Home Blog Page 3

Au revoir, Juifs-Américains qui prétendent donner des conseils aux Israéliens

0

Au revoir, Juifs-Américains qui prétendent donner des conseils aux Israéliens

Après tout, c’est de notre  vie et de notre pays qu’il est question.

Par Vic Rosenthal

Je veux un divorce. Pas de ma femme, que j’aime tendrement, mais de la communauté juive américaine libérale et progressiste. De ces Juifs américains qui croient avoir un droit spécial de juger et de conseiller l’Etat d’Israël parce que leurs parents étaient juifs.

Je viens de finir de lire  un article de Peter Beinart  dans le Forward qui  blâme Israël pour l’état de la population de Gaza! Son article déforme systématiquement la réalité et ignore les faits fondamentaux (par exemple, le Hamas interdit les fournitures de toutes sortes entrant dans la bande et les détourne à des fins militaires, Gaza a reçu une aide internationale massive pour résoudre les problèmes d’infrastructure, mais l’argent a disparu tunnels et fusées, et plus).

Beinart a fait une carrière très lucrative à partir de l’idée qu’en tant que Juif, ses attaques contre Israël résonneraient – à la fois avec d’autres progressistes juifs et avec les grands réservoirs de soutien disponibles pour tous ceux qui bèleraient efficacement Israël. Malgré le fait que ses arguments sont facilement réfutés et que ses «faits» sont souvent faux, l’argent et la reconnaissance sont dirigés vers ce  Lord 

Votre ADN juif ne vous rend pas plus informé que quiconque et ne vous donne pas plus d’importance dans l’État juif, à moins que vous ne décidiez d’accepter l’offre généreuse qu’il a faite à tous les Juifs partout dans le monde par sa loi du retour.

Le fait que vous ayez eu un Bar ou une Bat Mitzvah ne signifie pas que votre article dans le Forward ou votre lettre au New York Times expliquent pourquoi, en tant que Juif, vous êtes traumatisé par les efforts d’Israël pour défendre sa frontière sud.

Même le fait qu’à un certain moment de votre vie, vous ayez vécu l’antisémitisme ne vous qualifie pas pour parler de la façon dont Israël devrait se comporter envers ses propres ennemis antisémites. Si l’antisémitisme aux États-Unis est un problème pour vous, il y a toujours cette loi du retour.

Le chef de l’Union pour le judaïsme réformé, le rabbin Rick Jacobs, aime à dire que les revendications qu’il fait d’Israël sont faites de « l’amour inconditionnel », parce qu’il veut le «réparer» selon sa notion de  tikkun olam . Ce qu’il appelle «amour», j’appelle l’hypocrisie. Il possède un appartement à Jérusalem. Il devrait y vivre , envoyer ses enfants devenir des soldats de combat dans l’armée, payer des impôts, et apprendre à pratiquer la  conscience situationnelle  quand il marche dans les rues ou monte dans un bus. Alors il pourrait essayer de réparer les choses ici (il donnerait probablement toujours un mauvais conseil, mais au moins il en subirait les conséquences).

Les Juifs américains progressistes ne sont pas différents des non-Juifs américains progressistes. Vous lisez le même New York Times et écoutez le même NPR sur votre chemin de travail. Vous avez voté (deux fois) pour le même Barack Obama et détestez le même Donald Trump tout aussi passionnément. Pour beaucoup d’entre vous , ce ne serait pas une tragédie personnelle si Israël était détruit.

En 2013, 73% des Juifs américains non orthodoxes  étaient mariés en mariages mixtes. 73%! C’était en 2013, et la tendance est à la hausse. Cela implique que votre identification juive diminue, et avec elle tout ce qui vous distingue du reste de la population. Mais non seulement vous assimilez rapidement, vos taux de fertilité sont  loin en dessous du niveau de remplacement . Les Juifs réformés ne comptent en moyenne que 1,7 enfant par femme, alors que les «Juifs sans religion» sont  à 1,5.

Mais il  y a  quelque chose de spécial chez toi. C’est ainsi que vous utilisez votre ADN juif pour justifier des attaques vicieuses et destructrices contre Israël. Vous avez créé J Street, If Not Now et Jewish Voice for Peace. Vous contribuez au New Israel Fund. Toutes sont des organisations dirigées par des Juifs américains progressistes pour diaboliser et délégitimer le seul Etat juif. Et vous pensez qu’en raison de votre parenté juive, vous avez en quelque sorte un droit spécial de le faire!

Students for Justice in Palestine est dirigé par des étudiants d’origine palestinienne ou arabe (bien qu’il y ait naturellement beaucoup de membres juifs). Les Arabes savent qu’il est important de se battre pour leur peuple. Vous ne le faites pas. Vous vous sentez si vertueux de vos «alliances» avec les peuples opprimés du monde, que vous aidez ceux qui veulent opprimer ou tuer votre propre peuple. Vous croyez à tous les mensonges qui sont racontés à propos d’Israël,  même quand c’est clairement impossible , parce que, bien, juste parce que.

Si vous êtes en conflit avec les problèmes,  lisez ce livre:  Industrie des mensonges: Médias, université et conflit israélo-arabe , par Ben-Dror Yemini. C’est un journaliste objectif qui préfère même une solution à deux États, pas un droitier. Vous serez surpris de voir combien de ce que vous pensez savoir sur Israël et ses conflits est faux.

Il y a un objectif à la diabolisation et à la délégitimation, et ce n’est pas pour vous faire sentir bien et obtenir un statut aux yeux de vos collègues activistes. C’est de manipuler l’opinion publique et les systèmes juridiques et diplomatiques internationaux afin que la capacité d’Israël à se défendre physiquement soit paralysée. C’est pour rendre les Etats-Unis moins aptes à approvisionner Israël en temps de guerre, et pour entraîner les soldats et les officiers de Tsahal dans des procédures pénales. C’est aider les ennemis d’Israël à tuer les Juifs et à détruire le pays.

En ce moment vous tendez la main vers vos claviers. « Pas vrai! » Vous tapez, avec colère. « Je suis un Américain juif et j’aime et supporte Israël! »

Peut-être que vous le faites, et peut-être que vos prochains mots ne seront pas « mais Israël est antidémocratique et théocratique et je veux l’aider à s’améliorer. » Si oui, alors au moins une des trois choses s’applique à vous : a) vous êtes orthodoxe, b) vous êtes politiquement conservateur, ou c) vous êtes la rare exception.

Si vous êtes une exception, alors je m’excuse. Cela ne vous concerne pas. Et honnêtement, j’en connais un peu comme toi. Mais seulement quelques-uns.

Pour le reste, je ne peux pas vous excommunier ou vous faire changer de comportement. Je ne peux pas vous empêcher d’agir comme si vous saviez quelque chose quand vous ne le savez pas. Je ne peux qu’affecter mes propres attitudes, et aujourd’hui je comprends que tu ne fais pas partie de ma famille.

Et plus vite vous vous assimilerez et moins vous aurez d’enfants, mieux ce sera pour le peuple juif.

 

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Quel est le problème avec les libéraux juifs américains

0

Quel est le problème avec les libéraux juifs américains

Les Juifs libéraux américains « ne sont pas spécialement liés à Israël parce qu’ils ne sont pas spécialement liés au fait d’être juifs ».

Par Ron Jager, DCI

Maintenant que la poussière s’est installée et que les experts ont eu leur mot à dire sur le fait d’être dans vos droits à critiquer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, il est temps de comprendre pourquoi on considère que soutenir l’Etat d’Israël gouverné par Netanyahou est devenu impossible pour les libéraux juifs.

L’actrice Natalie Portman a expliqué sa décision de boycotter le prestigieux prix Genesis à Jérusalem, également connu sous le nom de «Nobel juif», en disant qu’elle ne voulait pas que sa présence soit considérée comme une approbation du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Elle a choisi de boycotter une cérémonie qui «honore des personnes qui ont atteint l’excellence et la renommée internationale dans leurs domaines professionnels choisis, et qui inspirent les autres par leur engagement et leur dévouement envers la communauté juive et / ou l’État d’Israël».

Boycotter Israël, remettre en cause la légalité des décisions gouvernementales et traiter le chef démocratiquement élu d’Israël comme un paria, encourager les autres à abandonner leur soutien à Israël, sont tous étonnamment similaires en termes de contenu et de langage utilisés par le BDS et les mouvements anti-israéliens. L’Amérique qui favorise la délégitimation de l’État d’Israël, indépendamment des affirmations de Portman selon lesquelles elle ne soutient pas le mouvement BDS.

 Pour un trop grand nombre de Juifs libéraux, Israël est devenu un «oppresseur» des droits. Ils ont essayé à plusieurs reprises de marquer Israël comme une société intolérante. Les Juifs libéraux seront également les premiers à prétendre de manière hypocrite qu’ils sont du côté d’Israël.

Ce qui semble échapper aux Juifs libéraux comme Portman, c’est la composition même de la vie démocratique ici en Israël. Leur compréhension est basée sur des récriminations et de fausses accusations suggérant qu’ils peuvent sauver Israël d’elle même, si seulement Israël adoptait leurs valeurs libérales. Le fait que les Juifs et les Arabes jouissent tous de droits civils et légaux égaux et qu’ils soient soumis à un contrôle judiciaire s’ils estiment que leurs droits démocratiques sont entravés semble toujours leur échapper. Le fait que la Cour suprême d’appel d’Israël ait adopté «l’activisme judiciaire» dans son orientation et qu’elle soit à l’avant-garde de la protection des droits de tous les secteurs de la population en Israël ne semble pas non plus tenir les Juifs libéraux.

Cependant, en divisant Israël en un bon flic, un mauvais flic, et en faisant croire au Premier ministre israélien et à sa coalition au pouvoir une fusion de Dirty Harry et The Chosen pour rendre Israël acceptable pour les Juifs libéraux, on évite le vrai problème. Le problème réside – et je cite ici le libéral juif Peter Beinart –

les Juifs américains libéraux «ne sont pas spécialement liés à Israël parce qu’ils ne sont pas spécialement liés au fait d’être juifs».

Soutenir un Israël qui élit un gouvernement conservateur / de droite / religieux est désordonné, compliqué et soulève trop de questions concernant l’identité juive et l’affiliation juive pour les Juifs libéraux, surtout s’ils veulent s’intégrer dans le Parti démocratique d’aujourd’hui.

Pourtant, quand on considère le mouvement mondial ces dernières années pour délégitimer l’État d’Israël; leur but n’est pas de s’engager ou d’interagir mais de saper et de diaboliser. Leur opposition à Israël n’est pas ouverte à la raison ou à la bonne volonté. En bref, leur haine est inconditionnelle. Comme il s’agit de la réalité géostratégique actuelle qui interpelle Israël, pourquoi est-ce que les Juifs libéraux deviennent si mal à l’aise en exprimant un amour et un soutien inconditionnels envers Israël?

Si Natalie Portman avait accepté le Prix Génèsis ici en Israël, personne n’aurait supposé qu’elle représentait ou approuvait Netanyahu ou n’importe quel autre politicien israélien. Pour les Juifs libéraux, beaucoup de nos débats sur Israël sont devenus grossiers et diviseurs, leur enthousiasme et leur empressement à exprimer un amour dur et critique envers Israël, même lorsqu’ils sont injustifiés et hypocrites, sont devenus la norme acceptée dans leur relation avec Israël.

Mais nous ne pouvons pas aimer le besoin de désapprouver et de dénoncer plus que nous aimons Israël lui-même. Pour les partisans d’Israël, l’amour et le soutien inconditionnels devraient être le sentiment qui devrait l’emporter sur tous les autres; l’émotion qui alimente et donne du sens à nos actions. Je peux défier mon enfant et le réprimander, mais je ne peux jamais oublier de lui montrer l’amour et le soutien inconditionnels. Dans leur zèle libéral à exprimer l’amour critique et dur d’Israël, les Juifs libéraux ont oublié l’amour pur et le soutien inconditionnel.

Au cours des dernières semaines, Noa, une chanteuse de renommée mondiale et similaire à Natalie Portman en Israël elle aussi, juive, et connue pour ses points de vue politiques ultra-libéraux a visité Israël pour rencontrer des Israéliens locaux qui représentent le noyau même de ce libéral. Les Juifs détestent Israël, et c’était sa réaction;

« C’était la partie la plus intrigante pour nous, la raison pour laquelle nous étions venus pour commencer. Enfin, nous pourrions nous plonger dans l’essentiel, écouter l’histoire personnelle de chaque participant, en apprendre davantage sur son mode de vie et ses points de vue, y compris les choses qui sont au cœur de nos différences … et surtout, discuter de nos visions pour l’avenir du pays que nous aimons tous profondément  »

« J’admets que c’était difficile. Voici ces gens doux, généreux, chaleureux … avec un énorme abîme apparemment infranchissable entre nous. Nous avons pensé qu’il faudrait encore beaucoup d’heures de conversation et d’échange d’idées pour gratter le sommet du formidable iceberg de l’incompréhension, de la désinformation et du désaccord, pour tenter de trouver comment et trouver un terrain d’entente … mais nous avons vu une grande importance réunion, car la conversation, même si parfois douloureuse et difficile, était honnête, respectueuse et profonde  »

« La seule chose sur laquelle nous pouvions vraiment nous entendre était notre amour pour Israël et notre souci pour son avenir. »

Alors que Natalie Portman et son groupe de partisans libéraux juifs sondent les implications de son boycott d’Israël et de ses dirigeants politiques démocratiquement élus, je suggère qu’elle repense tout ce qui s’est passé la semaine dernière et se demande si elle veut être associée à ceux qui diffament et calomnient l’État d’Israël, comme étant simplement un autre «idiot utile» autorisant les ennemis d’Israël ou acceptant l’idée que la réalité complexe d’Israël ne peut être exprimée par un point de vue ou une dimension. En tant que réalité complexe qu’Israël inspire et exaspère, il est rempli de joie et de tristesse, mais il nous permet de célébrer des réalisations sans précédent tout en surmontant les défis qui nous attendent.

L’écrivain, un vétéran de l’armée israélienne depuis 25 ans, a servi comme agent de santé mentale sur le terrain. Avant de prendre sa retraite en 2005, il a été commandant de la clinique psychiatrique centrale des soldats de réserve à Tel-Hashomer. Depuis qu’il a pris sa retraite du service actif, il fournit des services de conseil aux ONG qui mettent en œuvre des programmes de psycho-traumatisme et d’éducation psychosociale dans les communautés du nord et du sud d’Israël. Aujourd’hui, Ron est un ancien conseiller stratégique auprès du Bureau de l’Envoyé principal des Affaires étrangères de Judée-Samarie. Pour contacter: medconf@netvision.net.il

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Netanyaou s’entraîne pour le Giro

0

 

La Course mondiale de vélo Giro arrive en Israël !
J’ai dû m’entraîner un peu avec notre excellente équipe.

הייתי חייב להתאמן קצת עם הנבחרת המצויינת שלנו. בואו לעודד אותם!

מרוץ האופניים העולמי ג׳ירו דאיטליה מגיע לישראל! הייתי חייב להתאמן קצת עם הנבחרת המצויינת שלנו. בואו לעודד אותם!

Gepostet von ‎Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו‎ am Mittwoch, 25. April 2018

 

La première fois en dehors de l’Europe!

Le Giro 2018 débutera à Jérusalem … Venez voir des courses incroyables!

Le 4 mai, les coureurs du Giro s’aligneront à Jérusalem pour un contre-la-montre, suivi de deux autres étapes à travers le cœur d’Israël et en passant par ses cinq villes les plus importantes.

Ensemble Défendons ISRAEL

Natalie Portman montre que le vent tourne pour les Juifs américains

0
CANNES, FRANCE - MAY 17: Natalie Portman attends the "A Tale Of Love And Darkness" Photocall during the 68th annual Cannes Film Festival on May 17, 2015 in Cannes, France. (Photo by Mike Marsland/WireImage)
Article traduit d’un journal juif américain « Forward » qui se situe largement à gauche plus proche du BDS que d’Israël. Les passages les plus « forts » ont été marqués en rouge. Le lien se trouve en bas de l’article et si vous cliquez vous pourrez lire, l’article original en anglais mais aussi des commentaires plus délirants et anti israéliens que ceux des organisations gauchistes israéliennes.

Hier après-midi, des nouvelles ont révélé que Natalie Portman ne se rendrait pas en Israël pour recevoir  le prix Genesis à cause des «récents événements en Israël». Portman avait reçu le prix en raison de «son talent, son engagement social et sa profonde connexion à ses racines juives et israéliennes. « 

La nouvelle qu’elle n’accepterait pas son prix a provoqué des ondes de choc à travers les communautés juives américaines et israéliennes. Même si vous n’êtes pas un fan des  Star Wars comme nous le sommes, il ne fait aucun doute que Portman est une idole pour beaucoup dans la communauté juive américaine. Elle est perçue comme un modèle ambitieux mais réaliste: une ancienne élève de l’école juive qui a réussi à devenir une star de cinéma à succès et à obtenir un diplôme de Harvard en même temps. Elle est libérale, bien sûr, mais elle n’est pas bien connue pour être particulièrement franche sur la politique. À bien des égards, elle représente le centre juif américain.

Portman a été rapidement condamnée par beaucoup dans des parties plus conservatrices de la communauté juive américaine. Pendant ce temps, en Israël, l’establishment politique israélien de droite, dirigé par la ministre de la Culture Miri Regev , a immédiatement commencé à faire de Portman la dernière personnalité culturelle à « tomber comme un fruit mûr dans les mains du mouvement BDS ». Le député du Likoud Oren Hazan s’est surpassé en allant jusqu’à suggérer de déchoir Portman de sa citoyenneté israélienne.

Mais en accusant le courage politique de Portman,  l’ épouvantail préféré de la droite , Regev et le reste de la droite ne prennent pas la responsabilité de la réalité qu’ils ont créée.

C’est l’escalade israélienne de la violence contre les manifestants palestiniens à Gaza et le statu quo dévastateur de l’occupation qui exhorte un nombre croissant de Juifs de la diaspora à critiquer Israël.

