L’Australie a déclaré lundi qu’elle avait mis fin à l’aide directe à l’Autorité palestinienne parce que les dons australiens pourraient accroître la capacité de l’organisme autonome à payer les Palestiniens reconnus coupables de « violence à motivation politique ».

La ministre des Affaires étrangères, Julie Bishop, a déclaré que l’Australie avait coupé le financement du Fonds fiduciaire multidonateurs de la Banque mondiale pour le programme de relance et de développement palestinien après avoir écrit à l’Autorité palestinienne fin mai pour s’assurer que les fonds australiens ne seraient pas versés aux criminels palestiniens.

« Je suis convaincu que les fonds australiens versés à l’Autorité palestinienne par la Banque mondiale ont été utilisés comme prévu, mais je crains qu’en fournissant des fonds pour cet aspect des opérations de l’Autorité palestinienne, il lui soit possible d’utiliser son propre budget pour financer] des activités que l’Australie n’appuierait jamais », a déclaré M. Bishop dans un communiqué.

« Toute assistance fournie par l’Organisation de libération de la Palestine aux personnes reconnues coupables de violences politiques est un affront aux valeurs australiennes et sape la perspective d’une paix véritable entre Israël et les Palestiniens », a-t-elle ajouté.

Le don annuel de 10 millions de dollars australiens (7,4 millions de dollars) au fonds fiduciaire sera dorénavant redirigé vers le Fonds humanitaire des Nations Unies pour les Territoires palestiniens qui fournit aux Palestiniens vulnérables des soins de santé, de la nourriture, de l’eau et des abris.

L’Australie a alloué 43 millions de dollars australiens (32 millions de dollars) à l’aide humanitaire dans la région pour l’exercice en cours, qui a débuté le 1er juillet.

En mars, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a félicité le gouvernement américain pour avoir promulgué une loi qui suspendait une aide financière aux Palestiniens sur les allocations versées aux familles des terroristes palestiniens tués ou emprisonnés dans des combats avec Israël.

Le Taylor Force Act, du nom d’un Américain tué en Israël par un Palestinien en 2016, a été intégré dans un projet de loi sur les dépenses de 1,3 milliard de dollars signé par le président Donald Trump.

Netanyahu a qualifié la loi de « signal fort des Etats-Unis qui changent les règles » en coupant « des centaines de millions de dollars à l’Autorité Palestinienne qu’ils investissent dans l’encouragement du terrorisme ».

Le sénateur australien Eric Abetz s’est félicité de la position de Bishop.

 

« La décision ferme et décisive du ministre Bishop de veiller aujourd’hui à ce que l’Autorité palestinienne ne puisse plus utiliser notre aide pour libérer de l’argent dans son budget pour le terrorisme promu par l’Etat est très positive », a déclaré M. Abetz.

« Il est essentiel que nous nous assurions que notre aide étrangère ne soit pas dépensée pour la promotion du terrorisme, et que l’acheminement de notre aide vers les territoires palestiniens par l’intermédiaire des Nations Unies donne une plus grande assurance que ce que la comptabilité  de l’Autorité palestinienne produit « , a-t-il ajouté.

Source

LEAVE A REPLY