Paris: les communistes ont dit oui à l’Institut des cultures de l’Islam, non à la création du Centre culturel juif

0
1365

Google map Screen Shot copy

La création du Centre culturel juif européen à Paris 11e indispose les antisémites : Communistes, Front de gauche et EELV avaient voté massivement non lors de la présentation du projet au Conseil de Paris le 26 mai dernier, après avoir allègrement voté les crédits pour la création de l’Institut des cultures de l’Islam qui comprend une mosquée.

La Maire de Paris, Anne Hidalgo, le Maire du 11e, François Vauglin, soutenus à l’unanimité par les groupes Socialiste et UMP du Conseil de Paris ont voté en faveur du projet, et la majorité l’a emporté.

Le Conseil de Paris ayant voté, la décision de vente par la Ville de Paris d’un immeuble qui abritait jusque là les services d’EDF a été prise, suivie d’une présentation du projet lors d’une assemblée des habitants du quartier Nation Alexandre Dumas, où se trouvera le Centre culturel juif européen, au 69 bd de Charonne à Paris 11e.

Rejetant conformément à son héritage ce vote démocratique qui lui déplait, et malgré l’enthousiasme des habitants du quartier, les communistes du 11e arrondissement de Paris ont alors lancé une campagne de diffamation.

Ils ont fait circuler une pétition contre la vente et pour faire annuler la création de cet Institut culturel et universitaire juif européen.

Leurs arguments :

« Au moment où se développe la démocratie participative, cette vente de gré à gré se fait sans aucune concertation avec la population et notamment les riverains ».

Mensonge ! explique Jean François Strouf, responsable Communication/Projets du Centre Communautaire de Paris et de l’Institut Universitaire Elie Wiesel : Lors du vote au Conseil de Paris, François Vauglin avait déjà balayé cet argument, en rappelant que « les porteurs de projet » étaient venus le présenter, justement dans le cadre de cette démocratie participative, au cours d’une assemblée générale du Conseil de Quartier Nation Alexandre Dumas le 31 mars dernier, et que l’assemblée générale s’était prononcée en faveur de cette vente à l’unanimité moins une voix d’abstention, après des échanges entre le Maire du XI, les porteurs du projet et les riverains.

« La Mairie de Paris, malgré l’opposition des communistes, des écologistes et des radicaux s’apprête à vendre l’ancien bâtiment utilisé par Edf au 69 bd de Charonne à une association confessionnelle ».

Après avoir tenté l’argument antisioniste, et s’être aperçu que l’amalgame juif et sionisme ne passait pas, les communistes reconnaissent avoir des sentiments différents selon qu’une association confessionnelle soit musulmane ou juive. N’est-ce pas une des définitions de l’antisémitisme que de vouloir interdire aux juifs ce qui est autorisé à d’autres ? A moins que ce soit les prémices d’un Apartheid bien compris…Jamais arrêtés par une distorsion de la réalité, les communistes savent d’ailleurs parfaitement que cet institut n’a pas prévu l’installation d’une synagogue. L’auraient-ils décidé que leur refus serait d’une moralité encore plus vilaine.Et « juif » ne peut pas être réduit à sa dimension confessionnelle, les communistes sont les premiers à se nourrir de cette idéologie issue de cerveaux juifs qui rejetaient la religion.

Depuis les lois de Pétain, avait-on vu des organisations s’opposer à l’achat par des juifs d’un bien immobilier pour y installer un centre culturel ?

Pourquoi ce refus ?

Les élus communistes de Paris, rappelons-le, ont accueilli et voté avec joie les crédits pour la création de l’Institut des cultures de l’Islam, qui comprendra bien une mosquée, financée en partie par les deniers publics.

Ian Brossat, chef de file des communistes, n’a raté aucune séance photo de l’inauguration de l’Institut des Cultures de l’Islam, et il est intéressant de voire un communiste membre du Conseil d’administration d’un établissement de culte.

En revanche, la création d’un Centre culturel juif européen lui est insupportable, dans ce quartier du boulevard de Charonne, haut lieu de l’histoire juive de Paris.

Le 13 mai 2010, Ian Brossat, dans son intervention, expliquait que la création de l’Institut des Cultures d’Islam « répond, à l’échelle du quartier de la Goutte d’Or, comme de la Ville et de la métropole Parisienne, à une demande forte en termes de savoir et d’art, mais aussi de vivre ensemble ».

Brossat considère en revanche que le vivre ensemble avec les juifs n’est pas souhaitable, et que leur savoir et leur art n’intéressent pas la métropole parisienne.

Le lecteur tirera ses conclusions sur ces préférences aux relents nauséabonds.

A la poubelle “l’homme des droits de l’homme” René Samuel Cassin, père spirituel de la déclaration universelle des droits de l’homme en 1948 et de la la création de l’Union Européenne…

Aux chiottes les peintres juifs français ! « On dénombre plus de peintres juifs en France dans la première moitié du siècle que dans toute l’histoire du judaïsme…et C’est avec ces peintres que commence la contribution juive à l’art de notre siècle et c’est à Paris que cet art s’épanouit », explique Nadine Nieszawer, experte de l’Ecole de Paris.

Et vive le savoir de l’islam (si bien caché que personne ne l’a découvert).

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Tags: ,