Juste aujourd’hui, un jeune de 15 ans était parmi les quatre Palestiniens abattus à la frontière de Gaza. Au moment d’écrire ces lignes, Israël a de son propre aveu tué 26 Palestiniens non armés au cours des trois dernières semaines après avoir ordonné aux tireurs d’élite des FDI de tirer des balles réelles sur les manifestants. Le ministère de la Santé de Gaza rapporte que 39 Palestiniens ont été tués.

Ce sont peut-être ces choses qui ont poussé Natalie Portman à ne pas accepter ce prix. Nous ne pouvons pas savoir, puisque Portman n’a pas précisé quels étaient les récents événements en Israël qui lui avaient été extrêmement pénibles », et nous ne voulons pas lui mettre des mots dans la bouche. Mais la blâmer sur BDS – pour une réponse non-violente aux actions d’Israël – plutôt que sur la violence d’Israël montre à quel point l’establishment israélien et les institutions juives américaines qui le soutiennent n’acceptent pas la critique, peu importe d’où elle vient. Cela sape leur argument fatigué selon lequel la critique d’Israël et de l’occupation est intrinsèquement antisémite – Portman est fièrement juive et est  citoyenne israélienne – et montre que son véritable engagement est contre le statu quo de l’occupation, et non la communauté juive ou Valeurs juives

La déclaration de Portman est incroyablement significative, en grande partie à cause de la façon agressive dont les établissements juifs israéliens et américains ont cherché à faire taire même la dissidence la plus tiède.

Plus important encore, sa déclaration montre que le vent tourne contre un soutien inconditionnel aux actions de l’État d’Israël.

Nous, jeunes Juifs, avons le cœur brisé par l’escalade de l’agression israélienne contre les Palestiniens à Gaza, et nous n’approuverons pas une ligne de conduite qui nous conduira à la guerre.

En tant que jeunes Juifs américains, nous prenons des mesures pour nous opposer à l’occupation avec amour dans nos coeurs pour le peuple juif, parce que nous savons que la libération juive est interdépendante avec la libération de tous les peuples. « Vous êtes avec moi ou vous êtes mon ennemi » est une ligne dévastatrice commune parmi la foule Israël-à-tout prix. Mais notre génération a fini par être réduite au silence par l’établissement de dirigeants juifs qui nous appellent ignorants ou déloyaux quand nous ne sommes pas d’accord avec eux.

Nous souhaitons la bienvenue à notre défenseur galactique favori pour la paix et la liberté à notre cohorte de jeunes Juifs américains qui grandissent rapidement et qui savent que nous devons défendre la liberté et la dignité de tous les Israéliens et de tous les Palestiniens.

Natalie Portman rejoint les personnalités importantes des personnalités juives Sarah Silverman et Bernie Sanders ainsi que des milliers de membres d’IfNotNow. Nous sommes fiers d’être juifs, nous sommes confiants dans nos valeurs juives et nous nous engageons à nous exprimer en tant que juifs contre l’occupation et les autres politiques gouvernementales israéliennes (ex: déshumaniser et déporter les réfugiés africains ) qui violent nos valeurs juives.

La cofondatrice du prix Genesis a déclaré dans un communiqué annonçant le prix Portman: «Sans aucun doute, elle est un modèle pour des millions de jeunes juifs du monde entier».

À la lumière de son action hier, nous ne pouvions pas être plus d’accord.

Ethan Miller et Jill Raney sont tous deux membres d’IfNotNow à Washington, DC

Read more: https://forward.com/opinion/399374/natalie-portman-shows-the-tide-is-turning-for-american-jews/

 

Ensemble Défendons ISRAEL

le Département d’État a cessé d’utiliser le terme «occupé» dans les références à la Judée et la Samarie.

0

Dans un important changement de politique, le Département d’État a cessé d’utiliser le terme «occupé» dans les références à diverses régions d’Israël, y compris la Judée et la Samarie.

De: World Israel News Staff

Dans un rapport annuel du Département d’État des États-Unis sur les droits de l’homme, le terme controversé «occupé» a été largement éliminé dans les références à divers territoires dans et à proximité d’Israël. Alors que le terme «occupé» a été utilisé dans de tels rapports depuis l’administration Carter, la version 2017 abandonne ce terme qui est généralement utilisé de manière péjorative pour critiquer la politique israélienne suite aux victoires militaires par lesquelles l’État juif a pris le contrôle de divers territoires.

Le changement intervient après que l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, ait conseillé au département en décembre d’arrêter d’utiliser le terme «trompeur» «occupé» dans les références à la Judée-Samarie.

A l’époque, Friedman a remarqué dans une interview, « Je pense que les colonies [en Judée et Samarie] font partie d’Israël « , ce qui « était toujours l’attente quand la Résolution 242 des Nations Unies a été adoptée. » ont été considérés par tout le monde comme non sécurisé. Il y avait toujours une attente d’expansion [israélienne] en Judée et en Samarie.

Le terme «occupé» est considéré par beaucoup comme une phrase chargée visant à diaboliser Israël en ce qui concerne ses activités dans les zones contestées. Selon l’expert en politique Dan Diker du Centre pour les affaires publiques de Jérusalem (JCPA), «Friedman avance la politique de l’administration Trump pour corriger les erreurs du passé et les idées fausses des diplomates américains. Depuis les accords d’Oslo en 1995, les zones les plus densément peuplées des territoires palestiniens sont désignées comme «zone A» et «zone B», qui sont sous l’autonomie palestinienne et ne sont certainement pas occupées légalement ».

Mark Zell, qui dirige les Républicains en Israël, a commenté à World Israel News en décembre que « l’ambassadeur Friedman se bat contre l’inertie bureaucratique et les Arabes du Département d’Etat ».

En réponse au changement de terminologie du département d’État, le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman, a tweeté ce week-end: «Le mensonge des territoires palestiniens occupés commence à être révélé. Ils disent qu’un mensonge répété assez souvent devient vrai, mais la vérité est toujours plus forte. Le rapport du département d’État en est la preuve.  »
Source

Adapté par Rémy TAIEB pour Defense Medias Israël

Ensemble Défendons ISRAEL

Nathalie Portmann vient de faire une grosse erreur

0
WESTWOOD, CA - FEBRUARY 13: Actress Natalie Portman arrives for the premiere of Paramount Pictures' "Annihilation" held at Regency Village Theatre on February 13, 2018 in Westwood, California. (Photo by Albert L. Ortega/Getty Images)

 

Natalie Portman a annoncé qu’elle ne se rendrait pas en Israël pour accepter le prix Genesis, connu officieusement sous le nom de «Nobel juif», un prix attribué à l’artiste Anish Kapoor, au violoniste Itzhak Perlman, à l’ancien maire de New York Michael Bloomberg, et acteur-réalisateur Michael Douglas.

En prenant cette position publique en ce moment, Portman manque une grande opportunité d’exprimer directement son opposition à la politique du gouvernement israélien (que je partage totalement) dans son pays de naissance et s’expose au mieux comme une militante naïve et découragée ou au pire hypocrite total.

La Fondation du Prix Genesis dit que son prix, qui vient généralement avec un paiement de 1 million de dollars, mais dans le cas de Portman devrait être doublé , « honore les personnes qui inspirent la prochaine génération de juifs grâce à leurs réalisations professionnelles exceptionnelles et à leur engagement envers les valeurs juives et le peuple juif.  »

Si Portman s’était rendue en Israël et avait utilisé sa nouvelle plateforme en tant que star de cinéma internationale , Portman aurait pu défier et inspirer plusieurs générations de juifs – en Israël et à l’étranger – à s’engager pour les valeurs juives et le peuple juif. De nombreux opposants au gouvernement de droite d’Israël croient fermement que ses politiques à l’égard de ses populations minoritaires et de Gaza et de la Cisjordanie voisines sont en violation directe des valeurs juives, ainsi que simplement et pratiquement malavisées.

En refusant de visiter sa patrie et en se mettant ainsi dans la compagnie inconfortable de clowns célèbres tels que Roger Waters ainsi que des éléments du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), Portman banalise ainsi sa propre politique et se retire à peu près de la débat public bruyant en Israël sur la direction de la politique de l’Etat.

Mais plus encore que cela, et où je crois que Portman a malheureusement trébuché, c’est l’hypocrisie de sa position à cet égard. Comme beaucoup de Juifs à l’intérieur et à l’extérieur d’Israël, Portman n’aime pas l’administration israélienne actuelle et ses politiques. Cela ne signifie pas automatiquement qu’elle devrait boycotter le pays et la cérémonie de remise des prix.

Même si je ne connais pas Natalie Portman et ses opinions sur la politique américaine, je pense que c’est une bonne idée qu’elle s’oppose à l’occupant actuel de la Maison-Blanche et aux politiques de son administration. Va-t-elle donc boycotter les cérémonies de remise des prix aux États-Unis tant que Donald Trump (ou, bon Dieu, Mike Pence) est président? Va-t-elle quitter les États-Unis et ne pas remettre les pieds ici jusqu’à ce qu’un démocrate siège dans le bureau ovale? Après tout, elle a vécu comme expatriée en France pendant plusieurs années au cours de la dernière décennie.

Parlant de la France – et de la Grande-Bretagne, de la Hongrie, de la Pologne, de la Turquie, de l’Egypte, de l’Autriche et même de l’Allemagne – Portman boycottera elle aussi ses propres voyages (et honneurs) à toutes les nations. aspects de la « démocratie illibérale »? Si non, pourquoi alors choisir seulement Israël?

La protestation la plus efficace que Natalie Portman puisse faire contre la politique du gouvernement Netanyahou est de dénoncer l’une des très rares nations restées sur Terre qui, au moins, rend encore un dernier hommage à la libre expression du discours politique.

Netanyahou et ses acolytes sont bien sûr des démocrates « illibéraux », coupables d’avoir tenté de réprimer les discours politiques de l’opposition, à peu près de la même manière que le président américain Donald Trump depuis le 20 janvier 2017. Mais Natalie Portman n’en est pas une qui pourrait facilement être censurée. Portman – qui est un double citoyenne d’Israël et des États-Unis – détient le statut rare de privilège et de droit qui l’immuniserait contre toute tentative du gouvernement israélien de la réduire au silence.

Portman, formé à l’Université Harvard, a interprété un super-héros dans les films «Thor» et un activiste révolutionnaire dans «V for Vendetta». Ce dont nous avons besoin de Natalie Portman, c’est d’arrêter d’agir et d’être elle-même être un porte-parole brillant, instruit, talentueux et surhumain pour les valeurs juives et démocratiques.

Seth Rogovoy est un éditeur contributeur du Forward.

Read more: https://forward.com/culture/399319/natalie-portman-just-made-a-really-big-mistake/

Ensemble Défendons ISRAEL

300 drones dans le ciel de Jérusalem

0

Ensemble Défendons ISRAEL

ISRAEL
L’armée la plus morale au monde

0

L’armée israélienne est-elle un modèle de moralité et d’éthique en temps de guerre? Ou s’agit-il d’une force oppressive qui cible des civils palestiniens innocents et commet des crimes de guerre par politique?

Le colonel Richard Kemp, qui était le commandant des forces britanniques en Afghanistan, était en Israël pendant sa guerre contre le Hamas en 2014, et analyse si l’armée d’Israël est éthique, diabolique ou quelque part entre les deux.

Scénario: Il y a deux points de vue de l’armée israélienne – ce que vous entendez dans la plupart des médias, et la vérité. Je vais vous dire la vérité. J’étais le commandant des forces britanniques en Afghanistan. J’ai combattu dans des zones de combat autour du monde, notamment en Irlande du Nord, en Bosnie, en Macédoine et en Irak. J’étais également présent tout au long du conflit de Gaza en 2014. D’après mon expérience et mes observations:

L’armée israélienne fait plus pour sauvegarder les droits des civils dans une zone de combat que toute autre armée dans l’histoire de la guerre.

Pourquoi est-ce ainsi?
Premièrement, Israël est un pays décent avec des valeurs occidentales, qui fonctionne selon des principes démocratiques. Israël n’a pas plus d’intérêt à faire la guerre que la Belgique. En fait, Israël n’a jamais commencé une guerre. La seule raison pour laquelle il va à la guerre est de se défendre. Et il doit se défendre parce que, contrairement à la Belgique, il est entouré de pays et de groupes armés qui veulent le détruire.

Deuxièmement, le judaïsme, avec ses normes morales inégalées, reste une influence majeure sur les citoyens d’Israël. Je dis cela en tant que non-Juif.

Troisièmement, l’armée est composée majoritairement de soldats citoyens. Israël est un petit pays avec une petite armée professionnelle. Pour mener une guerre, cela dépend de ses conscrits et de ses réservistes. Ce sont des citoyens ordinaires, des professeurs aux plombiers, appelés à défendre leurs maisons. Ils ne veulent pas se battre et ne veulent pas nuire aux autres. Nulle part la moralité et la décence essentielles de Tsahal n’ont été plus évidentes que lors de la guerre de Gaza en 2014. S’il y a eu une guerre purement défensive, c’est bien celle là. La guerre a été déclenchée par le Hamas, l’organisation terroriste désignée comme telle par le Département d’Etat américain, qui gère la bande de Gaza.

Au cours des six premiers mois de 2014, le Hamas a lancé des centaines de roquettes sur des civils israéliens. Après des avertissements répétés d’Israël, l’armée de l’air israélienne a finalement mené des frappes de précision pour stopper les tirs de roquettes. Et les forces de Tsahal sont entrées dans Gaza pour détruire un réseau de tunnels terroristes que le Hamas avait construit pour attaquer les communautés israéliennes près de la frontière de Gaza. Tsahal a pris des mesures extraordinaires pour informer les civils de Gaza des zones ciblées, larguer des millions de tracts, diffuser des messages radio, envoyer des messages et effectuer des dizaines de milliers d’appels téléphoniques. Laissez-moi répéter cela. Les Israéliens ont appelé les habitants de Gaza sur leur téléphone portable et leur ont dit de quitter leur résidence et de se mettre en sécurité. Jamais dans l’histoire de la guerre, une armée n’a téléphoné à son ennemi et lui a dit où ils allaient larguer leurs bombes. De nombreuses missions des FDI qui auraient pu retirer les capacités militaires du Hamas ont été abandonnées pour éviter les pertes civiles, augmentant ainsi le risque pour les citoyens et les soldats israéliens. Malgré tout cela, bien sûr, des civils innocents ont été tués.

Chaque guerre est chaotique et confuse, et les erreurs sont fréquentes. Mais les erreurs ne sont pas des crimes de guerre. D’autre part, le Hamas a commis des crimes de guerre en tant que politique officielle du gouvernement. Le Hamas a délibérément placé ses actifs militaires parmi la population civile, cachant des armes dans les écoles et les hôpitaux, et plaçant des lance-roquettes le long des immeubles d’appartements, puis a forcé ces civils à rester dans des zones qu’ils savaient être attaquées. Ils ont également demandé à leur peuple de rapporter le mensonge que chaque Gazaoui tué était un civil, même s’ils étaient en réalité des combattants.

Pour le script complet, visitez   https://www.prageru.com/videos/israel…

 

Ensemble Défendons ISRAEL

Histoire de l’industrie de l’armement d’Israël

0

Ensemble Défendons ISRAEL

Révélation extraordinaire :
JESUS était juif

0

PETIT RAPPEL HISTORIQUE POUR LES ANTI-JUIFS DE TOUS BORDS.

Gepostet von OJE am Donnerstag, 15. März 2018

 

PETIT RAPPEL HISTORIQUE POUR LES ANTI-JUIFS DE TOUS BORDS.

Ensemble Défendons ISRAEL

Les juifs d’Europe doivent partir
Le terrible conseil du fils de Mireille Knoll

0

https://youtu.be/asa7XF8rwpE

Ensemble Défendons ISRAEL

Le jour de la désillusion du Hamas

0

 

Le fantasme du Hamas d’une  » marche de retour » vendredi dernier les a laissés déçus . Le Hamas a appelé à un défilé de masse pour quitter la bande de Gaza et pénétrer en territoire israélien pour coïncider avec le Jour de la Terre, commémoration nationale palestinienne d’un incident en 1976 dans lequel les forces israéliennes ont tué six citoyens arabes non armés et blessé une centaine d’émeutes violentes.
Cependant, les forces israéliennes ont versé une quantité relativement faible de sang vendredi, principalement celui des instigateurs et de ceux qui ont marché trop près de la clôture, une zone militaire restreinte. Comme d’habitude, Al Jazeera a incité, instigué et n’a rien fait.

Tous ceux qui ont essayé de décrire une image avec des dizaines, voire de centaines de morts dans des collisions frontales avec les Forces de défense israéliennes ont échoué, car après le jour de l’illusion, la somme des victimes est très éloigné du nombre de morts en Syrie , Yémen, Irak ou Libye.

Aucune des troupes «spontanées» n’a réussi à passer les forces de Tsahal qui se sont positionnées pour les contrer, calmes et prêtes. Dix des cadavres retirés dans la zone interdite de l’armée étaient en tout cas connus des forces de sécurité et ont été heureusement effacés de la liste des terroristes vivants.

Les affrontements près de la clôture étaient une tentative stupide de détourner l’attention des résidents de Gaza des problèmes réels d’eau, d’électricité, d’économie et d’égouts dont ils souffrent à cause du Hamas.
La tentative idiote d’escalader la situation, de se heurter aux FDI et de provoquer une infiltration massive en territoire israélien est un échec supplémentaire dans une longue liste de catastrophes attribuées à la direction abominable du Hamas.

Le plan est de renforcer les tensions et de recruter des gens pour une grande explosion prévue pour le 15 mai, jour de la Nakba, commémorant le déplacement des réfugiés palestiniens pendant la guerre d’indépendance d’Israël, connue en arabe sous le nom de « Nakba » (« catastrophe »). C’est aussi un jour après le déménagement prévu de l’ambassade américaine en Israël vers Jérusalem.  Aucun des Gazaouis, pas même ceux du Hamas, ne croient vraiment qu’ils sont capables de s’infiltrer en Israël et de reprendre Jaffa, Haïfa et Acre aux Juifs. Le jeu cynique que les Palestiniens jouent avec leur propre vie met en évidence le danger que représentent leurs intentions déclarées.

