Un État indépendant contrôlant ses propres frontières, la « Palestine » serait donc libre d’importer des camions chargés d’armes iraniennes.

Les près de 700 roquettes tirées sur Israël depuis la bande de Gaza par le Hamas et le Jihad islamique palestinien au début du mois de mai ne constituaient pas une nouvelle vague de la même mini-guerre entre Israël et le Hamas à laquelle le monde s’était habitué. Quelques semaines à peine avant le lancement du «pacte du siècle» du président américain Donald Trump, les roquettes offrent 700 affirmations éclatantes indiquant pourquoi un État palestinien ne doit pas être créé.

Pendant des années, la communauté internationale a harcelé Israël pour qu’il quitte Gaza. On a dit aux Israéliens que si seulement «l’occupation» prenait fin, les Gazaouis embrasseraient la paix. La présence de soldats israéliens et de communautés juives à Gaza constituait un obstacle à la paix et, une fois Israël retiré, les Palestiniens à Gaza n’auraient plus aucune raison d’attaquer Israël, ont-ils déclaré. «Si même un seul missile était tiré sur Gaza depuis Israël», l’armée israélienne serait justifiée de réoccuper la région, ont-ils déclaré.

À ce moment-là, de nombreux experts militaires israéliens ont mis en garde que le retrait était un plan dangereux. Ils croyaient que Gaza était une ceinture de sécurité vitale pour le sud d’Israël et un tampon entre Israël et une Egypte de plus en plus instable. Ils ont fait valoir qu’une bande de Gaza sous contrôle palestinien deviendrait un terrain fertile pour les terroristes islamistes et un gigantesque dépôt de stockage d’armes à utiliser contre Israël.

Mais finalement, la pression internationale est devenue insupportable. Les brimades constantes des fonctionnaires du département d’État américain, des émissaires de l’Union européenne et des chroniqueurs du New York Times ont porté les dirigeants politiques israéliens à rude épreuve. Ils ont décidé de jouer un pari. En 2005, sans exigences ni conditions préalables, Israël a retiré tous ses soldats de Gaza et expulsé de force tous les 10 000 résidents juifs de la région.

Pour les promoteurs de concessions territoriales israéliennes, Gaza était censée créer le précédent dont ils espéraient qu’il se reproduirait bientôt en Judée-Samarie.

Gaza est au contraire devenue l’illustration la plus explicite de la raison pour laquelle abandonner la Judée-Samarie à une Autorité palestinienne hostile et extrêmement corrompue est une idée dangereuse.

Imaginez à quoi auraient ressemblé les actions des Palestiniens à Gaza si les factions militaires terroristes avaient été des Palestiniens de Cisjordanie agissant depuis l’intérieur d’un État palestinien en Cisjordanie.

Malgré la tournure plaisante de la phrase, il n’existe pas de «État palestinien démilitarisé». Un État indépendant contrôle ses propres frontières. La «Palestine» serait libre d’ouvrir ses frontières aux camions qui embarquent des armes iraniennes.

Si Israël essayait d’intervenir, il serait accusé d’avoir violé la souveraineté palestinienne, dénoncé à l’ONU et menacé de sanctions de la part de l’UE.

Maintenant, à propos de ces 700 roquettes: Un État palestinien en Judée-Samarie voudrait dire que la frontière avec la Palestine atteindrait les banlieues de Jérusalem et de Tel Aviv. Ces 700 fusées pourraient avoir visé le Mur des Lamentations dans la vieille ville de Jérusalem, la Knesset ou des avions à passagers atterrissant à l’aéroport international Ben Gourion.

Les terroristes et leurs roquettes disparaîtront rapidement derrière les boucliers civils des vergers, des tunnels et des lieux sûrs palestiniens. Le gouvernement palestinien déclarerait que les attaques étaient «regrettables» mais qu’ils «ne peuvent contrôler tous les éléments extrémistes».

La Palestine continuerait à accumuler un énorme arsenal d’armes – comme le Hamas et le Jihad islamique l’ont fait à Gaza, et tout comme le Hezbollah l’a fait dans le sud du Liban – et Israël serait impuissant à l’arrêter sans déclencher une guerre préventive ni inviter à la colère la communauté internationale.

Il existe de nombreuses autres raisons de s’opposer à la création d’un État palestinien en Cisjordanie. Il est probable qu’un Israël considérablement réduit ne sera pas en mesure de prospérer économiquement et d’avoir de la place pour de nouveaux immigrants, que ses villes deviendront insupportablement surpeuplées et deviendront de plus en plus invivables. Il y a aussi la tragédie pour les Juifs de ne pas pouvoir visiter les sanctuaires bibliques juifs tels que la grotte des patriarches à Hébron et le tombeau de Rachel à Bethléem.

Il existe également le risque que l’expulsion forcée en masse de centaines de milliers d’Israéliens de ces territoires provoque un conflit civil généralisé en Israël.

Mais pour l’instant, gardons à l’esprit que la sécurité nationale de tout Israël est en jeu. Ces 700 fusées étaient le rappel dont nous avions besoin.

Source :https://www.israelhayom.com/opinions/700-reasons-not-to-establish-a-palestinian-state/

SHARE
Previous articleLes israéliens sont nuls
Next articleLa dégénérescence du groupe islandais
CONTRIBUEZ VOUS AUSSI A LA DEFENSE D'ISRAEL UN GESTE SIMPLE PARTAGEZ LES PUBLICATIONS ET VOUS MULTIPLIEREZ LA DIFFUSION. Défense Médias Israël est "Likée" par plus de 60 000 Amis et bénéficie de plus de 200 000 vues hebdomadaires et plus de 100 000 interventions sur la page dans plus de 50 pays. La page et le site publient plus de 200 documents chaque semaine, originaux ou adaptés , en français, en anglais et en hébreu. Ses buts sont la lutte contre la désinformation sur Israël, contre le BDS, contre l'antisémitisme, les antisémites et les antisionistes. L'aide et la promotion de l'Alyah.

Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/4/d578072415/htdocs/Wordpress/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 353

LEAVE A REPLY