que les responsables de la mosquée ne l’ont jamais dit à la police. Dans le cas contraire, l’attentat meurtrier du marathon de Boston aurait peut-être été évité. »

Peter King :

« A New York en 2009, il y avait un imam en qui la police de New York avait une totale confiance. Quand le NYPD apprit qu’un fédayin (fédayin = celui qui se sacrifie pour Allah en se faisant exploser) allait arriver à New York pour commettre un attentat dans le métro, ils sont allés voir l’imam pour lui demander de les aider à le repérer. La première chose qu’il fit, il contacta le père du terroriste et l’averti que la police savait ce que son fils préparait ».

Peter King : « donc il faut les deux, la coopération et la surveillance. Car pas assez de mosquées coopèrent avec la police ».

Ma conclusion :

Le danger terroriste est le même aux Etats Unis et en Europe : les mêmes personnes se radicalisent de la même manière avec les mêmes textes. Ils obéissent aux ordres des mêmes versets du même coran pour tuer les mêmes « infidèles ».

Selon les services de renseignement américains – c’est exactement la même chose en Europe mais aux Etats Unis l’information est moins censurée – maintenant que les musulmans vivent par millions dans les sociétés occidentales, le danger ne cessera plus, ni les attentats terroristes. La situation ne s’améliorera pas.

Par conséquent, l’Occident est obligé de constamment surveiller des musulmans pour prévenir les attentats. Au mieux, certains attentats seront évités, mais il sera impossible de les éviter tous. D’énormes ressources humaines et financières devront être mobilisées, et les citoyens devront renoncer à certains de leurs droits à la vie privée dans l’intérêt général.

Les djihadistes seront de plus en plus inventifs, de plus en plus résolus, et de plus en plus nombreux en raison du laxisme ambiant, du politiquement correct, et des programmes d’accueil des « réfugiés ».

Reproduction autorisée avec la mention : © Jean-Patrick Grumberg pourDreuz.info.