En effet, la situation violente que le Hamas a créée intentionnellement – en utilisant des femmes et des enfants, en envoyant des gens se suicider en tant que chair à canon humain – accélère l’arrivée des manifestants, de sorte que plus de sang se répandra et que les ondes internationales seront saturées de condamnations. Il est étrange que nous n’entendions aucune condamnation du Hamas par des organisations telles que l’UNICEF sur l’utilisation des femmes et des enfants comme munitions non récupérables.

En tant qu’organisation totalitaire, le Hamas vivra demain car les Palestiniens n’ont pas les moyens de se débarrasser de leur véritable oppresseur. Entre-temps, les résultats sont plus faibles que prévu et, en fin de compte, nous entendions les voix «équilibrées» habituelles pour désamorcer la situation du secrétaire général de l’ONU António Guterres et de la porte-parole du département d’État américain, Heather Nauert. de la Turquie et du Qatar – les bastions des Frères musulmans en désaccord avec l’Egypte aussi – a condamné Israël. La condamnation est également venue de la Jordanie, un royaume chancelant obligé d’exprimer sa condamnation contre nous chaque fois que sa sécurité intérieure est menacée.

La vérité est que personne n’a agi hors de l’ordinaire à l’exception de la gauche israélienne pharisaïque qui, au lieu de s’identifier à son propre peuple attaqué, a demandé la constitution d’une commission d’enquête en raison des hostilités présumées contre des « vies innocentes ». Peut-être que la gauche a voulu étouffer son embarras après avoir été prise dans ses propres mensonges. Pendant ce temps, le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a exigé du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qu’il supprime les sanctions contre Gaza, afin qu’ils puissent peut-être gagner des sommes dérisoires à cause de leur misérable marche de retour.

Il semble que tout est resté intact. Jaffa, Haïfa et Acre n’ont pas été «libérés», tout comme les roquettes et les tunnels n’ont pas mené au massacre que le Hamas désire. Ni les mines enterrées près de la clôture ni les tracteurs sabotés ne constituaient rien. Le monde est confronté à de véritables bains de sang dans d’autres régions du monde arabe, et non à un épisode cynique impliquant le Hamas et ses malheureuses victimes de Gaza.

Dans l’intervalle, l’Autorité palestinienne a déclaré vendredi une journée de grèves et de rage, car elle ne peut pas permettre au Hamas de voler le spectacle. En outre, l’ambassadeur de l’Autorité palestinienne auprès de l’ONU a demandé la création d’une commission d’enquête internationale chargée d’enquêter sur les «crimes israéliens», bien sûr.

En ce qui nous concerne, c’était juste un prélude à ce que les FDI soient obligées de frapper l’incursion sauvage et de la tuer dans l’œuf. Plus la première frappe est forte, plus le soutien du monde sera faible pour d’autres manifestations, alors que les efforts des organisateurs et des mercenaires se calmeront.

C’est un modèle que les Palestiniens vont essayer d’améliorer parce qu’ils ont échoué. Parmi toutes les organisations terroristes qui ont agi contre nous jusqu’à présent, il ne reste plus que celles dont la dernière lueur d’espoir dépend de la miséricorde des sionistes et de l’empathie des chrétiens en Europe, même si leurs enseignants les qualifient d ‘ »infidèles » et « Croisés ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est cité à Al Jazeera en faisant l’éloge de la conduite des soldats et en jurant que la barrière tiendra.
Les Gazaouites, cependant, continueront sur le même chemin futile.

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Le Hamas est déçu par le faible taux de participation à la manifestation à la frontière de Gaza

0

Les membres du Hamas seraient déçus du nombre relativement faible de 30 000 manifestants qui ont participé aux manifestations de ce week-end à Gaza, le premier d’une série d’événements devant culminer dans la « Marche du Retour » le 15 mai. 

La Nakba Day commémore le déplacement des réfugiés palestiniens pendant la guerre d’indépendance d’Israël, connue en arabe sous le nom de «Nakba» («catastrophe»).

Les dirigeants de Gaza ont également été déçus par le fait qu’un jour après la marche de vendredi, seulement quelques centaines de manifestants sont restés parmi les dizaines de milliers qui s’étaient rassemblés à six points de rendez-vous le long de la frontière de Gaza. Jabaliya dans le nord.

Le porte-parole du Hamas Fawzi Barhoum a déclaré dans un communiqué: « Abbas a fait trop peu, trop tard, s’il veut aider Gaza et unir le peuple palestinien, il doit immédiatement annuler les sanctions contre Gaza ».

Plusieurs nations arabes, dont la Jordanie, l’Egypte, les Emirats Arabes Unis et le Qatar, ont publié des condamnations d’Israël au sujet des événements de vendredi le long de la frontière.

La Ligue arabe a annoncé qu’elle convoquerait une conférence d’urgence sur les événements récents. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a qualifié la politique israélienne à la frontière de Gaza de « barbare et criminelle » et a déclaré que la communauté internationale doit la condamner.

Le Hamas a commercialisé la marche de vendredi dans le cadre d’une lutte populaire non-violente. Les chaînes de télévision affiliées au Hamas ont montré des images de dizaines de milliers de manifestants transportés par bus aux points de rencontre, soulignant que la plupart des marcheurs étaient des familles, des femmes et des enfants.

Alors que la manifestation de vendredi était en marche, le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, le général Yoav Mordechai et le porte-parole de Tsahal en arabe, Avichay Adraee, ont publié des articles sur les médias sociaux.

« Le Hamas a envoyé une jeune fille de 7 ans de Gaza à la frontière israélienne et les soldats de Tsahal l’ont rendue à sa famille.Le Hamas n’est apparemment pas familier avec le célèbre hadith qui parle d’un garçon de 14 ans que le Prophète Muhammad a interdit. Il n’y a pas de plus grande honte à utiliser des enfants pour la guerre, et chaque musulman avec un cœur et un esprit qui connaît le hadith rejette cela.
« Recruter des enfants est une honte », écrit Mordechai et Adraee.

Adraee a également tweeté: « L’organisation terroriste Hamas ignore les droits des femmes et des enfants et les envoie à la barrière pour atteindre les objectifs terroristes du groupe tout en échappant à la responsabilité de leur vie et de leur bien-être »

Ensemble Défendons ISRAEL

 » Il y a des jours où je regrette d’être née arabe.

0

 

TEXTE DE 2014

Publié dans « Jeune Afrique »

Fawzia Zouari, auteure de ce texte  est une romancière et journaliste franco-tunisienne. – SIPA, docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne.

Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.

Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes; où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.

Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.

Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie. À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.

Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.

Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture.

Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.

Non !
L’Occident, ces prêcheurs pleins d’arrogance le vomissent, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.
Et la cacophonie de ces « révolutions » qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.

Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.

Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien !

Et ces « niqabées » qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.

Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !

Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens…
Souhaitons que l’Occident ouvre les yeux…. »

…..Waouh……..

Ensemble Défendons ISRAEL

 Israël : « La marche du retour » 
…. à l’envoyeur

0

 

Suite à mon partage du twitt nauséabond et opportuniste de JLM concernant la marche palestinienne et les réactions suscitées, je vais être très claire sur ce que je pense.

Je ne suis ni israélienne ni juive, ni palestinienne ni de confession musulmane.
Je suis agnostique, de culture musulmane et chrétienne et mon parcours de vie fait que j’ai adopté du mieux que je pouvais la culture juive.
Je suis fière de cela et puise richesses dans TOUTES les cultures.
Donc tout débat sur mon éventuel communautarisme est a exclure.

Nous avons devant nous deux parties qui se font la guerre et la guerre c’est la guerre.
À ceux qui me parlent de Tsahal qui tire sur des civils, de vidéo hallucinantes, de nettoyage ethnique, vous êtes débiles? Vous le faites exprès ? Bercés trop près du mur bébé ? Ou juste animés par une idéologie antisémite qui vous pousse malgré vos déguisements de laïques, d’agnostiques ou que sais-je encore à rejeter quel que soit X toute action israélienne ?
Mes contacts marocains, tiendriez-vous le même discours si les « résistants » sahraouis décidaient de marcher sur Rabat ?

Que les choses soient claires :

1/ Nous parlons de masses qui ont décidé de marcher sur Israël.

2/ Cette marche est une incursion territoriale que cela vous plaise ou pas.
Ils ont joué, ils ont perdu et ils veulent récupérer leur mise ?
Non mais vous délirez ou quoi ?

3/ Cette action n’est pas organisée par le club Dorothée mais par le Hamas.
Ce qui m’amène au point 4, et désolée pour mon vocabulaire :

4/ Marche pacifique mon cul ! Depuis quand le Hamas est pacifique ?

Alors soyez gentils avec votre compassion nauséabonde si vous voulez trouver un coupable, changez de prisme d’analyse et passez l’autorité palestinienne devant le tribunal de votre humanisme à deux vitesses.

 

Les 10 manifestants « pacifiques » tués. Ils étaient connus comme terroristes.

– Israël se défend ne vous en déplaise.

– Nous avons un panel idéologique totalitaire et obscurantiste dans cette région largement représenté.

– Ils ont, contrairement à nous en France, identifié le danger et ne le combattent pas avec des roses blanches, des marches aussi controversées qu’inutiles sur le terrain et des discours complaisants.

– Je ne suis pas en accord éthique avec certaines décisions du gouvernement israélien, mais que les choses soient très claires : je ne serai jamais du côté de ceux qui veulent me bâcher, me lapider, m’exciser et marier ma fille de force qui heritera de clopinette sachant qu’elle a quatre frères. Je soutiendrai sans nuance les décisions israéliennes, je ne sais que trop bien qui est en face.

Israël est la seule lumière démocratique de cette région, si elle tombe nous tomberont (même si cela n’arrivera jamais).

Donc mon mur n’est en aucun cas une tribune pour vos pleurnicheries et vos grands discours, sachant que 99% des détracteurs n’ont jamais foutu les pieds sur place et nous vomissent leurs qualificatifs du genre « apartheid » pour un pays où le burkini n’est même pas un débat social.

Circulez, retirez-vous de mes contacts ou faites travailler votre cerveau.

Wa Choukrane

Source : Texte de LEIA KAPLAN Facebook

Ensemble Défendons ISRAEL

Le bouleversant hommage de Yann Moix à Mireille Knoll

0

C’est la voix tremblante que Yann Moix s’est exprimé samedi 31 mars dans On n’est pas couché sur France 2. Le polémiste avait à cœur de rendre hommage à Mireille Knoll, sauvagement assassinée dans son appartement il y a quelques jours

 

 

Ensemble Défendons ISRAEL

Pour le secrétaire d’Etat belge Philippe De Backer
la capitale d’Israël est Jérusalem

0

La capitale d’Israël, c’est bien Jérusalem, estime le secrétaire d’Etat Philippe De Backer dans un entretien accordé au magazine Joods Actueel, dans lequel il s’en prend également à Unia.

« Il ne fait pas de doute que Jérusalem est la capitale d’Israël. C’est clair: point à la ligne!
Il n’y pas de discussion à ce sujet. Mais on se trouve aujourd’hui dans un contexte politique et l’Europe voit Jérusalem comme un volet des négociations en vue d’une solution à deux Etats
« , a-t-il déclaré.

Le libéral flamand, tête liste aux élections communales à Anvers, s’écarte de la sorte de la position adoptée par la Belgique. Interrogé au mois de décembre à la Chambre, le Premier ministre Charles Michel, avait condamné la décision prise par le président américain Donald Trump de reconnaître la ville sainte comme capitale de l’Etat hébreu.

En Flandre, des voix très critiques de la communauté juive, relayées par le Forum der Joodes Organisaties, se sont fait entendre à propos d’Unia, l’ex-centre pour l’égalité des chances et de lutte contre le racisme. Philippe De Backer les rejoint.

« Unia doit traiter toutes les formes de racisme de la même manière et non décider ce qui est important pour eux et ce qui ne l’est pas », a-t-il déclaré. « Je pense que, dans le passé, ils ont fait des choix fautifs et doivent maintenant se resaisir ».

« Soit ils changent maintenant, soit ils mettent en jeu leur existence. Et le politique devra réfléchir à la création d’une institution qui remplira correctement ces tâches », a-t-il ajouté.

« Nous combattons toute forme de racisme », répond Unia

« Nous combattons toute forme de discrimination et de racisme, dont l’antisémitisme », affirme Bram Sebrechts, porte-parole d’Unia, le Centre interfédéral pour l’égalité des chances.

« Il y a en effet eu un incident avec le Forum der Joodse Organisaties », reconnait le porte-parole néerlandophone d’Unia. « Mais on s’est expliqués et depuis il y a un bon dialogue entre le Forum et Unia », assure-t-il. « Nous sommes côte à côte contre toutes les formes de racisme, et donc aussi l’antisémitisme. »

Alors que la tête liste libérale aux élections communales à Anvers évoque la possibilité de créer une nouvelle institution qui remplirait mieux les tâches d’Unia, cette dernière renvoie à son dernier rapport annuel. « Celui qui le lit verra qu’Unia traite en profondeur tous les cas de discrimination et de racisme, sans distinctions entre eux », insiste Bram Sebrechts.

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Je m’appelle Mireille.
Je suis née en 1932

0
J ai lu ceci :

1939.

 Je m’appelle Mireille. Je suis née en 1932. Mes parents ont tenu à me donner un prénom français car après tout la France on l’aime, elle nous a accueillis. Mireille c’est pour l’actrice, la plus belle actrice du monde dit maman, Mireille Balin, une star. Il parait que plus tard elle sera la femme d’un officier de la Wehrmacht, qu’elle sera arrêtée à la Libération et qu’elle mettra fin à sa carrière.
Moi je suis belle comme Mireille, c’est papa qui dit ça.
A l’école le maitre nous apprend la Marseillaise, les symboles de la République. On parle beaucoup du Maréchal aussi, celui qui a sauvé la France.
La vie juive est au centre de tout chez nous. Samedi on va à la synagogue, on allume les bougies le vendredi soir. Maman est la meilleure cuisinière du monde, elle est la reine du Geflite Fisch, la carpe farcie. C’est pas trop mon truc à moi mais je me force, ça lui fait tellement plaisir.
On me surnomme Mimi. Parfois tendrement maman me surnomme de Poupélé, ça veut dire Poupée en yiddish.
A l’école j’ai des amies juives et non juives, on s’entend toutes bien. Enfin avant. Car depuis quelques temps, depuis que j’ai 5,6 ans, certaines de mes amies ne veulent plus trop me parler, elles disent que c’est parce que je suis juive. Je trouve ça idiot mais papa me dit de pas faire de vagues. Je vois pas comment je ferai des vagues, je suis pas la Mer Méditerranée moi.

1942.

 J’avais l’étoile jaune à la place du cœur. Il valait mieux la mettre, par sécurité. Je n’allais plus à l’école « trop risqué ». Il y a eu des gens qui ont dit que ça sentait mauvais pour les juifs, qu’on allait tous nous tuer. Nous tuer parce qu’on est juifs ? Absurde je me disais. J’avais 10 ans. Il y a eu une rafle. Au Vel d’Hiv. Oui là où on fait du vélo. J’ai pensé que c’était bizarre de se faire emmener et enfermer dans un endroit où on fait du vélo. Maman a rusé, on s’est enfuies et on n’a pas été raflées.
On a traversé la France sous une fausse identité. On avait faim mais maman me disait de ne pas me plaindre parce que « tu sais ma Pupélé, il y a pire ». Alors je ne disais rien, je la suivais. Parfois j’avais mal aux pieds, je pensais à mes amies laissées à Paris. Les juives, les non juives. Est ce que je les reverrai ?
On a traversé l’Espagne puis on est arrivé au Portugal. Maman aurait voulu qu’on aille jusqu’en Amérique mais c’était compliqué. A Lisbonne on partageait un tout petit appartement avec des cousins de mon père.
On a été sauvées.

1945.

Plus de famille, plus d’amies juives. Maman et moi.

1950.

 Il est là, il est beau, il a réchappé à la mort. On se marie. Je prends son nom. Je suis Mireille Knoll.
On fera notre vie ensemble, on mangera du geflite fisch, j’allumerai les bougies à Shabbat. J’élèverai mes enfants comme des bons Français. Juifs mais Français. Les deux. J’aime mon pays la France, j’aime ses valeurs, j’aime ses frites, j’aime ses musiques, j’aime sa culture, j’aime son vin.

2018.

 Je suis morte.

 Allongée sur mon lit. Ca sent le brûlé. Je crois que j’ai brûlé. Comme ma famille juive à Auschwitz.

 Je crois qu’ils m’ont poignardée avant. Oh pas qu’un peu. Onze fois. J’ai compté.

 Ils ont dit des truc comme « c’est tout ce que tu mérites la vieille. Sale juive. On vous tuera tous. Crève. »

Je ne comprends pas. Je l’aimais bien. Je le connaissais depuis sa naissance. Il venait souvent lorsqu’il était petit. Je lui racontais des histoires. Je lui donnais à manger des gâteaux à la cannelle. Il avait même droit à un peu de coca ! Lui il était musulman. Moi j’étais la vieille dame juive. On disait dans l’immeuble qu’on ressemblait à Madame Rosa et Momo dans le livre de Romain Gary, « La vie devant soi ».
On s’aimait bien. Je crois. C’était comme un fils pour moi.
Et puis il a commencé à avoir des comportements bizarres. Une fois ou deux ou bien plus encore il m’a dit que tout était de la faute des juifs. Je lui souriais « Tout, tu es sûr ? ». Ca ne le faisait pas rire. Il y avait de la rage dans ses yeux. Je voyais bien qu’il croyait vraiment que les juifs étaient la cause de tous ses soucis.
Vendredi il est venu à la maison boire du Porto. C’était shabbat je préparais mes bougies.
Dimanche il est revenu avec un copain. Ils ont crié un truc, il a dit « sale juive ».
Et puis ils m’on tuée.
Et puis je suis morte.
J’ai 85 ans.
Ensemble Défendons ISRAEL

Netanyahu rencontre Jean-Yves Le Drian

0

Les ministres européens se déplacent maintenant en Israël pour essayer de négocier les conditions dans lesquelles Israël supporterait la non annulation de l’accord sur le nucléaire iranien.  

