au cours des deux dernières semaines, des images horrifiantes de Palestiniens assassinés ont fait surface sur les médias sociaux. Les avions  ont largué des bombes, envoyant des flammes et de la fumée noire dans l’air, suivis par des hélicoptères larguant des bombes-barils improvisées et non guidées. Sur le terrain, dans le camp palestinien assiégé, des bâtiments se sont effondrés et ont enterré des civils vivants sous eux.

Ceux qui ont tenté de fuir le camp ont été arrêtés. Aucun aliment ou médicament n’a été autorisé dans le camp depuis juillet 2013. Environ 200 résidents sont morts de faim ou sont morts faute de médicaments. Les frappes aériennes et les bombardements n’ont pas cessé depuis deux semaines, empêchant les sauveteurs de récupérer les cadavres en décomposition.

Et pourtant, malgré ces horreurs, aucune protestation significative n’a eu lieu dans le monde occidental ou arabe. Les défenseurs traditionnels de la cause palestinienne – ces mêmes personnes qui ont protesté contre les attaques israéliennes sur Gaza – sont restés silencieuses quand le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk près de Damas en Syrie était bombardé par les forces aériennes russes et syriennes, tandis que les milices loyales au régime Assad siège brutal.

 Le silence entourant la brutalisation de toute une population palestinienne révèle quelque chose dont peu ont parlé:

Le sentiment pro-palestinien n’est souvent qu’un sentiment anti-israélien ou anti-américain déguisé. Et quand il s’agit de la population palestinienne mourante et affamée de Syrie, la gauche pro-palestinienne est introuvable.

C’est un double standard flagrant: lorsque les Palestiniens à Gaza subissent des frappes aériennes israéliennes et un blocus de dix ans, leurs souffrances galvanisent les manifestations de masse dans les capitales occidentales. Quand les Palestiniens en Syrie et en Syrie sont bombardés et affamés, la gauche anti-impérialiste se tait ou, pire encore, se tient aux côtés de l’oppresseur.

« Il n’y a pas de peuple » pro-palestinien « . Ils n’existent pas « , m’a dit un Palestinien syrien de Daraa, dont la famille avait été déplacée de Haïfa pendant la guerre de 1948. « Nous, Palestiniens de Syrie, avons été tués, torturés, bombardés et déplacés par le régime d’Assad et nous n’avons reçu aucun soutien de la part des soi-disant » activistes pro-palestiniens « , at-il dit. « Nous sommes les mauvais Palestiniens! »

La guerre civile en Syrie a décimé la communauté syro-palestinienne. Le régime d’Assad et les milices alliées ont détruit la plupart des camps de réfugiés palestiniens dans le pays et assiégé plusieurs d’entre eux. Selon les statistiques compilées par le Groupe d’action pour les Palestiniens de Syrie,
au moins 3 708 Palestiniens ont été tués pendant la guerre
1 673 sont détenus dans les centres de détention du régime d’Assad.
477 Palestiniens et Syriens ont été torturés à mort dans ces installations depuis 2011.

Et pourtant, d’une manière ou d’une autre, ni ces statistiques, ni les images choquantes de Palestiniens émaciés dans le camp de Yarmouk , n’ont conduit à une mobilisation de masse de la gauche « pro-palestinienne » occidentale.

Pourquoi la gauche «pro-palestinienne» est-elle silencieuse à ce sujet? Comment la gauche anti-impérialiste et anti-guerre a-t-elle perdu autant de sa crédibilité en Syrie?

Pourquoi la gauche s’est-elle alignée sur la Russie, un pays engagé dans une intervention militaire pour renforcer son influence au Moyen-Orient, une intervention qui a entraîné la mort de milliers de civils syriens?

Le soulèvement en Syrie a posé un dilemme à la gauche occidentale et arabe: le régime Assad se présente comme une force « anti-impérialiste » et s’aligne sur « l’Axe de Résistance » de l’Iran et du Hezbollah.

Incapable de formuler une vision claire après l’effondrement du communisme, l’extrême-gauche a embrassé tous les acteurs qui défient les États-Unis et Israël, que ce soit la kleptocratie répressive et homophobe de Poutine ou la dictature brutale d’Assad.

Read more: https://forward.com/opinion/400384/the-left-only-cares-about-palestinians-when-it-can-blame-israel/

SHARE
Previous articleSix morts à Gaza dans une explosion peut-être un « accident de travail »
Next articleHollande ou Trump
à qui la honte et l’indignité ?
CONTRIBUEZ VOUS AUSSI A LA DEFENSE D'ISRAEL UN GESTE SIMPLE PARTAGEZ LES PUBLICATIONS ET VOUS MULTIPLIEREZ LA DIFFUSION. Défense Médias Israël est "Likée" par plus de 60 000 Amis et bénéficie de plus de 200 000 vues hebdomadaires et plus de 100 000 interventions sur la page dans plus de 50 pays. La page et le site publient plus de 200 documents chaque semaine, originaux ou adaptés , en français, en anglais et en hébreu. Ses buts sont la lutte contre la désinformation sur Israël, contre le BDS, contre l'antisémitisme, les antisémites et les antisionistes. L'aide et la promotion de l'Alyah.

LEAVE A REPLY