Pourquoi n’y a -t-il pas d’état palestinien ?

0
424

 Si Israël permettait juste aux Palestiniens d’avoir leur propre état, il y aurait la paix au Moyen-Orient, n’est-ce pas?

C’est ce que vous entendez des ambassadeurs des Nations Unies, des diplomates européens et de la plupart des professeurs d’université. Mais que se passerait-il si je vous disais qu’Israël a déjà offert aux Palestiniens leur propre état – et pas seulement une fois, mais à cinq occasions différentes?

Vous ne me croyez pas?

Passons en revue le dossier.

Premier rejet
Après la dissolution de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a pris le contrôle de la plus grande partie du Moyen-Orient, y compris la zone qui constitue l’Israël moderne. Dix-sept ans plus tard, en 1936, les Arabes se rebellèrent contre les Britanniques et contre leurs voisins juifs.
Les Britanniques ont formé un groupe de travail – la Commission Peel – pour étudier la cause de la rébellion. La commission a conclu que la raison de la violence était que deux peuples – Juifs et Arabes – voulaient gouverner la même terre. La conclusion de la Commission Peel, était qu’il faudrait créer deux États indépendants – un pour les Juifs, et un pour les Arabes. Une solution à deux états.
La scission suggérée était fortement en faveur des Arabes. Les Britanniques leur ont offert 80% du territoire contesté, les Juifs, les 20% restants. Pourtant, malgré la taille minuscule de leur Etat proposé, les Juifs ont voté pour l’acceptation de cette offre. Mais les Arabes l’ont rejetée et ont repris leur rébellion violente.

Deuxième rejet 
Dix ans plus tard, en 1947, les Britanniques ont demandé aux Nations Unies de trouver une nouvelle solution aux tensions persistantes. Comme la Commission Peel, l’ONU a décidé que la meilleure façon de résoudre le conflit était de diviser la terre. Le 7 novembre 1947, l’ONU a voté pour créer deux états. Encore une fois, les Juifs ont accepté l’offre. Et encore, les Arabes l’ont rejeté, mais cette fois-ci, ils l’ont fait en lançant une guerre totale.
Rejet numéro deux.
La Jordanie, l’Egypte, l’Irak, le Liban et la Syrie ont rejoint le conflit. Mais ils ont échoué. Israël a gagné la guerre et s’est attelée à la construction d’une nouvelle nation. La plupart des terres mises de côté par l’ONU pour un État arabe – la Cisjordanie et Jérusalem-Est – sont devenues des territoires occupés; occupés non par Israël, mais par la Jordanie.

Troisième rejet
Vingt ans plus tard, en 1967, les Arabes, menés cette fois par l’Egypte et rejoints par la Syrie et la Jordanie, ont à nouveau cherché à détruire l’Etat juif. Le conflit de 1967, connu sous le nom de guerre des Six Jours, s’est terminé par une victoire éclatante pour Israël. Jérusalem et la Cisjordanie, ainsi que la zone connue sous le nom de bande de Gaza, sont tombées entre les mains d’Israël.
Le gouvernement se divise sur ce qu’il faut faire avec ces nouveaux territoires. La moitié voulait rendre la Cisjordanie à la Jordanie et Gaza à l’Egypte en échange de la paix. L’autre moitié voulait le donner aux Arabes de la région, qui avaient commencé à se désigner comme les Palestiniens, dans l’espoir qu’ils finiraient par y construire leur propre Etat.

Aucune initiative n’a été très loin. Quelques mois plus tard, la Ligue Arabe s’est réunie au Soudan et a publié son tristement célèbre « Trois Non »: « Pas de paix avec Israël ». Aucune reconnaissance d’Israël. Pas de négociations avec Israël. Encore une fois, une solution à deux États a été rejetée par les Arabes.

SHARE
Previous articleEurope, arrête de donner des leçons à Israël
Next articlePour la première fois: Les rabbins d’Israël appellent à signer une carte Adi pour le don d’organes
CONTRIBUEZ VOUS AUSSI A LA DEFENSE D'ISRAEL UN GESTE SIMPLE PARTAGEZ LES PUBLICATIONS ET VOUS MULTIPLIEREZ LA DIFFUSION. Défense Médias Israël est "Likée" par plus de 60 000 Amis et bénéficie de plus de 200 000 vues hebdomadaires et plus de 100 000 interventions sur la page dans plus de 50 pays. La page et le site publient plus de 200 documents chaque semaine, originaux ou adaptés , en français, en anglais et en hébreu. Ses buts sont la lutte contre la désinformation sur Israël, contre le BDS, contre l'antisémitisme, les antisémites et les antisionistes. L'aide et la promotion de l'Alyah.

LEAVE A REPLY