Ensemble Défendons ISRAEL

Magnifique interprétation des chants de la Haggada

0

Ensemble Défendons ISRAEL

l’ HATIKVA retentit à Agadir pour l’israélienne
médaille d’or de Judo

0

Malgré un appel au boycott sur les réseaux sociaux, plusieurs judokas israéliens ont participé depuis vendredi au Grand Prix International de judo à Agadir au Maroc.

Neuf athlètes originaires d’Israël se sont vus délivrer un visa par les autorités marocaines et participent au tournoi qui réunit 241 athlètes issus de 38 pays.

Le Maroc n’a pas de relations diplomatiques avec Israël mais des délégations israéliennes se voient délivrer parfois des visas afin de participer à des événements internationaux, qui se déroulent sur le sol du Royaume.

L’année dernière, le pays avait dû délivrer un visa à l’athlète israélien Or Sasson qui devait participer aux championnats du monde de judo, suite à une plainte déposée par sa fédération.

Le Maroc avait dans un premier temps refusé d’accorder un visa au judoka israélien. Aussi, la Fédération israélienne avait saisi la Fédération internationale pour faire constater la mesure discriminatoire prise par les autorités marocaines.

En effet elle avait pour objectif de faire « constater une mesure discriminatoire prise par les autorités marocaines à l’encontre de la délégation israélienne », selon la Fédération.

Le Maroc avait été menacé par le président de la Fédération internationale de judo, Marius Vizer, d’être retiré de plusieurs compétitions – dont le Grand Prix International de judo à Agadir – dans le cas où il ne délivrerait pas le document.

Lors de ce championnat, l’équipe israélienne a remporté deux médailles:
une d’or pour Timna Nelson-Levy et
une de bronze pour Gefen Primo.

Bien que les Marocains aient appelé à boycotter la présence d’Israël dans leur pays, l’hymne national de l’Etat hébreu a été joué de même que le drapeau a été hissé lors de la remise de médailles afin de conserver « l’esprit sportif », selon les organisateurs

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Preuves des mensonges des soutiens de Tariq Ramadan

0

https://youtu.be/Mqsq3GRFUNA

 

Alors que le calme total régnait après la divulgation, en octobre dernier, par les différents organes de presse, de l’affaire Tariq Ramadan et que cette annonce était plutôt entourée d’un silence pour le moins embarrassé de l’UOIF et de ses affidés, nous assistons depuis le 15 février 2018, à une certaine agitation médiatique sur les réseaux sociaux, allant crescendo et coïncidant avec la première intervention publique de l’épouse de Monsieur Tariq Ramadan à travers une vidéo dans laquelle Madame Iman Ramadan s’offusquait du traitement réservé à son époux et annonçait la création d’une page Facebook intitulée « Free Tariq Ramadan Campaign » dans le pur style anglo-saxon, et appelait la communauté musulmane à le soutenir à travers la campagne du même nom.

Dans une seconde intervention, trois jours plus tard, elle réitère les mêmes propos et fait part de l’état de de santé dégradé de son époux. Une cagnotte est mise en place pour pouvoir faire face aux dépenses générées par toutes les procédures en cours. C’est précisément à partir de là que la machine de propagande se met en branle avec notamment l’implication de « Résistance et Alternative », une structure créée à Paris le 20 janvier 2018. On assistera alors à une floraison de vidéos dont les textes sont déclamés par des voix synthétiques, aussi bien féminines que masculines, ainsi qu’à des commentaires ahurissants de mauvaise foi, haineux et truffés d’insultes et même de menaces physiques.

Des articles non moins violents ont également été publiés. C’est précisément cette violence qui a pesé, en assez grande partie, dans la décision du juge des libertés de maintenir leur « maître » en détention provisoire. Nous pouvons dire à cet effet, que le mal est venu beaucoup plus de ses sectateurs, constituant ainsi la moisson de ce qui a été semé. Nous déduisons de tout ce qui précède que cette agitation est le fait du premier cercle de Monsieur Tariq Ramadan et peut-être du deuxième cercle. Rappelons en effet que la cagnotte mise en place a permis d’engranger la somme de 107.068 € pour 2163 participants, soit en moyenne 49,49 € par don, ce qui est dérisoire lorsque l’on pense aux 2 millions de followers qu’il drainait (pratiquement 1 donateur seulement pour 1000). Rappelons aussi que le rassemblement de samedi dernier sur la place du Trocadéro à Paris a été un flop total puisqu’il n’a drainé qu’à peine quelques dizaines de personnes, ce qui conforte notre analyse du 2 mars dernier sur la chaîne tunisienne Aljanoubia. C’est dire que les gens dans leur écrasante majorité affichent une certaine circonspection et préfèrent rester prudents et laisser faire la justice. L’actu au scalpel #19 se propose de mettre en lumière les différents aspects de cette campagne de propagande qui rappelle l’ère soviétique de triste mémoire, une campagne menée tambour battant et s’appuyant sur des mensonges et des omissions, « agrémentée » par les insultes et les menaces des sectateurs. Le sentimentalisme n’est pas en reste, puisqu’on s’apitoie sur l’état du « maître » et on proclame sa solidarité « inconditionnelle ». Des imams ont exprimé leur entière solidarité à Monsieur Tariq Ramadan, « qu’il soit ou non déclaré coupable » ont-ils osé ajouter ! C’est dire ! La raison a déserté les esprits et aucune personne sensée ne peut admettre de telles dérives. C’est ce que nous dénonçons en notre âme et conscience et en notre qualité de musulmans. Ce sont d’ailleurs ces dérives graves qui ont installé un climat de défiance entre les membres du comité de soutien de Monsieur Tariq Ramadan plutôt favorables à une défense médiatique urbi et orbi, avec une volonté de politisation du dossier et ses avocats, Me Yassine Bouzrou et son associée Me Julie Granier hostiles, quant à eux, à une défense médiatique et soucieux au contraire du respect du secret de l’instruction dans un climat apaisé.

Cela dit, nous respectons la présomption d’innocence de Monsieur Tariq Ramadan comme nous respectons la présomption de sincérité des présumées victimes. Il appartient à la justice et à elle seule, de dire le droit en ayant démêlé le vrai du faux.

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Me Gilbert COLLARD aux communistes anti israéliens:
Votre haine d’Israel n’apportera pas la paix

0

Accord UE-ISRAEL services aériens

À la tribune, je fustige le racisme anti-israélien.

Gepostet von Gilbert Collard am Mittwoch, 7. März 2018

L’antisionisme n’est que l’antisémitisme qui a trouvé une esthétique idéologique et on a le devoir de le dire, de le répéter et de le combattre.

La paix ne se fera pas entre Israël et la Palestine avec vos arguments. Vous ne faites que desservir ceux que vous voulez aider en les isolant. Mais seulement voilà, vous vous donnez une belle conscience.

Ceux là même qui ont hérité de ceux qui voyaient en Staline le défenseur des droits de l’homme voient en Israël, l’ennemi des droits de l’homme. 

J’espère que beaucoup d’hommes et de femmes iront en Israël voir la grandeur de ce pays, la beauté de ce pays.

 

Reproduction autorisée avec la mention : © Rémy TAIEB pour Defense Medias Israël
Ensemble Défendons ISRAEL

Claude Goasguen à l’assemblée ridiculise les communistes pros palestiniens.

0

 

Un des meilleurs amis et défenseurs des causes israéliennes, Claude Goasguen démontre l’hypocrisie des attaques de députés communistes pro palestiniens.

 

Accord entre l'UE et Israël sur les services aériens

Retrouvez mon intervention à l'Assemblée nationale sur l'accord entre l'UE et Israël sur les services aériens

Gepostet von Claude Goasguen am Mittwoch, 7. März 2018

Ensemble Défendons ISRAEL

Rapport: Le prince héritier saoudien a rencontré de hauts responsables israéliens en Egypte

0
Ensemble Défendons ISRAEL

Trump est un cadeau pour ISRAEL

0

Trump est un cadeau pour ISRAEL

 

La reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël le 6 décembre n’était pas une manœuvre politique, mais plutôt l’accomplissement d’une véritable intention. Il en va de même pour sa décision vendredi de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai, dans le cadre des célébrations marquant le 70e anniversaire de la fondation d’Israël.

L’annonce américaine prouve au monde que Trump ne fait pas que promettre, il prend des mesures. Rappelez-vous ses remarques il y a deux semaines dans une interview spéciale à Israel Hayom  – que reconnaître notre «merveilleuse» capitale était le point culminant de sa première année à la Maison Blanche? Il pensait sincèrement  chaque mot qu’il me disait dans le bureau ovale.

Trump est la meilleure chose qui est arrivée à Israël ces dernières années, après des prédictions que nous avions « perdu l’Amérique ». Entre nous, c’est l’histoire qui décidera – pas les experts de studio qui se languissent de la voix forte de l’ancien président américain Barack Obama. Ces mêmes experts ont expliqué il y a quelques jours qu’il existait un fossé entre la Maison Blanche et le gouvernement israélien après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait « menti » au président sur la construction en Judée-Samarie.
Diviser ? Tout au plus, c’était un malentendu qui a été  réglé en quelques heures.

Ce sont aussi les mêmes analystes qui ont expliqué que Trump ne remporterait pas l’élection de 2016, et ont ensuite expliqué avec la plus grande gravité qu’il ne reconnaîtrait jamais Jérusalem et, par conséquent, ne déplacerait jamais l’ambassade.
Je suis curieux de savoir ce qu’ils vont dire maintenant – vont-ils faire des menaces à propos de la forte pression qui sera exercée sur nous dans le cadre de l’accord de paix que Trump prépare?
Peut-être essaieront-ils de jeter le doute sur les liens courageux du président américain avec le peuple juif parce qu’il n’a pas encore emménagé dans la colonie d’Efrat?

Il est étonnant (ou pas) de voir que cette annonce joyeuse et révolutionnaire n’était que le troisième ou quatrième reportage des nouvelles du samedi soir, le demandant si c’était un cadeau ou une complication.

Tout le monde peut se calmer.
Le président américain nous a offert un merveilleux cadeau pour notre 70 e anniversaire.

En termes d’histoire, Trump est le cadeau – Obama était la complication.

Tout comme l’ancien président américain Harry Truman, qui a reconnu l’état d’Israël 11 minutes après sa fondation (et voilà une raison pour critiquer Trump – pourquoi n’a-t-il pas déménagé l’ambassade 11 minutes après son arrivée à la Maison Blanche?), Trump s’est trouvé face à des objections contre sa démarche, y compris de son propre personnel de la Maison Blanche.
« Je peux comprendre pourquoi beaucoup d’autres présidents ont renié leur promesse quand on leur a demandé de ne pas le faire. Tous les autres présidents, n’ont pas tenu leur promesse bien que promis pendant leur campagne pour se faire élire mais je le comprends parce que Je vais vous le dire, le lobbying contre,  fut énorme », m’a-t-il dit dans l’interview.

Il y en a eu quelques-uns, y compris des dirigeants européens qui ont tenté d’expliquer qu’un mouvement américain comme celui-ci saperait le processus de paix et même causerait des troubles. Comme si toutes les années où l’ambassade des Etats-Unis se trouvait à Tel Aviv avaient été des années de calme, sans attaques terroristes. À part cela, nous savons tous que le processus de paix ne va pas très bien. En tout cas, Trump espère qu’il a retiré Jérusalem de la table de négociation, ou du moins fait passer les demandes radicales des Palestiniens hors de propos, comme le croient l’écrasante majorité des Israéliens.

L’espoir est que la démarche des États-Unis obligera les Palestiniens à se rendre compte que les règles ont changé et deviennent plus flexibles. Nous devrions toujours nous rappeler que même lorsque le processus de paix était à son apogée, lorsque plusieurs discours plaçaient Israéliens et Palestiniens comme parents (cousins, frères), la demande palestinienne de diviser Jérusalem et de permettre le droit au retour était toujours cachée derrière la torpille. n’importe quel mouvement. Trump a compris cela immédiatement.

Vous auriez dû être à la Maison Blanche et entendre le président et ses proches pour comprendre à quel point nous vivons des jours historiques. Quelle chance nous avons de savoir que Trump a de bons conseillers qui nous aiment. Oui, le troupeau pense différemment, mais le troupeau pense aussi que Jérusalem devrait être divisée. Nous ne prenons pas la même  direction qu’eux.

Et en parlant des troupeaux, les Turcs et les Palestiniens ont condamné le déplacement  de l’ambassade au motif que Washington perd sa crédibilité en tant que médiateur. Certains d’entre eux menacent même que le déplacement mettra le feu au Moyen-Orient. Pour l’instant, la seule chose que je vois éclaircir c’est la torche qu’allumera Trump et qui illuminera le prochain jour de l’indépendance. Il le mérite ! Et nous le méritons.

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

AMIR dans ONPC démontre qu’il n’est pas seulement un bon chanteur.
Bien parlé !!

0

 

Amir Haddad était l’un des invités samedi soir d’On n’est pas couchésur France 2. Et avec son éternel sourire, le chanteur a réussi à séduire tout le plateau du talk-show de Laurent Ruquier. Oui, même Christine Angot et Yann Moix, inhabituellement souriants et sympathiques avec leur voisin pour la soirée.

Questionné par Christine Angot sur le sujet, Amir a tenu à défendre son amour pour la France et Israël, pays qui l’ont vu naître puis grandir, tout en condamnant fermement les propos de Mennel : « Personne n’a critiqué sa prestation que j’ai trouvé extraordinaire et que j’ai beaucoup aimé. Les gens ont juste critiqué le fait qu’elle parle contre son pays, ce qui est à mon sens inadmissible. C’est un truc que je ne ferais pas, par respect et par amour pour la France.« 

Ensemble Défendons ISRAEL

Pour la première fois: Les rabbins d’Israël appellent à signer une carte Adi pour le don d’organes

0

 

Pour la première fois: Les rabbins d’Israël appellent à signer une carte ADI autorisant le prélèvement d’organes en cas de décès.

Les principaux rabbins en Israël unissent leurs forces pour la première fois afin de promouvoir les dons d’organes en Israël, et constituent une percée historique dans le monde de la loi juive. Entre-temps, un centre rabbinique a été créé pour accompagner les familles des donateurs

Les rabbins soulignent l’importance du don d’organes pour sauver des vies et l’opinion halakhique qui soutient le don d’organes, à la lumière de la décision du Grand Rabbinat d’Israël qui autorise les dons d’organes.

 ()

En 2008, la loi sur la mort cérébrale-respiratoire a été promulguée , ce qui est conforme aux exigences de la halakha selon la décision des grands rabbins d’Israël. La loi précise qui peut déterminer la mort cérébrale et le processus de son entraînement. En outre, la loi exige l’utilisation de technologies supplémentaires de tests mécaniques afin de confirmer la mort cérébrale. Conformément à la loi, un comité public a été mis en place pour surveiller la mort des morts cérébro-respiratoires en Israël, qui a examiné plus de 300 cas et tous étaient conformes aux exigences de la loi et du Grand Rabbinat d’Israël.Après la promulgation de la loi,  le Centre national de transplantation a créé un comité de pilotage conjoint des représentants du Centre et des représentants du ministère de la Santé et l’établissement halakhique conçu pour examiner les moyens de mieux faire connaître le don d’organes et les désaccords avec la communauté religieuse traditionnelle.

Les membres du comité ont conclu des accords visant à lever les obstacles qui ont empêché les rabbins et les érudits de la Torah d’apporter un soutien aux dons d’organes et au public religieux traditionnel de rejoindre le cercle des donateurs. En conséquence, une nouvelle version de la carte de donateur Adi a été formulée, qui répond aux exigences du Grand Rabbinat d’Israël et a été soutenue par les rabbins et les érudits de la Torah.

Ensemble Défendons ISRAEL

Pourquoi n’y a -t-il pas d’état palestinien ?

0

 Si Israël permettait juste aux Palestiniens d’avoir leur propre état, il y aurait la paix au Moyen-Orient, n’est-ce pas?

C’est ce que vous entendez des ambassadeurs des Nations Unies, des diplomates européens et de la plupart des professeurs d’université. Mais que se passerait-il si je vous disais qu’Israël a déjà offert aux Palestiniens leur propre état – et pas seulement une fois, mais à cinq occasions différentes?

Vous ne me croyez pas?

Passons en revue le dossier.

Premier rejet
Après la dissolution de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a pris le contrôle de la plus grande partie du Moyen-Orient, y compris la zone qui constitue l’Israël moderne. Dix-sept ans plus tard, en 1936, les Arabes se rebellèrent contre les Britanniques et contre leurs voisins juifs.
Les Britanniques ont formé un groupe de travail – la Commission Peel – pour étudier la cause de la rébellion. La commission a conclu que la raison de la violence était que deux peuples – Juifs et Arabes – voulaient gouverner la même terre. La conclusion de la Commission Peel, était qu’il faudrait créer deux États indépendants – un pour les Juifs, et un pour les Arabes. Une solution à deux états.
La scission suggérée était fortement en faveur des Arabes. Les Britanniques leur ont offert 80% du territoire contesté, les Juifs, les 20% restants. Pourtant, malgré la taille minuscule de leur Etat proposé, les Juifs ont voté pour l’acceptation de cette offre. Mais les Arabes l’ont rejetée et ont repris leur rébellion violente.

Deuxième rejet 
Dix ans plus tard, en 1947, les Britanniques ont demandé aux Nations Unies de trouver une nouvelle solution aux tensions persistantes. Comme la Commission Peel, l’ONU a décidé que la meilleure façon de résoudre le conflit était de diviser la terre. Le 7 novembre 1947, l’ONU a voté pour créer deux états. Encore une fois, les Juifs ont accepté l’offre. Et encore, les Arabes l’ont rejeté, mais cette fois-ci, ils l’ont fait en lançant une guerre totale.
Rejet numéro deux.
La Jordanie, l’Egypte, l’Irak, le Liban et la Syrie ont rejoint le conflit. Mais ils ont échoué. Israël a gagné la guerre et s’est attelée à la construction d’une nouvelle nation. La plupart des terres mises de côté par l’ONU pour un État arabe – la Cisjordanie et Jérusalem-Est – sont devenues des territoires occupés; occupés non par Israël, mais par la Jordanie.

