BDS se la joue victime ©

0
1633

Le rapport constate que des tentatives pour entraver les actions de BDS Boycott, Désinvestissement lors de campagnes sur les campus universitaires sont de plus en plus fréquentes.

Les Organisations pro-israéliennes ciblent de plus en plus des groupes pro-palestiniens aux États-Unis, selon un rapport publié par deux groupes de défense des droits juridiques mercredi.

Soutenez et défendez Israël dans les médias. Likez et faites Liker la page Defense Media Israel.
Rejoignez les 2100 personnes qui suivent ses publications en français, hébreu et anglais.
Commentez, Likez et surtout Partagez ses articles.
https://www.facebook.com/pages/Defense-Medias-Israel/686229358131081

10547463_10154496966650624_2580164620736644936_n


Dans un rapport rédigé en collaboration avec le Centre pour les droits constitutionnels, ledit groupe juridique ‘Palestine juridique’,  a dû faire face à près de 300 incidents de tentative de suppression du pro-activisme Palestinien  et sa rhétorique ces 18 derniers mois.

«Ces chiffres ne rende pas compte de toutes leurs actions « , s’est plaint Dima Khalidi, directeur juridique du mouvement la ‘Palestine juridique’. « Ils ne sont vraiment que la pointe de l’iceberg car beaucoup d’incidents ne sont pas signalés. »

Le rapport a constaté que, massivement, ces incidents ont eu lieu sur les campus universitaires, qui sont devenus l’objet de la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) au cours des dernières années.

Le mouvement encourage les organisations et institutions à boycotter et se désinvestir d’Israël jusqu’à ce que «les droits fondamentaux des citoyens arabo-palestiniens d’Israël» soeint reconnus.

BDS est désigné comme antisémite par plusieurs groupes pro-israéliens et le gouvernement israélien. Le Magnat des casinos Sheldon Adelson a tenu une réunion à huis clos des milliardaires et des militants pro-israéliens en Juin pour tenter de lutter contre les efforts visant à se désinvestir d’Israël.

Les auteurs du rapport affirment que l’amalgame entre activisme pro-Palestinien et antisémitisme est l’un des principaux outil des groupes pro-israéliens pour tenter de limiter les activités de BDS.

Les actions des pro-israéliens référencées dans le rapport incluent des enquêtes criminelles, des poursuites judiciaires contre BDS et la suspension de groupes d’étudiants pro-palestiniens.

Plus de 175 membres du corps professoral de 16 collèges de New York ont écrit une lettre ouverte à la City University de New York en Septembre 2014, alléguant que des groupes d’étudiants pro-palestiniens étaien traités injustement, par rapport à d’autres groupes d’étudiants.Le rapport a également mentionné un incident en mai, quand un groupe inconnu a lancé un site Web « Canary Mission » (Mission canarie) qui profile les personnes associées à des groupes d’étudiants pro-palestiniens, pour dissuader les employeurs potentiels de leur embauche.

« Il est de votre devoir d’assurer que les radicaux d’aujourd’hui ne seront pas les employés de demain », averti. le site de Canary Mission.

Sur les 152 incidents à l’encontre de ‘Palestine juridique’ en 2014, seulement 12 ne sont pas liés aux campus. En 2015 sur 140 incidents,  28 qui ne sont pas liés campus.

« Nous ne parlons pas seulement d’une poignée d’incidents isolés », a déclaré Khalidi. « Ceci est vraiment un problème de plus en plus courant qui affecte des centaines de personnes à travers le pays. »(pleurnichent les activistes NDLR)

Le rapport affirme que des dizaines de groupes pro-israéliens sont connectés à des tentatives et dénonce ces actions comme des tentatives pour réprimer la liberté d’expression. L’Organisation sioniste d’Amérique (ZOA), l’Initiative AMCHA et StandWithUs font parti de ces groupes les plus actifs aux côté de Canary Mission

Roz Rothstein, PDG du groupe pro-israélien  StandWithUs, a critiqué le rapport. Elle a dit que les militants pro-palestiniens aux États-Unis sont tout simplement bouleversés parce qu’ils voulaient continuer tranquillement leur travail de sape qui était à la fois antisémite et anti-israélien.

« Les harceleurs réclament le statut de victime », a déclaré Rothstein. «Ils harcèlent la communauté des pro-Israéliens sur les campus et ils pleurent qu’ils en sont les victimes. »

Roz a dit qu’elle estime que le travail de sape de ces groupes est antisémite parce qu’il répond aux «critères des 3D de l’antisémitisme », défini comme la Diabolisation, Doubles standards et de Délégitimation.

« Si vous appliquez les 3DS, c’est l’antisémitisme et ils peuvent pleurer autant qu’ils veulent,  ils  répondent à la définition d’antisémite, » dit-elle.

Le Center for Constitutional Rights ‘Palestine juridique’ appelle les universités à être plus sensibles aux actions des groupes pro-israéliens car il les accuse de vouloir supprimer le droit des groupes pro-palestiniens à la liberté d’expression.

Ils ont également appelé le gouvernement américain à être plus clair sur la différence qu’il y a entre critiquer les politiques israélienne et l’antisémitisme.

The Guardian – adaptation JForum