Réveil ! ……..vous avez dit réveil ?

0
1287

Il y a une dizaine de jours, le Figaro Weekend titrait en première page «  La France se mobilise pour les chrétiens d’Orient » avec une interview de Monseigneur Louis Raphael 1er, Sakho Patriarche de Babylone des Chaldéens, Primat de l’Eglise Chaldéenne et, dans les pages Débats, une tribune de Monseigneur Barbarin Cardinal-Archevêque de Lyon.

C’était l’occasion d’annoncer que L. Fabius présidera le 8 septembre une Conférence Internationale sur les victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient.

Mais la France se mobilise-t-elle vraiment pour les chrétiens d’Orient ?

Depuis plus de deux ans, déjà, de nombreuses organisations et associations lancent des cris d’alarme sur la situation dramatique de la plus ancienne communauté chrétienne au monde sans que cela n’émeuve notre gouvernement.

Le site ABVRA (www.abvra.com) soulignait dès 2013, puis dans son éditorial du 1er septembre 2014 et dans un dossier intitulé « la persécution des chrétiens dans le monde » (rubrique Historique des documents) le drame qui se joue au Proche et Moyen Orient entre autres.

Il est à craindre que cette nouvelle « messe » n’apportera ni réconfort, ni action concrète car l’Occident, siège géopolitique d’une très large majorité des chrétiens, n’a pas la volonté d’agir.

La communauté chrétienne, petite bourgeoise, préfère son confort immédiat, ses 35 heures et ses RTT et doit en outre comme le reste des français faire face à une immigration sauvage incontrôlée, annoncée de longue date sur le plan économique, mais qui prend maintenant un aspect politico-religieux. Au milieu de la masse des victimes des régimes de terreur, essentiellement moyen-orientaux et africains, qui cherchent un refuge en Occident, se glissent les agents du djihad – au mieux prosélytes au pire terroristes – sans que nous ayons la capacité de filtrage.

L’Amérique du Nord, sous la direction d’Obama, a choisi, sous couvert de bonnes relations humaines, non pas de tendre l’autre joue mais d’aller à Canossa à genoux, apportant en offrande l’Europe aveugle et le Moyen-Orient qu’il qualifie doué de raison. Les illustrations sont nombreuses : l’acceptation par les Etats-Unis et l’ONU des achats d’armes par l’Iran qui ne devient plus un délit, en dépit de l’embargo sur les armes décrété par le Conseil de Sécurité pour encore au moins 5 ans ; les défilés organisés par Téhéran au lendemain de la signature de l’accord sur le nucléaire où les mots d’ordre étaient « Mort à l’Amérique, Mort à Israël » et l’annonce il y a quelques jours de grandes manœuvres iraniennes avec tir de missiles balistiques (dont on sait qu’ils peuvent atteindre tous les pays d’Europe occidentale).

La Russie, tenue par ses alliances et son désir de revanche sur l’Occident et l’OTAN, n’est pas décidée à intervenir tant que ses intérêts sont préservés.

L’Amérique du Sud, catholique plus fervente que militante, est loin et fragmentée.

La France, fille ainée de l’Eglise, mais fille dévoyée sans plus de ressources morales ni élan visionnaire et révolutionnaire comme elle l’avait en 1789, voit son gouvernement socialiste brader le patrimoine aux sultans et émirs aux comportements politiques pour le moins douteux.

Qui donc pourra agir ?

L’ONU, organisation garante de la sécurité mondiale et de la morale étatique ? Sa participation au Colloque laisse augurer de l’inefficacité sinon de l’échec d’une telle réunion. Il n’échappe à personne que cette structure est devenue l’exemple même de la corruption intellectuelle et de la perversion de la pensée. A titre d’exemples parmi tant d’autres :

  • l’acceptation par l’ONU de l’inspection des sites nucléaires iraniens par des experts iraniens,
  • l’acceptation que les employés et professeurs de l’UNRWA à Gaza soient membres du Hamas, organisation reconnue terroriste par l’ONU elle-même.

Avec de tels amis, plus besoin d’ennemis.

Alors qu’attendre et de qui ?

La France n’est pas descendue dans la rue pour exiger de son gouvernement une action concrète, ni autre chose que l’octroi de quelques permis de séjour à une centaine de réfugiés syriens.

Peut-on à notre époque laisser perpétrer massacres, égorgements, viols à la chaine, esclavage de tous ordres économiques, sexuels… sans rien faire ? 

Comment accepter qu’une fillette de 11 ans soit vendue comme esclave (150€) sur les marchés de Daesh ? Mais où est passée notre dignité, notre responsabilité de l’autre ?

Laissera-t-on encore longtemps se développer un double langage moral et pervers, connu de tous et accepté par tous ?

Peut-on encore une fois sacrifier les juifs dans l’espoir munichois qu’on va trouver la paix ?

Défenseur de l’Ethique, de la morale et de l’humanité, Israël est à l’avant-poste de l’Occident et de la chrétienté, et pourtant vilipendé, critiqué par ceux-là même qui devraient le louer et le soutenir.

Rappelons-nous la parole de Saint Paul dans sa Lettre aux Romains :

« Ce n’est pas toi qui porte la racine, c’est la racine qui te porte »…Et de Saint Jean (Evangile verset 12) «  le salut vient des Juifs ».

Il est plus que temps de passer aux actes, de se lever, de défendre notre civilisation et d’arrêter la décadence et l’abandon qui ne sont que la traduction de visions électoralistes à court terme.

Alors, tous dans la rue pour imposer à nos gouvernements, nos militaires, nos associations de protéger nos frères en humanité.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pr Patrick Bloch pour Dreuz.info.