Troisième rejet
Vingt ans plus tard, en 1967, les Arabes, menés cette fois par l’Egypte et rejoints par la Syrie et la Jordanie, ont à nouveau cherché à détruire l’Etat juif. Le conflit de 1967, connu sous le nom de guerre des Six Jours, s’est terminé par une victoire éclatante pour Israël. Jérusalem et la Cisjordanie, ainsi que la zone connue sous le nom de bande de Gaza, sont tombées entre les mains d’Israël.
Le gouvernement se divise sur ce qu’il faut faire avec ces nouveaux territoires. La moitié voulait rendre la Cisjordanie à la Jordanie et Gaza à l’Egypte en échange de la paix. L’autre moitié voulait le donner aux Arabes de la région, qui avaient commencé à se désigner comme les Palestiniens, dans l’espoir qu’ils finiraient par y construire leur propre Etat.

Aucune initiative n’a été très loin. Quelques mois plus tard, la Ligue Arabe s’est réunie au Soudan et a publié son tristement célèbre « Trois Non »: « Pas de paix avec Israël ». Aucune reconnaissance d’Israël. Pas de négociations avec Israël. Encore une fois, une solution à deux États a été rejetée par les Arabes.

Ensemble Défendons ISRAEL

Europe, arrête de donner des leçons à Israël

0

 

Le vieux continent traverse une grande éclipse de raison.

N’est-il pas merveilleux de voir le silence de l’Europe sur l’agression de l’Iran contre Israël et l’autodéfense de l’Etat juif?

 L’Europe semble avoir choisi la voie de la lâcheté et de la disgrâce, la voie de la décadence morale et politique progressive. L’Europe a choisi l’Iran sur Israël.

Le pacifisme, l’apaisement et la lâcheté n’ont jamais conduit à autre chose qu’un résultat: la guerre. 

Le vieux continent vit une grande éclipse de raison dont nous ne voyons pas la fin. Ensuite, nous nous plaignons si l’Europe compte peu: demain et après-demain, il importera de moins en moins. Israël saura se défendre, mais l’Europe risque de devenir la péninsule asservie du Moyen-Orient dans le chaos.

L’Iran, ravivé par l’argent occidental pusillanime, bat sur le tambour de guerre et attaque Israël à travers le Hezbollah et la Syrie. Que vont faire les bureaucrates européens? Vont-ils demander « le calme des deux côtés »? L’ONU, qui a déjà succombé aux Etats voyous, va-t-elle condamner les « représailles israéliennes »?

Que diront ceux qui s’inquiètent de la loi polonaise sur les camps d’extermination face à un régime de négation de l’Holocauste, semi-nucléaire, avec des missiles à longue portée et obsédé par la destruction des «sionistes»?

Même la perception de ce à quoi ce petit pays doit faire face fait défaut. Le Shin Bet, le service secret interne d’Israël, vient de nous donner les chiffres: 113 attentats terroristes tentés ou réussis au mois de janvier à Jérusalem, en Judée et en Samarie. Une moyenne de 3 attaques par jour dans les rues, contre les soldats, aux postes de contrôle. Et en 2017, plus de 1 100 attaques terroristes déjouées.

Quel pays européen, qui se range maintenant avec l’Iran, résisterait dans ces conditions? 

Regardez dans le miroir avant de donner des leçons à Israël.

Source

Reproduction autorisée avec la mention :
© Traduction et adaptation Rémy TAIEB pour Defense Medias Israël

Ensemble Défendons ISRAEL

Patrice Quarteron à Mennel Ibtissem : “T’es un immonde cancer”

0

Sur sa page Facebook, le boxeur Patrice Quarteron s’est adressé à Mennel Ibtissem, qui a quitté l’émission The Voice, accusée d’avoir fait l’apologie du terrorisme sur les réseaux sociaux. 

À Mennel Ibtissem,
Aux fausses idoles d’un islam soi-disant acceptable en Occident,
Aux jeunes perdus dans les tourments de prédicateurs de « l’à peu près »,

Chère Mennel,

En t’écoutant chanter dans l’émission « The Voice », beaucoup d’entre nous se seraient retournés.
Tu possèdes une voix d’or.
Tes octaves provoquent une vive émotion qui s’enracine dans l’esprit.
En te voyant, on découvre une jeune femme assise.
On te devine fragile.
Tu chantes du Leonard Cohen.
Ce monstre sacré aujourd’hui au panthéon des poètes décédés.
Un juif de génie.
Un poète sans frontières.
Mais quelque chose cloche.
Tu sens « l’pas clair ».
Les internautes s’interrogent.
Alors, on sort les pinceaux.
On devient archéologues.
On traque Internet.
Tu postes ta vie sur les réseaux.
Alors, on la décrypte.
Et là, on tombe des nues.

Chère Mennel,
T’es un cancer.
Un immonde cancer.
Et parmi toutes les horreurs que tu as l’élégance de cracher sur le net, il y a ce tweet :
« C’est bon c’est devenu une routine, un attentat par semaine !! Et toujours pour rester fidèle, le “terroriste” prend avec lui ses Papiers d’identité. C’est vrai que quand on prépare un sale coup, on n’oublie SURTOUT PAS de prendre ses papiers !! #prenezNousPourDesCons ».
Ça ne te dérange pas de voir des gens crevés.
Des têtes écrasées.
Des corps démembrés.
De toutes les confessions : musulmans, catholiques, juifs ou autres.
Non, ça, tu t’en fous.
Toi, les gamins écrabouillés, ça te donne envie de causer papiers d’identité.
Toi, les familles endeuillées et polytraumatisées, ça te donne envie de causer complots.
Toi, les larmes d’une fillette pour sa mère, ça te donne envie de mettre des guillemets au mot « terroriste ».
Tu me dégoûtes.
Tes tweets puent le charognard.
Chère jeune fille,
Ces islamistes revendiquent leurs attentats.
Qu’ils prennent leurs papiers ou non, ces sous-merdes sont fières.
Tout comme toi, ils rêvent de devenir des stars dans leur domaine.
Et s’ils ratent leur coup et qu’ils veulent se barrer à l’étranger, ils en auront bien besoin de leurs papiers.
« N’oubliez pas vos papiers les copains ! ».
Tu pourras filer ce conseil à tes potes s’ils décident de commettre un putain d’attentat.
Cher enfant,
Tu chantes les horreurs vécues par les Palestiniens et tu craches à la gueule des victimes d’attentats dans ton propre pays.
Et après tu nous dis que tu chantes pour la paix.
Mennel : tu te fous du monde.
Tu es une putain d’hypocrite.
Une saleté de complotiste.
Tu es une gamine comme tant d’autres dont on peut suivre la radicalisation sur les réseaux sociaux.
Toute ta présence sur le net est un cancer.

Une idéologie ouatée, soi-disant acceptable, dont le tenancier, Tariq Ramadan, ce faux prophète de l’islam moderne en Occident, est incarcéré pour des inculpations de viols.
T’as une belle voix, mais t’es pas bien maline.
Le bon Tariq a su t’endoctriner.
Tu le défends bec et ongles sur la toile.
Bon, là, le Tariq, il écarte le cul en toussant dans sa geôle pour que des surveillants vérifient que ton idole n’ait pas d’armes cachées aux tréfonds de sa pensée.
Je suis sûr que l’idée te débecte.
Pour le moment, tu ne le défends pas le Tariq.
Tu te tais.
Tu te caches.
T’en penses pas moins, mais tu ne peux pas tweeter comme tu le souhaites.
Tu dois avoir la DGSI au cul.
Forcément, ça couine dans l’salon.
Ça grince dans la cuisine.
Ça chuinte dans l’combiné.
Mais t’en penses pas moins.
En bonne complotiste, tu dois imaginer que le bon Tariq est non coupable.
Que cette histoire de viol, c’est un complot politico-sioniste franco-juif américain.
Que ces femmes violentées l’ont bien cherché.
Ou mieux !
Qu’elles ont été payées.
Non mieux !
Elles sont juives, colonialistes, et anti-islam et commanditées par le pouvoir en place.
Au travers de tes postes, on voit bien quels sont tes fondamentaux intellectuels.
L’antisémitisme, le antisionisme, l’homophobie et la victimisation des musulmans dans une société qui les rejetteraient.
Que du faux.
Des idées de baltringues.
Un mixe d’idées d’il y a 200 ans et d’idées ridicules.
Pourtant, tu es jeune.
T’as de la culture.
Mennel,
Je suis sûr que tu parles mieux français qu’arabe.
Et puis…
Quoi que tu en dises…
La France t’a donné une forme d’intelligence non ?
Comment peux-tu tomber dans cette facilité ?
Cette ignominie stupide et communautariste.
Toi, l’ange à la voix d’or, comment peux-tu cracher sur tes compatriotes en avalant toutes ces thèses de merdes que tu valides sur tes comptes ?

Mennel,
Tu sais ce qui ressort de toi en lisant tes feeds ?

Une complotiste.
Tu es atteinte de ce mal profond, tout comme beaucoup de nos jeunes qui ne distinguent plus clairement les enjeux politiques de notre monde.
Tu te complais dans une zone grise.
Pourtant, la patrie, elle t’a donné ton éducation.
Elle t’a permis d’apprendre à lire, à écrire, de réaliser tes rêves, jusqu’à atteindre la prestigieuse émission « The Voice ».
La France, elle t’a soutenue.
Et toi ? Qu’as-tu fait pour elle ?
Tu lui craches à la gueule, et tu te fais le porte-voix des jeunes intégristes.
Ta religiosité nauséabonde éclabousse tous les autres musulmans.
Tu les salis.
Tu leur fais du mal.
Tu es une militante politique.
Tu es responsable et coupable.
Tu te victimises.
Comme tu victimises les musulmans,

Tu vois, tu aurais pu être une grande chanteuse.
Je suis sûr que tu aurais aimé cela.
Ta gloire aura été éphémère.
T’es cuite en France.
T’as plus qu’à aller chanter en Palestine, ou pour une terre dont tu te sens plus proche que celle qui t’a nourrie.
Mais bon, tu dois avoir des excuses.
Les gens comme toi ont toujours des excuses.
Mennel,
Tu es jeune.
Tu dois retrouver le chemin de l’intelligence.
Car là tout de suite, tu as peut-être la voix d’un ange,
Mais tu t’épanouis dans la bouse.

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

L’UJFP, l’antisionisme subventionné par l’Etat

0

L’Union juive française pour la paix, un auxiliaire zélé de l’islamisme

La très antisioniste « Union juive française pour la paix » a obtenu le soutien financier du gouvernement pour réaliser des clips de propagande. Dans le viseur de cette association dopée à l’argent public, le « racisme d’État » [sic] français et israélien. Enquête.


S’il s’agissait d’une affaire de droit commun, où des individus s’enrichissent frauduleusement aux dépens d’un tiers, elle entrerait dans la catégorie de la « délinquance astucieuse », des arnaques bien ficelées où la victime se voit délestée de son magot par la ruse d’une bande de truands abusant de sa naïveté, ou profitant de sa négligence.

L’UJFP, un auxiliaire zélé de l’islamisme radical

L’attribution à l’Union juive française pour la paix (UJFP) de plusieurs dizaines de milliers d’euros d’aides publiques en provenance du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), placé sous la tutelle du Premier ministre, relève-t-elle du registre pénal ? Les éléments que nous avons en notre possession sur cette affaire établissent, certes, qu’une organisation politique ayant pignon sur rue a sciemment dupé l’État pour financer sa propagande. Mais c’est aux organismes compétents (Cour des comptes, Conseil d’État, tribunaux administratifs) d’établir les responsabilités et de prononcer d’éventuelles sanctions, bref de faire leur travail en ayant été dûment éclairés.

Pour comprendre cette affaire, il faut d’abord se méfier des étiquettes : pour les gens peu informés des arcanes des organisations militantes, l’Union juive française pour la paix pourrait passer pour un groupe pacifiste, prônant une fin négociée du conflit israélo-arabe, et apportant son soutien au « camp de la paix » israélien, cette gauche sioniste opposée à la politique de l’actuel gouvernement d’Israël, mais ferme sur les principes fondateurs de l’État juif. Or, cela est loin d’être le cas : l’UJFP apparaît, dans sa propagande, comme dans ses activités militantes, comme un auxiliaire zélé de l’islamisme radical, collaborant activement à toutes les actions visant à délégitimer l’État d’Israël, et se montre plus que bienveillante avec le parti des Indigènes de la République et les appendices des Frères musulmans tels que le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) et autres amis de Tariq Ramadan. Les dirigeants de l’UJFP se rendent régulièrement à Gaza pour « dialoguer » avec toutes les forces politiques de ce territoire, du Hamas au Jihad islamique. Ils sont, dans le monde juif laïque, l’équivalent de ces rabbins ultra-orthodoxes qui vont à Téhéran apporter leur soutien aux ayatollahs, promettant d’éradiquer « l’entité sioniste » : aussi bruyants qu’ultra minoritaires.

« Des amis musulmans m’ont expliqué qu’il y a dans l’islam l’idée que l’on ne doit se soumettre qu’à Dieu, ce qui libère l’homme de toute autre sujétion. N’est-ce pas une belle idée ? »

Quelques dizaines de militants de l’UJFP, rassemblés derrière leur banderole, ont participé, ces dernières années, à toutes les manifestations organisées par l’extrême gauche et les mouvements islamistes français pour dénoncer Israël, et le supposé racisme de l’État français ; certaines ayant été marquées par des slogans violemment antisémites, et même par des agressions contre des synagogues et des commerces casher. Cela ne perturbe aucunement les dirigeants et militants de l’UJFP, qui protestent vivement lorsque la presse relève les dérapages de leurs amis et camarades islamistes. Ainsi, Michèle Sibony, porte-parole de ce groupuscule, qui a « joyeusement » participé, le 13 juillet 2014 à une manifestation de protestation contre l’intervention israélienne à Gaza, s’insurge contre un journaliste du site Rue89 (pourtant loin d’être une officine pro-israélienne !) qui avait entendu dans le cortège des slogans carrément antisémites. Après avoir nié, contre l’évidence, ces écarts de langage, Michèle Sibony se fait pédagogue : « Il y avait effectivement un cortège religieux, et les gens criaient Allah houakbar, et aussi “Lâ ilâha illâ Allâh”… Une dame un peu effarouchée m’a demandé de traduire : mais oui madame avec plaisir : “Dieu est grand, il n’y a de Dieu que Dieu”. La profession de foi monothéiste un vrai crime dans ce pays [sic]. Parfois j’ai envie de traduire : “mort aux fachos” mais je me retiens… Bon sang (ça aussi c’est religieux comme expression d’ailleurs, le savez-vous ? c’est le sang du Christ auquel cela fait allusion [resic]) le bourrage de crâne a marché à fond dans ce pays. Mais si des gens croyants ont besoin de se référer à leur foi pour protester contre un crime, cela absout-il le crime ? Est-ce en soit [re-resic] si insupportable ? Si dangereux ? Des amis musulmans m’ont expliqué qu’il y a dans l’islam l’idée que l’on ne doit se soumettre qu’à Dieu, ce qui libère l’homme de toute autre sujétion. N’est-ce pas une belle idée ? Que des hommes et des femmes, si souvent écrasés et dominés par tant de pouvoirs humains détestables rappellent leur seule soumission est celle qu’ils doivent à Dieu [re-re-resic]. Je trouve cela émouvant et beau. C’est une affirmation de leur liberté ici-bas, et de leur insoumission, justement. »

Ces propos sidérants, tenus quelques mois avant les massacres de janvier et novembre 2015, mais après les crimes de Mohammed Merah, donnent une idée de l’état d’esprit qui règne encore dans les rangs de l’UJFP.

« Notre cible, c’est les élèves des lycées. »

Cependant, après les attentats meurtriers des dernières années, il est plus délicat de faire aussi directement la promotion de l’islam radical. Aussi les militants de l’UJFP, qui compte dans ses maigres rangs une proportion notable d’enseignants, actifs ou retraités, ont-ils réfléchi à des méthodes plus sophistiquées pour propager leur credo éradicateur d’Israël dans la société, et notamment dans la jeunesse des quartiers dits « populaires », où leur idéologie pourrait trouver une écoute bienveillante. C’est désormais sous la bannière de « l’antiracisme » et de la lutte contre les discriminations – et avec la bénédiction de l’État – que l’on porte la bonne parole antisioniste dans les quartiers, les écoles, les associations. Ainsi naît, peu après janvier 2015, un projet de livre intitulé « Une parole juive contre le racisme », une sorte de manuel à l’usage des lycéens, analysant le racisme et l’antisémitisme sous une forme didactique apparemment neutre, mais diffusant un bréviaire constitué de trois messages principaux : il n’existe d’antisémitisme qu’occidental et d’extrême droite ; le sionisme est une idéologie raciste et colonialiste, elle-même largement responsable de la montée de l’antisémitisme à travers le monde  ; il se pratique en France un « racisme d’État  » dont les musulmans sont les principales victimes.

Obtenir l’imprimatur et l’aide de l’État pour ce projet se révèle extrêmement facile. Il suffit de présenter un dossier au CGET rédigé de manière à endormir la méfiance des fonctionnaires. On peut ensuite se réjouir du bon tour que l’on a joué aux autorités et, accessoirement, aux contribuables : à hauteur des 18 000 euros accordés à l’UJFP par le CGET sur l’exercice 2016. L’une des auteures de l’ouvrage, Béatrice Orès, se vante ainsi ouvertement de ce tour de passepasse lors d’une rencontre avec les lecteurs à la librairie Tropiques, à Paris : « Quand vous le regarderez [le livre], vous verrez qu’en quatrième de couverture il y a une magnifique Marianne tricolore… Cela indique le soutien du Commissariat général à l’égalité des territoires, CGET. Pourquoi ce soutien à un livre dénonçant le racisme d’État ? Comment vivons-nous cette contradiction ? Cela ne nous a pas dérangés. Nous avons fait un dossier pour avoir une subvention. On a construit le dossier pour qu’il soit accepté, donc on a utilisé des termes, on a utilisé le mot antisémitisme pour avoir cette subvention. C’est le paradoxe de notre gouvernement. Le CGET lutte contre les discriminations. Donc il subventionne des projets qui sont contre les discriminations. Ils [le CGET] ont soutenu notre publication sans jamais exercer de pression, ils n’ont pas vu l’ouvrage avant sa parution et nous n’avons eu aucun écho après. Rien. »

Répondant à une question du public, l’oratrice souligne que le livre est très illustré : « Notre cible, c’est les élèves des lycées. » Ce qui rend l’affaire encore plus fâcheuse.

Les clips de l’UFJP comparent les opérations israéliennes à Gaza à la déportation des Tziganes par les nazis.

Quand on a trouvé un bon filon, en l’occurrence une administration débonnaire et pas trop tatillonne, il serait vraiment dommage de ne pas l’exploiter à fond. Après avoir diffusé les 5 000 exemplaires du livre, l’UJFP procède à une nouvelle édition, toujours avec le soutien du CGET, au titre de l’exercice budgétaire 2017. Et passe à la vitesse supérieure : ayant constaté que le public visé, les lycéens des quartiers populaires, était plus friand d’images que de texte, l’équipe éditoriale de l’ouvrage décide de produire une série de clips vidéo dans lesquels les membres du noyau militant de l’UJFP (35 personnes) raconteront leur itinéraire devant la caméra pour illustrer les thématiques chères à leur organisation. La réalisation de ces clips est confiée à un cinéaste de renom, Eyal Sivan, Israélien installé en France, dont la spécialité est la dénonciation répétitive de son pays de naissance. Le résultat de ce travail peut être consulté en accès libre sur le site de l’UJFP, et l’on ne mentionnera ici que quelques extraits donnant un aperçu de leur contenu, dont le caractère propagandiste l’emporte nettement sur la perspective éducative. Ces clips accusent la France de promouvoir un racisme d’État. (« Je considère aujourd’hui que c’est [la loi sur le foulard à l’école] surtout un instrument islamophobe avec une volonté d’extension sur tous les espaces publics, une lutte islamophobe clairement organisée par l’État… ») Ils accusent Israël d’être un État structurellement raciste et le sionisme d’être raciste. (« Le sionisme est raciste. Je dirais même que le sionisme est antisémite. ») Ils mettent sur un même plan les opérations armées israéliennes à Gaza en réponse aux tirs de roquettes, l’assassinat des enfants juifs d’Ozar Hatorah par Mohammed Merah et la déportation des Tziganes par les nazis. (« Quand on meurt parce qu’on est palestinien et qu’on est bombardé par Israël ou quand on meurt parce qu’on est juif et qu’on se fait tuer par Mohammed Merah ou quand on meurt parce qu’on est tsigane et qu’on a été déporté par les nazis, en tous les cas on est victime d’un processus de déshumanisation… ») Comme le livre, ces clips portent le logo du CGET, indiquant le soutien de cet organisme public à cette opération.

Il nous a été impossible d’obtenir du CGET le montant de l’aide accordée à l’UJFP pour la réalisation de ce matériel de propagande, qui est désormais utilisé par cette organisation dans le cadre de ses activités militantes, la plupart du temps lors de réunions communes avec des organisations ouvertement islamistes. Il faudra donc attendre la publication, au printemps prochain, des documents budgétaires officiels (les « jaunes ») qui rendent compte de l’exécution du budget voté par le Parlement pour l’exercice précédent.

Manuel Valls tombe des nues

Nous avons présenté ces éléments à Manuel Valls, qui était Premier ministre en 2016, à l’époque où une première subvention avait été accordée à l’UJFP, alors que lui-même menait une vigoureuse campagne dénonçant l’antisémitisme se dissimulant sous le masque de l’antisionisme. Il tombe des nues et affirme ne pas avoir été informé par ses services de cette affaire : « Il s’agit bien évidemment d’un grave dysfonctionnement de l’État sur lequel la lumière doit être faite, nous a-t-il déclaré. Il est impensable qu’en tant que Premier ministre j’aurais pu donner un aval politique à de telles publications ! »

Cette affaire est maintenant du ressort d’Édouard Philippe, en tant qu’autorité de tutelle du CGET. Le Premier ministre pourrait commencer par donner une réponse précise et documentée à la question écrite qui lui a été posée, le 28 décembre 2017, par Loïc Hervé, sénateur (UDI) de la Haute-Savoie : « Alors que ces clips semblent être destinés à être projetés dans des établissements scolaires ou lors de réunions publiques dans les quartiers populaires, certains propos accusateurs contre la France semblent inappropriés et pourraient s’avérer contre-productifs. » Qu’en termes galants ces choses-là sont dites.

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

T’es au top ! Amir

0

Ensemble Défendons ISRAEL

« Trump a raison, Jérusalem est la capitale d’Israël »

0

Dans un discours surprise au Parlement européen, un membre  du Parlement belge a fermement condamné quiconque s’oppose à ce que Jérusalem soit reconnue comme la capitale d’Israël

Un soutien fidèle d’Israël au parlement belge:  Frédérique Ries 

 

Nier le lien entre le peuple juif et Jérusalem est de l’antisémitisme et rien d’autre


Le monde occidental doit suivre les actions de Trump et reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël

Seul Israël peut préserver les lieux saints de toutes les religions, en tant que seul État démocratique libre de tout le Moyen-Orient où les chrétiens et les
femmes sont des citoyens égaux en droits.

Vous ne trouverez aucun autre pays, sauf Israël, dans tout le Moyen-Orient où les chrétiens et les juifs peuvent vivre en sécurité

Reproduction autorisée avec la mention : © Adaptation Rémy TAIEB pour Defense Medias Israël 
Ensemble Défendons ISRAEL

La Roumanie envisage sérieusement de déménager l’ambassade à Jérusalem

0
L'ambassade de Roumanie à Tel Aviv | Photo: Yehoshua Yosef

La décision de la Roumanie de s’abstenir de voter une résolution condamnant la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël

• Le chef du Sénat roumain appelle à la prudence, selon le ministère des Affaires étrangères.

Le chef du Parti social-démocrate roumain, Liviu Nicolae Dragnea, a appelé la Roumanie à transférer son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

L’appel de Dragnea fait suite à l’abstention de la Roumanie du vote de l’Assemblée générale des Nations unies sur une résolution condamnant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale officielle d’Israël.

Dans une déclaration aux médias, Dragnea a noté que toutes les grandes institutions d’Israël se trouvaient à Jérusalem et a déclaré: « Nous envisageons sérieusement de transférer l’ambassade de Roumanie à Jérusalem. »

Sa déclaration a du poids car elle constitue une déclaration officielle du gouvernement roumain, et a été confirmée à Israel Hayom par l’ambassade de Roumanie à Tel-Aviv.

Les médias roumains ont attribué cette décision à la crainte de représailles de la part de l’administration américaine, qui a menacé de couper l’  aide financière aux pays qui ont voté en faveur de la résolution de l’Assemblée générale.

La Roumanie, qui est dans une situation financière difficile et a des liens tendus avec l’UE, n’est pas en mesure de supporter un coup dur pour son économie, en particulier après s’être abstenu du vote de l’ONU dans une mesure qui pourrait le blesser sur le continent.

Le président du Sénat roumain, Calin Popescu Tariceanu, a déclaré: « La décision de déplacer l’ambassade doit être examinée à partir d’un certain nombre d’aspects et pas seulement sur le plan technique. là que le sujet devrait être amené pour la décision.  »

Selon les médias roumains, lors d’une réunion du Sénat ce week-end, Tariceanu a averti que « les choses doivent être examinées en profondeur, et une telle décision a d’autres effets qui doivent être pris en compte avant toute décision sur le sujet ».

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Le Chef de la sécurité:
Israël a déjoué 400 attaques terroristes cette année

0

 

Nadav Argaman, chef  du Shin Bet, dit aux législateurs que le calme sécuritaire en Israël est « trompeur »

• Il dit que le Hamas fait tout son possible pour perpétrer des attentats en Judée-Samarie afin de déstabiliser le gouvernement palestinien.

 Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Les ONG de l’Autorité Palestinienne reçoivent un coup majeur Le Danemark annonce la fin de leur financement

0

Le ministère danois des Affaires étrangères a annoncé vendredi la fin de l’aide financière, ainsi qu’un processus de contrôle plus rigoureux, pour le transfert de fonds aux ONG de l’Autorité Palestinienne (AP).

Cette décision est intervenue après que le ministère israélien des Affaires stratégiques a fourni au Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu des informations selon lesquelles les fonds européens iraient aux ONG de l’Autorité palestinienne ayant des liens avec des organisations terroristes. Ces ONG promeuvent également le boycott d’Israël, a noté le ministère. En conséquence, le ministre des Affaires stratégiques, Gilad Erdan (Likoud), a envoyé une lettre au ministre danois des Affaires étrangères, insistant pour que le Danemark cesse de financer ces organisations.

Dans une déclaration officielle, le ministre danois des Affaires étrangères, Anders Samuelsen, a souligné qu’il attachait une grande importance à l’utilisation correcte de l’aide danoise. 

C’est pour cette raison, écrit-il, que le ministère danois des Affaires étrangères a entamé, en mai 2017, un examen approfondi des fonds distribués aux ONG de l’AP. Les résultats de ces constatations ont conduit le gouvernement danois à conclure qu’il était nécessaire de durcir les conditions et les conditions entourant les finances accordées aux organisations d’AP.

Selon l’annonce, la majeure partie de l’aide danoise gelée ces derniers mois sera restituée aux caisses du gouvernement. Samuelsen a précisé que de nombreuses organisations recevant actuellement un soutien danois ne continueront plus à le faire.

Ces dernières années, le Danemark a été membre du Secrétariat des droits de l’homme et du droit international humanitaire, un mécanisme de financement du gouvernement européen basé à Ramallah, qui comprend la Suisse, les Pays-Bas et la Suède. Parmi les organisations soutenues par le Secrétariat se trouvent des ONG de l’Autorité Palestinienne qui encouragent la délégitimation et les boycotts contre l’Etat d’Israël et qui sont liées au « Front Populaire de Libération de la Palestine » (FPLP) – organisation considérée comme un groupe terroriste par l’UE et les États-Unis.

Les exemples de telles ONG incluent Al-Haq et Addameer, dont plusieurs de leurs administrateurs supérieurs ont des liens étroits avec le FPLP, y compris le directeur exécutif d’Al-Haq Shawan Jabarin (qui a précédemment servi de prison pour son implication avec le groupe terroriste).

Répondant à l’annonce néerlandaise, M. Erdan a déclaré: « L’annonce de vendredi par le ministère danois des Affaires étrangères est une victoire importante pour l’Etat d’Israël et un coup sévère pour nos adversaires Il est absurde que ces soi-disant ONG palestiniennes fassent la promotion fausse image d’Israël, et pire encore, maintenir des liens avec des organisations terroristes, tout en recevant un financement européen.  »

« C’est pourquoi je félicite le Ministre des affaires étrangères Samuelsen pour sa décision juste et résolue, et je suis heureux que le Danemark ait compris que les contribuables danois ne devaient pas financer, directement ou indirectement, des organisations palestiniennes ayant des liens directs avec des groupes terroristes. pays d’Europe à exercer la même responsabilité morale et à prendre des mesures similaires.  »

Le ministère danois des Affaires étrangères a annoncé vendredi la fin de l’aide financière, ainsi qu’un processus de contrôle plus rigoureux, pour le transfert de fonds aux ONG de l’Autorité Palestinienne (AP).

Cette décision est intervenue après que le ministère israélien des Affaires stratégiques a fourni au Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu des informations selon lesquelles les fonds européens iraient aux ONG de l’Autorité palestinienne ayant des liens avec des organisations terroristes. Ces ONG promeuvent également le boycott d’Israël, a noté le ministère. En conséquence, le ministre des Affaires stratégiques, Gilad Erdan (Likoud), a envoyé une lettre au ministre danois des Affaires étrangères, insistant pour que le Danemark cesse de financer ces organisations.

Dans une déclaration officielle, le ministre danois des Affaires étrangères, Anders Samuelsen, a souligné qu’il attachait une grande importance à l’utilisation correcte de l’aide danoise. C’est pour cette raison, écrit-il, que le ministère danois des Affaires étrangères a entamé, en mai 2017, un examen approfondi des fonds distribués aux ONG de l’AP. Les résultats de ces constatations ont conduit le gouvernement danois à conclure qu’il était nécessaire de durcir les conditions et les conditions entourant les finances accordées aux organisations d’AP.

Selon l’annonce, la majeure partie de l’aide danoise gelée ces derniers mois sera restituée aux caisses du gouvernement. Samuelsen a précisé que de nombreuses organisations recevant actuellement un soutien danois ne continueront plus à le faire.

Ces dernières années, le Danemark a été membre du Secrétariat des droits de l’homme et du droit international humanitaire, un mécanisme de financement du gouvernement européen basé à Ramallah, qui comprend la Suisse, les Pays-Bas et la Suède. Parmi les organisations soutenues par le Secrétariat se trouvent des ONG de l’Autorité Palestinienne qui encouragent la délégitimation et les boycotts contre l’Etat d’Israël et qui sont liées au « Front Populaire de Libération de la Palestine » (FPLP) – organisation considérée comme un groupe terroriste par l’UE et les États-Unis.

Les exemples de telles ONG incluent Al-Haq et Addameer, dont plusieurs de leurs administrateurs supérieurs ont des liens étroits avec le FPLP, y compris le directeur exécutif d’Al-Haq Shawan Jabarin (qui a précédemment servi de prison pour son implication avec le groupe terroriste).

Répondant à l’annonce néerlandaise, M. Erdan a déclaré: « L’annonce de vendredi par le ministère danois des Affaires étrangères est une victoire importante pour l’Etat d’Israël et un coup sévère pour nos adversaires Il est absurde que ces soi-disant ONG palestiniennes fassent la promotion fausse image d’Israël, et pire encore, maintenir des liens avec des organisations terroristes, tout en recevant un financement européen.  »

« C’est pourquoi je félicite le Ministre des affaires étrangères Samuelsen pour sa décision juste et résolue, et je suis heureux que le Danemark ait compris que les contribuables danois ne devaient pas financer, directement ou indirectement, des organisations palestiniennes ayant des liens directs avec des groupes terroristes. J’appelle les pays d’Europe à exercer la même responsabilité morale et à prendre des mesures similaires.  »

Source

Ensemble Défendons ISRAEL

Le CAMOUFLET

0

Certains journalistes audacieux ont titré

« LE CAMOUFLET DE TRUMP »

Vraiment  ???

BRAVO !!!! et MERCI !!!! Mr TRUMP 

Merci à Donald Trump pour avoir tenu sa promesse et avoir mis sur la table la décision sur Jérusalem.
Merci à Nikki Haley l’ambassadrice américaine à l’ONU pour ses prises de positions fermes dans le soutien d’Israël.
Merci aux 9 pays qui ont voté contre cette résolution absurde.
Merci aux 35 pays qui se sont abstenus.
Merci aux 21 pays dont les représentants se sont « perdus » et n’ont pas pris part au vote.

Quant au 128 pays qui ont voté pour la résolution d’annuler la décision, profitez bien car vous semblez ne pas l’avoir remarqué mais c’était un de vos derniers barouds d’honneur.

Les pays arabes qui produisent du pétrole ont certainement regretté de constater que les temps ont changé depuis l’embargo du pétrole de 1973. La puissance de votre pétrole n’est plus qu’un lointain souvenir qui va continuer de s’estomper.

Pour les européens dont les français en tête de file, qui comptaient faire cause commune afin d’exercer des pressions sur Israël.
C’est raté puisque, la Hongrie, la Tchéquie, la Pologne et la Roumanie se sont désolidarisé en s’abstenant dans cette décision. Certains sont déjà des « récidiviste ».
L’unanimité ne semble plus d’actualité et avec elle disparaissent les espoirs français d’obtenir des décisions anti-israéliennes.

Vous avez dit CAMOUFLET ??

Ensemble Défendons ISRAEL

Ne ratez pas LA CROISERE DE REVE DANS LES CARAIBES.

0

Présentation
Glatt Kocher
Kishrey Teoufa, un des plus grand tour opérateur d’Israël depuis plus de 30 ans, vous propose des croisieres Glatt Cacher Lamehadrin.

Nous organisons :
4 repas cacher par jour.
Les 3 prières quotidiennes et l’office du Shabbat 
sont assurés.
Tout en bénéficiant des avantages du groupe cachère, nos hôtes auront le loisir de participer à l’intégralité des activités proposées à bord par l’équipe Costa (spectacles,bars à thèmes, Casino, club pour enfants, piscines, jacuzzi, spa, salle de sport etc….)

L’heureuse association Costa Cruise, Koshersea et Kishrey Teoufa vous offrira une expérience en mer, unique, intense et inoubliable, que vous souhaiterez revivre dans les multiples destinations exotiques que nous organisons avec le plus grand soin.

Les croisieres proposees sont Glatt cacher lemehadrin sous la stricte surveillance du VAAD HACACHEROUT « BEIT YOSSEPH BADATS GLATT LEMEADRIN » d’Anverse en Belgique, présidé par le Rav Yossef Binyamin Tsarfati.

La haute gastronomie est évidemment notre priorité. La présentation des tables
particulièrement soignée vous mettra en appétit et notre chef vous régalera des saveurs italiennes avec le savoir-faire de la haute gastronomie.

Costa Deliziosa
Capacité d’accueil passagers : 2260 I Année de construction : 2010 I Membre d’équipage : 1050 I Etoiles : 5


Le Costa Deliziosa : un nom évocateur pour un joyau, un diamant de la flotte créé pour vous offrir des expériences sensorielles uniques et des vacances de rêve.
Le Samsara Spa c’est 3 500 m² de bien-être et sport sur 2 étages : espace thermal, balnéothérapie, sauna, hammam, solarium, 3 piscines, dont 1 avec verrière amovible.

Terrain multisports : parcours de footing en plein air et parcours de skate. Le Costa
Deliziosa offre un cinéma 4D , un théâtre sur 3 étages, des casinos, un pont piscine avec verrière amovible et écran géant, un point Internet, une bibliothèque, shopping en boutiques, des espaces jeux vidéo, un Squok Club et piscine pour les tout-petits.

Tarifs
Balcon Vue sur Mer 1990€ Cabine Vue sur Mer 1890€ Cabine Intérieure 1690€

Le départ est prévu le 13/01/2018 depuis Port Everglades, Floride.
Prix par personne, en pension complète

Ne comprend pas les vols, les escales, les visites, l’assurance voyage et les pourboires.
Possibilité de chabbat plein organisé avant la croisière à l’hôtel Marco Polo de
MIAMI pour 390 euros (3 nuits, petit-déjeuner cacher et 3 repas du chabbat).

LA BROCHURE : Croisière-caraïbes-du-13-au-23-Janvier-2018

Ensemble Défendons ISRAEL

Jérusalem, capitale d’Israël ? Pour Arno Klarsfeld, « C’est une décision du peuple américain »

0

POLÉMIQUE – Pour l’avocat franco-israélien qui était l’invité d’Audrey Crespo-Mara sur LCI ce vendredi matin. Et Arno Klarsfeld a notamment été interrogé sur la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Pour lui, une « évidence ».

Dans une rupture spectaculaire avec ses prédécesseurs, Donald Trump a reconnu mercredi Jérusalem comme capitale d’Israël, en annonçant notamment le déplacement de l’ambassade américaine dans la ville. Une décision lourde de conséquence, qui a suscité la colère des Palestiniens et une vague de réprobation bien au-delà du Proche-Orient. Et Arno Klarsfeld, qui était l’invitée d’Audrey Crespo-Mara ce vendredi, a été invité a réagir sur cette actualité brûlante.

« Ce n’est pas une décision de Trump, c’est une décision du peuple américain »

 

L’avocat et écrivain, grand défenseur de la cause israélienne a approuvé la décision du président américain ajoutant qu »il s’agissait « d’une volonté du peuple américain ». « C’est quasi unanime aux États-Unis que les Américains veulent que l’ambassade soit déplacée à Jérusalem, c’est simplement la reconnaissance d’une évidence », a-t-il ajouté.

Ensemble Défendons ISRAEL

Frédérique Ries: “Jérusalem est la capitale d’Israël, l’alpha et l’oméga”

0

L’eurodéputée belge Frédérique Ries a qualifié mardi “d’alpha et d’oméga” pour le peuple juif le statut de Jérusalem capitale d’Israël.

“Monsieur le Président, que dire encore qui n’ait été déjà dit depuis l’annonce du président américain mercredi dernier? Répéter, d’abord, même si cela a été dit et répété ce soir, que nous condamnons avec la plus grande fermeté tous les actes et tous les appels à la violence contre les Juifs de ces derniers jours. Pour le reste, j’ai deux convictions aussi profondes l’une que l’autre. Oui, Jérusalem est la capitale d’Israël depuis plus de 60 ans, l’alpha et l’oméga, l’horizon des Juifs depuis 150 générations. On ne peut pas dire autre chose, sauf à réécrire l’histoire. En cela donc, le président Trump ne fait que rappeler, rétablir même la vérité. En cela, et sur le fond, il a raison”, a déclaré l’eurodéputée lors de son allocution au Parlement européen.

“Maintenant, sur la forme et sur le moment, contrairement à beaucoup ici, je n’ai pas de boule de cristal et je ne sais pas si, passé le moment des émotions, cette décision américaine sera porteuse de violence à long terme ou si elle a peut-être une chance de faire bouger les lignes. Force est de constater quand même que la diplomatie américaine risque de perdre son statut de médiateur pour les quelques années à venir, et c’est sans doute là la chance et le devoir des Européens: inventer maintenant de nouveaux chemins pour relancer le processus de paix. Un meilleur équilibre, Madame Mogherini. L’équidistance européenne est loin d’être reçue comme telle en Israël. Un nouveau tempo autour de pistes qui sont connues, toujours les mêmes dans le fond, depuis les paramètres Clinton à Camp David”, a-t-elle poursuivi.

“C’est Hanoucca, ce soir, Monsieur le Président. Une excellente fête de Hanoucca aux millions de Juifs dans le monde, qui allument la première bougie pour célébrer – je conclus – la lumière est la victoire de l’esprit sur la violence, une belle ponctuation pour notre débat”, a-t-elle conclu.

En savoir plus sur http://www.jforum.fr/frederique-ries-jerusalem-est-la-capitale-disrael-lalpha-et-lomega.html#kpHuMRchHpho9BfT.99

Ensemble Défendons ISRAEL

Gilbert Collard sur la reconnaissance de l’Etat Palestinien (Nov 2014)

0

« Si vous reconnaissez aujourd’hui l’état de Palestine à travers votre résolution, vous embrassez le Hamas, vous embrassez le terrorisme vous embrassez la haine vous embrassez la mort dans les villes d’Israël. »

« Comment pouvez vous accepter qu’on vote une résolution qui donne un panache aux tueurs aux terroristes. »

Ensemble Défendons ISRAEL

Gilbert Collard : Macron doit avoir le courage de faire comme Trump.»

0

https://youtu.be/-_85AdJzcfY

 

Israël est un état souverain qui a le droit de

Choisir où est sa capitale.

 

Gilbert Collard :

«Je soutiens la décision de Trump de reconnaître Jérusalem capitale d’Israël.

Israël est un Etat qui a le droit de choisir sa capitale (…)

Doit-on toujours céder au chantage et à la menace ?

Macron doit avoir le courage de faire comme Trump.»

 

 

Reproduction autorisée avec la mention : © Rémy TAIEB pour Defense Medias Israël

Ensemble Défendons ISRAEL

Merci pour ce bon moment ,
Franz-Olivier Giesbert
Régalez vous, amis d’Israël !!!

0

Bourdin qui avait déjà « subi » Eric Brunet ce matin

était décidé à  

attaquer fort :

Bourdin « Est-ce que TRUMP menace l’équilibre du monde (par sa décision sur Jérusalem) »

Giesbert « Trump dit la vérité : Jérusalem est la capitale d’Israël, on ne peut pas raconter autre chose »

« Israël est un pays qui existe depuis des millénaires »

« Israël est une terre juive »

« Macron n’approuve pas mais il ne condamne pas parce que c’est la réalité. La Palestine n’a jamais été une terre arabe. C’est écrit dans tous les livres d’histoire. »

« Historiquement, Jérusalem est la capitale d’un état juif depuis des millénaires »

Une petite question pour, vous,  Monsieur Bourdin : Comment un journaliste aussi expérimenté que vous « provoque » Giesbert sur Jérusalem et Israël alors qu’il y a quelques mois il avait déjà fait, seul contre tous, sa tirade courageuse sur une réalité que tant d’autres essaient d’effacer par de la désinformation et des mensonges.

Reproduction autorisée avec la mention : © Rémy TAIEB pour Defense Medias Israël

Ensemble Défendons ISRAEL

Non rien de rien, Non ! Mr Macron,
Ne regrettez RIEN

0

Monsieur le Président Macron,

Il paraît que vous jugez « REGRETTABLE »
la décision pourtant ADMIRABLE de votre « confrère »
Le président des USA Monsieur TRUMP.

Je vais tenter de vous expliquer notre ressentiment même si je sais la peine perdue d’avance.Rassurez vous, votre tentative de modifier cette décision en faisant intervenir le conseil de sécurité n’a pas plus de chance d’aboutir.

A propos de regrets, ils ne peuvent pas toujours être dans le même camp.
Chacun son tour de regretter, Monsieur Macron.

Quand chaque semaine vous prenez avec vos amis à l’Unesco des décisions honteuses que vous-mêmes savez insensées. Comme celle de déclarer qu’Israël n’a aucun rapport avec la vielle ville, le mur des lamentations, le caveau des patriarches ….
Quand par l’inaction de votre gouvernement voire  la complaisance de certains représentants de l’état vous laissez perpétrer des actes et des manifestations antisémites.
Quand vous prenez le parti de terroristes dont vous osez demander la libération et que vous tentez de nous donner des leçons de démocratie.

 

Quand vos représentants n’appliquent que mollement les consignes de lutte contre le BDS.

 

Quand vous êtes à l’origine de décisions qui nous ostracisent dans le monde.

 

Quand  vous apportez la voix de la France à tous les votes qui nous condamnent dans les instances internationales.

 

Nous aussi nous regrettons sans pour autant gesticuler autant que vous et vos amis le faites aujourd’hui.

Vous semblez ne pas l’avoir  remarqué ce que d’autres chefs d’état, un peu plus expérimentés que vous ont déjà compris.
Le vent tourne en ce moment.

Les Européens payent déjà cher leurs mauvais choix.
Entre
– la Grande Bretagne qui se débat dans son brexit,
– l’Allemagne qui n’arrive pas à sortir de sa crise politique,
– la France qui se débat dans sa crise économique, son chomage, son déficit, ses interventions militaires et ses problèmes de sécurité,
– l’Espagne dans son problème Catalan,
plus tous les problèmes communs  causés par la crise des migrants, le terrorisme et l’islamisme et qu’en plus
– du côté arabe on a les guerres internes entre sunnites et chiites. Un moyen orient détruit par la politique d’un de vos amis ex président des USA.
Ouf !!!
Comme dirait l’autre « y a du boulot » !!!

Pendant ce temps, Israël se développe et se renforce
Baroukh Hachem !

Alors pour une fois que le regret change de camp,
Ne nous en veuillez pas d’exprimer notre joie et chantons en cœur à l’instar d’Edith Piaf

Non, rien de rien, je ne regrette rien.

Reproduction autorisée avec la mention : © Rémy TAIEB pour Defense Medias Israël
Ensemble Défendons ISRAEL

Dans la cité de Livry Gargan, la haine grandit contre les juifs

0

RECIT – Une famille juive séfarade de Seine-Saint-Denis a été agressée et séquestrée le 8 septembre dernier par des cambrioleurs à la recherche d’un « magot » fantasmatique. Cet acte de violence révèle, pour ses victimes, la terreur de basse intensité qui assombrit le quotidien en banlieue.

Mireille et Roger Pinto devant leur pavillon de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), où ils ont été victimes le 8 septembre d'une agression antisémite.
Mireille et Roger Pinto devant leur pavillon de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), où ils ont été victimes le 8 septembre d’une agression antisémite. (Bernard Bisson pour le JDD)
Partager sur :

Autrefois, quand on était un voyou confirmé, on se « faisait » une banque ; aujourd’hui, le bandit de petite envergure se « fait » un juif. La banque n’a plus d’espèces en caisse et la technologie a fait de tels bonds que ce n’est même plus la peine d’essayer. Et puis il faut un certain courage pour y aller. Le juif, lui, aura forcément quelques biens monnayables, et pourquoi pas un coffre-fort bourré d’espèces. Parce que le juif a de la fortune, n’est-ce pas? Ces trois lascars, trois jeunes Noirs en quête d’argent et d’or, en étaient pour le moins convaincus à l’heure de fomenter leur razzia. L’un d’eux a même lancé au visage des victimes, les Pinto, qu’il séquestrait pour mieux les piller : « Vous, les juifs, vous êtes riches! Nous, on prend aux riches pour donner aux pauvres. » Coup de poing auquel a répondu sans se démonter Mireille, 74 ans : « On a travaillé toute notre vie! » Réplique du bandit trentenaire : « Mon travail, c’est ça. » Ça? Dépouiller des juifs.

Une « petite Jérusalem » qui a bien changé

Les Pinto ont passé l’été sur la Côte-d’Azur, comme des milliers de citadins. Privilège de la retraite, ils sont restés deux mois sous le soleil méditerranéen semblable à celui de leur jeunesse, eux qui ont grandi à Oran, ville lumière de l’Ouest algérien qu’ils ont quittée comme tant d’autres à l’indépendance, en 1962, contraints de tout laisser derrière eux. De ­retour le mercredi 6 septembre en fin de journée, ils ont réinvesti ce grand et confortable pavillon situé dans une petite rue calme à la frontière de Livry-Gargan et de Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, où ils vivent depuis maintenant trente-cinq ans. Une maison avec jardin plutôt coquette, 280 m² en comptant le sous-sol, où Mireille et Roger Pinto comptaient bien reprendre leurs petites habitudes, carrière faite pour l’une dans le secrétariat, pour l’autre dans la formation professionnelle. Avec sous leur toit leur fils David, 48 ans, qu’une santé fragile a empêché de prendre son envol comme les autres enfants. Ils l’ignorent évidemment, mais deux jours plus tard, leur vie va basculer.

Vous, les juifs, vous êtes riches! Nous, on prend aux riches pour donner aux pauvres

Leur vie : après une escale prolongée à Nice en ce début des années 1960, Mireille et Roger ont atterri dans le 20e arrondissement parisien. Puis la famille s’agrandissant, ils ont migré vers ce coin de banlieue où l’on ne parlait pas encore des « cités », pas davantage de trafic de stupéfiants, ni d’économie souterraine et encore moins de « radicalisation », mais de la marquise de Sévigné, qui avait autrefois séjourné au bord d’un lac voisin. C’est un temps où de nombreuses familles séfarades se sont installées dans le département et même au-delà, jusqu’à Sarcelles, lieu d’accueil de nombreux juifs d’Afrique du Nord à la recherche de quiétude, au point que la ville gagna le surnom de « petite Jérusalem ». « Un havre de paix », se souvient Roger Pinto, d’autant plus secoué par l’agression dont il vient d’être victime qu’un cancer l’attaque de l’intérieur.

« Une très belle banlieue où on était à l’aise », confirme son épouse, elle aussi nostalgique de l’époque où Livry-Gargan passait pour un petit Neuilly. Jusqu’à l’attaque ratée contre une épicerie casher de Sarcelles par un gang d’aspirants djihadistes décidés à faire couler du sang juif en France, en septembre 2012. Une alerte sérieuse (le carnage a été évité de justesse) survenue au lendemain de la fracassante entrée en scène de Mohamed Merah, ce petit malfrat toulousain qui avait fondu quelques mois plus tôt sur une école juive les armes à la main après avoir abattu plusieurs militaires. Un changement d’époque, avec à l’horizon l’émergence d’un antisémitisme dopé à l’islam radical.

La haine grandit dans les cités

Mais il n’y a pas que le terrorisme et son fracas. Il y a aussi cette terreur de basse intensité, celle qui secoue les individus dans leur intimité sans forcément trouver d’écho dans les médias. Ces faits qui passent plus ou moins inaperçus, témoins d’une lente diffusion de la haine du juif dans les banlieues, en particulier dans ce département de Seine-Saint-Denis, où beaucoup avaient pris racine. En février 2017, à Bondy, deux jeunes juifs se font tabasser dans la rue ; quelques jours plus tard, non loin de là, une femme âgée encaisse des menaces de mort de la part d’une voisine musulmane ; à Noisy-le-Grand, une famille reçoit une enveloppe contenant des balles de kalachnikov accompagnées d’un courrier ponctué d' »Allah Akbar » ; puis ce sont des tags sur les murs d’un pavillon « Daech va tuer tous les juifs » ; à Romainville, enfin, une famille retrouve sa voiture les pneus crevés, la carrosserie rayée, le tout assorti d’une étoile de David.

Certains jeunes Blackos n’aiment pas les juifs. Ce sont les nouveaux barbares…

Cet antisémitisme en vogue s’habille parfois de politique, sur fond de conflit au Proche-Orient ; parfois il brandit l’arme du boycott des produits israéliens, mais ce n’est le plus souvent qu’un déguisement. Surtout pour une partie de cette nouvelle génération que dépeint ce Kabyle quadra, grandi dans le « 9-3 » et lui-même passé par la délinquance : « Je suis né avec les juifs et je n’ai jamais eu de problèmes avec eux. Les juifs et les beurs, on était ensemble dans le quartier. Il y avait un respect mutuel. Avec certains jeunes Blackos, c’est autre chose. Eux n’aiment pas les juifs. Ils sont jaloux et envieux. Ils ne pensent pas qu’ils ont trimé. Ils voient juste qu’ils ont de l’oseille et sont en haut du pavé. Ce sont les nouveaux barbares… »

Paroles dures, mais paroles de l’intérieur que ne renie pas Roger Pinto, dépouillé lors de ce cambriolage « ciblé » de la carte de crédit de sa chère association, Siona, forte de quelque 6.000 membres donateurs et capable aussi bien de remplir 40 cars pour aller réclamer à Bruxelles la libération d’un soldat franco-israélien détenu par les islamistes palestiniens que d’organiser des bar-mitsva (cérémonie de passage à l’âge adulte) pour des garçons sans le sou. Un engagement qu’ignoraient certainement les trois voleurs, incapables d’imaginer qu’en frappant les Pinto, ils frappaient une communauté. Tous debout derrière Roger, « un homme capable de faire bouger la République française », dit Me Marc Bensimhon, son avocat. Un homme de 78 ans identifié par son combat pour les juifs de Syrie, qu’il évoque dans des lignes saisissantes d’actualité : « La cohabitation avec les Arabes était ressentie comme une contrainte permanente. Les juifs vivaient dans les ténèbres de l’histoire, avec toutes les peurs et les angoisses, des sentiments constants de fragilité et de précarité. Soumis à l’arbitraire, ils savaient que la moindre étincelle pouvait provoquer l’explosion antijuive… » (*)

La crainte d’être tué chez soi

Mireille Pinto n’ouvre jamais à personne sans lancer un regard sur les images de la caméra vidéo installée au niveau du portail. Elle sait que dans le quartier, on parle de « la maison des juifs ». Une maison devenue le 8 septembre celle du cauchemar. Réveillée vers 6 heures, ce vendredi, Mireille a écouté quelques instants la radio, puis s’est rendormie. Quand elle a rouvert les yeux, le réveil électrique était éteint. Il devait être pas loin de 10 heures. Elle a vainement cherché à actionner le volet électrique et à allumer la cafetière. C’est à cet instant qu’elle a vu « une ombre se précipiter » vers elle. Un homme lui a plaqué la main sur la bouche, elle a crié et s’est débattue avant d’être projetée à terre. Il portait des gants, une écharpe noire dissimulait son visage, mais elle a vu ses yeux noirs, comme sa peau, « très foncée ». Son jean aussi était noir, comme son survêtement et cette capuche qui lui recouvrait la tête. Un deuxième homme, noir également, plus jeune, lui a labouré les côtes à coups de pied, jusqu’au moment où le plus vieux a dit : « Si tu ne cries pas, on te fait rien. »

« Comme j’étais en chemise de nuit, j’ai d’abord cru à un viol », dira Mireille Pinto au policier venu l’interroger quelques heures plus tard. Ses cris ont alerté son mari, qui apparaît bientôt dans l’entrebâillement de la porte de la cuisine, en pyjama. Le plus jeune lui saute dessus et le plaque au sol, puis lui porte plusieurs coups au niveau de la tempe. « Arrêtez, il est malade », supplie Mireille. Très vite, les visiteurs en viennent au fait : l’argent. Roger Pinto grince et rechigne. Le plus âgé abat son atout : « Vous, les juifs, vous avez de l’argent! » Un peu comme s’il demandait la caisse à un employé de banque derrière son guichet. En toute bonne conscience, comme en atteste la saillie suivante : « Vous, les juifs, vous êtes les gâtés de la terre… »

Descendu un peu plus tôt à la cave pour vérifier le compteur électrique, leur fils David a été neutralisé le premier. Le voilà qui remonte avec le troisième agresseur. Mince, la peau noire, la vingtaine, celui-ci a le visage découvert, ce qui inquiète au plus haut point le couple : quand l’assaillant avance démasqué, cela se termine toujours mal. Vont-ils les tuer? La fouille du vaisselier fait apparaître deux ou trois boîtes contenant les fourchettes dorées que la famille sort « pour les grandes circonstances ». Ce n’est pas de l’or, mais ça brille. Les couverts finissent dans un sac de sport avec la Rolex arrachée au poignet de Roger, cadeau d’anniversaire de Mireille deux ans auparavant. Et le stylo Dupont attrapé sur son bureau. Et la bague en or, souvenir de l’arrière grand-père, promise au petit-fils pour sa bar-mitsva.

Ils nous ont même dit qu’on avait pris leur argent, celui des défavorisés

Les trois hommes conduisent bientôt leurs proies à l’étage et les font asseoir sur le bord du lit conjugal. Dans la pénombre brille la lame d’un petit couteau « très affûté ». Un membre du trio infernal brandit aussi un tournevis. « Le premier qui se lève, je lui plante dans la gorge! », hurle-t-il. « Si vous nous tuez, vous allez faire trente ans de prison », lance Roger Pinto, très en colère. « On n’en a rien à foutre, on en a déjà fait de la prison », réplique l’un des agresseurs. « Je suis né en prison », ajoute-t-il. Les bijoux de Mireille ne contentent pas les trois assaillants. Ils poussent les armoires, jettent les livres à terre, vident le dressing à la recherche d’un magot, trouvent finalement un coffre. Mais il est vide. Il leur reste à ramasser les cartes de crédit et à arracher leurs codes confidentiels aux Pinto, avant une ultime menace : « On va faire les distributeurs et vérifier les codes. Si vous bougez, on vous tue. »

Concurrence victimaire

« Vous vous rendez compte, s’indigne Mireille quelques jours après les faits, ils nous ont même dit qu’on avait pris leur argent, celui des défavorisés! » Une affirmation qui renvoie à la concurrence victimaire désignant les juifs à la vindicte de ceux dont les ancêtres ont connu l’esclavage. « S’ils savaient combien il y a de juifs qui vivent dans la précarité en France, ils seraient époustouflés », renchérit son mari. « C’est pire qu’un attentat, parce que vous n’êtes pas dans une foule, vous êtes chez vous », lâche Mireille, démolie. « On n’a pas l’exclusivité de l’insécurité, mais on est ‘privilégiés’, nous, les juifs », assène Roger Pinto. Il pointe un autre signe avant-coureur de la dérive : ce jour où les enfants juifs ont dû quitter l’école laïque de la République, en Seine-Saint-Denis, car « ils n’étaient plus en sécurité ». Cruel écho, un demi-siècle plus tard, au jour où la directrice de l’école, à Oran, avait demandé aux petits juifs dont faisait partie Roger de rester chez eux jusqu’à nouvel ordre. Ordre de Paris, sous Pétain…

L’histoire ne dira pas qu’ils n’ont rien vu venir. Ce sont les couches les plus populaires qui ont été touchées les premières, de plein fouet dans la mesure où elles habitaient les mêmes tours que ceux qui se sont mis à les agresser ouvertement après avoir longtemps partagé avec eux la même boulangerie, la même épicerie, le même square et le même parking. Les Pinto, à l’abri dans leur quartier résidentiel, ont entendu gronder au loin les émeutiers de novembre 2005 (entrés en piste à Clichy-sous-Bois, pas très loin de chez eux) et craint le pire à chaque fois qu’une cité laissait exploser sa colère. Comme si après les policiers, leur cible favorite, les jeunes incendiaires allaient immanquablement s’en prendre aux juifs. Un simple cambriolage survenu il y a deux ans en leur absence a convaincu Mireille et Roger de prendre quelques précautions. Comme d’autres, ils ont équipé leur maison de volets électriques, ont fait blinder les portes et se sont assuré que toutes les fenêtres donnant sur le jardin étaient bien équipées de barreaux. Sans oublier les alarmes. Pas pour transformer les lieux en bunker, mais juste se sentir à peu près en sécurité, tant il faudrait être naïf pour ne pas voir que plus personne ne dort comme avant sur ses deux oreilles, dans les environs.

S’ils savaient combien il y a de juifs qui vivent dans la précarité en France, ils seraient époustouflés

Avant 2012, ils étaient environ 500 juifs à quitter chaque année la France dans le cadre de l’alya, le retour à la terre promise. Mais c’était avant Toulouse et Merah, avant le supermarché casher de la porte de Vincennes, au lendemain du raid meurtrier sur Charlie Hebdo. Cinq ans plus tard, ce chiffre a augmenté, malgré un ralentissement en 2016, et il faut y ajouter le départ de familles vers Londres, les Etats-Unis ou le Canada. Sans compter ceux qui quittent les zones « sensibles » du 93 pour s' »exiler » dans l’ouest de l’Île-de-France, réputé plus sûr. Mais Roger Pinto n’en est pas là. Il affirme même qu’il ne quittera jamais la France, son pays. « Je n’aime pas la France : je l’adore », martèle-t-il. Une France qui n’est pas restée sourde à son calvaire. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, s’est souvenu que, jeune député, il avait suivi Roger Pinto pour un voyage d’études en Israël. Il lui a personnellement témoigné son soutien. Le préfet de police de Paris, puis le préfet du département ont ensuite appelé la famille, promettant de tout faire pour confondre les coupables.

L’adieu à la « Cité fleurie »

Les Pinto n’en songent pas moins sérieusement à partir. A s’éloigner de Livry-Gargan et de la Seine-Saint-Denis pour se mettre à l’abri dans Paris, loin des jeunes Noirs portant moufles et capuches qui sont venus un matin les bousculer jusque dans leur maison. Ils avaient déjà songé à déménager à plusieurs reprises, mais le fait que Mireille Pinto tremble désormais à chaque fois qu’elle entre dans sa cuisine et ne descend plus qu’accompagnée au sous-sol pèsera dans la balance à l’heure de trancher. « La ligne rouge a été franchie, constate Roger Pinto, qui depuis son plus jeune âge s’est promis que plus un juif ne serait en danger parce qu’il est juif ».

Après le départ des agresseurs, le vendredi 8 septembre, craignant qu’ils ne reviennent, les Pinto se sont enfermés dans une chambre sans poignée extérieure, où ils ont attendu la police. Roger tenait à la main cette batte de base-ball qu’il garde à portée de main, au cas où… Les policiers ont cassé la porte quelques minutes plus tard. Le mal était fait. Pour la première fois, la famille Pinto ne se rassemblerait pas dans le pavillon de Livry-Gargan pour le nouvel an juif qui s’annonçait douze jours plus tard. Une page était tournée : celle de la « cité fleurie », comme ils appelaient le quartier lors de leur arrivée en mai 1982.

(*) Dans L’exclusion des juifs des pays arabes, revue Pardès n° 34, mai 2003.

Par Frédéric Ploquin (@Fred_Ploquin)

Ensemble Défendons ISRAEL

Pour Miss Dior, Natalie Portman et Sia nous électrisent

0

Natalie Portman prête de nouveau ses traits à la nouvelle eau de parfum Miss Dior, dont elle est l’égérie depuis 2010. Pour la version 2017, la belle brune gagne en force et en passion.

Née le 9 juin 1981 à Jérusalem d’un père médecin israélien et d’une mère américaine d’origine autrichienne et russe, Natalie Hershlag passe ses trois premières années en Israël avant que la petite famille ne déménage pour les États-Unis.

Elle est souvent questionnée sur son lien avec Israël.
Dans une tribune datée du 28 mai 2015, publiée sur le site Humans of Judaism, puis relayée sur Coolisrael.fr, l’actrice-réalisatrice a voulu décrire et expliquer ce qui la lie à Israël. Le texte est une véritable déclaration d’amour à son pays natal et d’espoir. Voici quelques extraits traduits en français.

ISRAEL : « Là où je suis née. Là où j’ai goûté à ma première glace à l’eau et où j’ai appris la propreté. Là où certains de mes amis âgés de 18 ans à peine passent leurs nuits dans des abris, la tête protégée par un casque. Là où seuls les agents de sécurité ont toutes leurs chances d’échapper au chômage. Là où les déserts fleurissent et où les aventuriers font rêver. Là où le cactus, piquant mais charmant, se fait le symbole de l’Israélien idéal. Là où l’immigration s’appelle la « montée » et où l’émigration est appelée « descente ». Là où mes grands-parents ne sont pas nés, mais où ils ont été sauvés.

Là où les années passent au rythme des saisons des olives, des amandes et des dattes. Là où le porc et la crevette, pieux pêcheurs en leur assiette, narguent allègrement notre piété depuis la carte yérosolomite. Là où, malgré quelques copieuses exceptions, la laïcité est la règle. Là où le vin est d’une religieuse pureté. Là où les « foyers arabes » font référence à un terme positif en langage immobilier, sans ironie aucune. Là où l’humour noir est intarissable. Là où il existe une infinité de mots pour traduire « déranger », mais pas un seul encore pour « assouvir ». Là où le rire est monnaie courante et les blagues, une religion. Là où les partis politiques se reproduisent plus vite que les hommes. (…) Là où pas moins de six citoyens ont gagné un prix Nobel en cinquante ans. (…) Là où le muezzin chante, l’église sonne et le chofar interpelle vaillamment depuis le Mur. Là où les commerçants marchandent. Là où les politiciens marchandent.

Là où il y aura un jour la paix mais jamais le silence. Là où je suis née ; là où mes tripes m’interdisent de renoncer. »

Ensemble Défendons ISRAEL

Éclaire ta vie : le clip de Roch Hachana d’Aish.fr

0

Un clip musical pour saluer la nouvelle année dans le

rythme et la bonne humeur ! À écouter et partager…

Un clip video de
Aish.fr
Ensemble Défendons ISRAEL

Rentrée des classes au Figaro , AFP

0

Bienvenus aux petits nouveaux pour cette rentrée des classes dans notre prestigieuse école AFD
destinée à former la nouvelle génération des désinformateurs et menteurs patentés.

Vous avez choisi de vous spécialiser dans les domaines d’Israël et des juifs et vous avez bien fait car c’est le domaine qui recrute le plus depuis longtemps et pour encore longtemps.

Comme vous le savez la demande de gens compétents dans ce domaine ne se tarit pas dans les médias français et européens. Les anglophones parmi vous pourront exercer leur talent dans la presse internationale.

Pendant vos études, nous allons vous enseigner les méthodes de propagande éhontées et de désinformation qui ont fait notre réputation dans le monde entier (surtout le monde arabe).

Les différentes points que nous aborderons seront :
Comment transformer une information négative en positive.
Comment taire, minimiser ou transformer une information négative.

Sans perdre plus de temps nous allons commencer par un exercice pratique avec un article paru sur la page du Figaro dont voici le lien :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/09/04/97001-20170904FILWWW00328-israel-un-exercice-militaire-organise.php?xtor=EPR-211

Pour ceux qui voudront aller vite, il n’est pas indispensable de lire tout l’article. Le sujet étant résumé dans la première phrase.

« L’armée israélienne va mener à partir de mardi un vaste exercice simulant une confrontation avec le mouvement libanais Hezbollah, les plus importantes manoeuvres de ce genre en près de 20 ans, ont annoncé des militaires lundi. »

Première règle :
Même si vous êtes seul à écrire comme ici, (espérons pour eux qu’ils n’étaient pas plusieurs) ne signez pas votre article. contentez vous d’une formule du genre  » Par Le Figaro.fr avec AFP « . Vous éviterez ainsi d’être repéré et vilipendé. Qui sait si un jour vous n’aurez pas besoin d’un coup de pouce de la part de ceux que vous salissez au quotidien.

Deuxième règle : Dans le développement de l’article tâchez de donner des informations assez précises, voire connues pour asseoir la crédibilité de votre « article »

Troisième règle : Tapez fort et lâchez vous dans la conclusion. Pour peu que votre titre soit du même acabit ça passera comme une lettre à la poste. A la manière d’un sandwich. Une tranche comprise entre deux morceaux.

« Israël et les Etats-Unis accusent le mouvement chiite libanais d’amasser des armes à la frontière avec Israël afin de préparer une nouvelle guerre. »

Quatrième règle : Dès que vous le pouvez, citez ensemble les Etats-Unis et Israël pour montrer qu’ils sont de la même sorte et qu’ils sont isolés car ne représentant qu’eux.
Peu importe seuls, ceux qui vérifieront sauront qu’en l’occurrence, comme le dit si bien Wikipédia :

« Les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et le Bahreïn l’ont placé sur leur liste des organisations terroristes. Le , l’Union européenne a classé la branche militaire du Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes. Le , dans le contexte de leur lutte avec l’Iran, les six pays arabes du golfe Persique ont à leur tour placé le Hezbollah sur leur liste des organisations terroristes5, suivis le  par la Ligue arabe6. »

Pour terminer ce premier cours en beauté  nous allons nous pencher sur la conclusion de ce torchon. Pardon ! Je voulais dire cet article.

Conclusion de l’article qui, vu sa finesse, sera étudiée ligne par ligne. 
« Israël a mené une guerre contre le Hezbollah pendant un mois à l’été 2006, tuant plus de 1.200 Libanais dont la plupart étaient des civils. Côté Israélien, 160 personnes, dont une grande majorité de soldats, avaient trouvé la mort. »

« Israël a mené une guerre contre le Hezbollah pendant un mois à l’été 2006 »
Cinquième règle :
Evitez d’expliquer pourquoi Israël a mené cette guerre puisque vos prédécesseurs ont déjà persuadé vos lecteurs, avec un succès non négligeable,   qu’Israël aime faire la guerre et tuer des malheureux (terroristes) qui, eux,  n’aspirent qu’à la paix.

« tuant plus de 1.200 Libanais dont la plupart étaient des civils. »
Sixième règle :
Ne vous embarquez pas dans des explications ni sur le nombre de civils libanais tués quasiment invérifiable ni sur les raisons de leur nombre élevé. Vos lecteurs (amis) n’ont pas besoin qu’on leur rappelle à chaque fois que les « pacifistes » du Hezbollah  et du Hamas préfèrent se fondre dans la population civile avec une prédilection pour les écoles et hôpitaux.  Ni qu’ils apprécient particulièrement la protection que leur confère leurs frères en tant que boucliers humains.

« Côté Israélien, 160 personnes, dont une grande majorité de soldats, avaient trouvé la mort. »
Septième règle :
Utilisez à fond au service de votre cause, les informations officielles israéliennes (et réelles) comme le nombre de morts. Surtout mettre en évidence la disproportion des morts civils sans expliquer qu’Israël déploie des moyens considérables pour protéger ces citoyens alors que le Hezbollah utilise les citoyens pour se protéger.

Huitième règle :
Comprenez et faites comprendre la nuance. Israël tue des libanais mais les israéliens « trouvent la mort » tout seul.

Voilà mes chers élèves, nous arrivons à la fin de ce premier cours. Sachez que les plus brillants d’entre vous sont promis à un bel avenir au sein de l’AFP et ils pourront participer aux cessions extraordinaires sur :

« Comment prouver l’inexistence de l’antisémitisme en France »
« Comment nier l’aspect antisémite d’un crime quand il est évident  » et de nombreux autres sujets concernant nos « amis » israéliens.

Et n’oubliez pas comme on dit chez nous :

חצי אמת גרועה משקר  Une demi vérité est pire qu’un mensonge. Faites en bon usage.

 

Ensemble Défendons ISRAEL

Le maire de Venise ordonne à sa police : Tirer sur quiconque criera ALLAH OUAKBAR

0

Le maire de Venise, Luig’i Brognaro: « » Tous ceux qui crient sur la place Saint-Marc Allahu Akbar (place principale à Venise)
doivent s’attendre à être éliminés par  les tireurs d’élite en quelques secondes.

Brognaro a ordonné à la police de tirer sur quiconque crie Allahu Akbar lieu public. « Nous devons renforcer notre sécurité face au terrorisme.
Quatre terroristes ont été arrêtés il y a quelques mois à Venise. Ils avaient prévu de faire sauter le pont du Rialto », a déclaré le maire.

Les quatre terroristes arrêtés ont salué l’attaque de Londres. Ils regardaient des vidéos des islamistes radicaux pour apprendre les techniques.

Sa demande a été accueillie par des applaudissements.

Ensemble Défendons ISRAEL
58,071FansLike