Blog Page 3

L’ambassadeur de la République islamique d’Iran en France Abolghassem Defli face à Meyer Habib

0

La Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale a auditionné ce matin pendant deux heures l’ambassadeur de la République islamique d’Iran en France Abolghassem Defli.

Comme je l’avais fait avec le Ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif en janvier 2016, je l’ai interpellé directement sur trois questions principales :

– la situation des droits de l’homme et la condition de la femme

– l’organisation annuelle en Iran d’un concours de caricatures de la Shoah et la négation du génocide de 6 millions de Juifs

– le refus constant et obstiné à reconnaître le droit d’existence de l’Etat d’Israël et les ambitions réitérés du régime de le « rayer de la carte ».

Ignorant ma question comme celle de Claude Goasguen et Valérie Boyer, M. Delfi a refusé ne serait-ce que prononcer le nom « Israël » et n’a fait mention que de la « Palestine », de « territoires occupés » ou de « massacres inédits à Gaza ».

De même, aucune reconnaissance de la Shoah. L’ambassadeur a préféré botté en touche en rappelant les bienfaits de Cyrus le Grand il y a 2 500 ans et la représentation des Juifs iraniens au Majlis…

L’Ambassadeur Delfi a refusé de me répondre directement, et même de croiser mon regard, mais m’a interpellé à plusieurs reprises, faisant référence à un « vice-président de la commission », qui appelle au changement de régime à Téhéran ou participe à des réunions d’opposants. C’est exact et je l’assume totalement.

Constat implacable : côté LREM, sur près de dix questions et une très grande diversité de thématiques abordés, pas une seule allusion à la volonté iranienne de détruire Israël. Idem évidemment à gauche (Socialistes) et à l’extrême-gauche (Communistes, Insoumis).

L’Ambassadeur n’a eu de cesse de répéter que son pays n’était animé que d’intentions pacifiques et que l’islam interdisait le développement d’armes de destruction massive !!!

Réponse de l’Ambassadeur d’Iran : https://youtu.be/pFfZHtcwoOM

Ma 2e intervention : https://youtu.be/avKzDRCtNeQ

Je ne sais s’il faut en rire ou en pleurer.

J’ai repris une deuxième fois la parole en fin de réunion pour dénoncer la langue de bois de l’ambassadeur iranien, m’indigner de son refus de prononcer le nom « Israël » et rappeler que le Premier ministre Netanyahu avait démontré à la face du monde les mensonges iraniens quant à leurs ambitions nucléaires.

Je tiens à saluer la direction professionnelle, élégante mais ferme de la présidente de la Commission des Affaires étrangères, Marielle de Sarnez, qui a regretté le refus du représentant iranien de répondre sur une diversité de points essentiels, y compris la reconnaissance du droit d’existence d’Israël.

DONALD TRUMP,
UN GRAND PRÉSIDENT !

0

Lecteur ou auditeur de France, vous avez pu constater combien les médias dits « mainstream » sont « trumpophobes ». Au point de nous désinformer à longueur de journée depuis plus d’un an.

Donald Trump est le pire président que les États-Unis ont eu à ce jour. C’est un fou, un déséquilibré, un malade, un bipolaire qui change d’avis tous les matins, quand ce n’est pas trente-six fois par jour.

    • Sauf que ce malade a réussi là où ses prédécesseurs ont échoué par manque de fermeté, de raisonnement, d’intelligence. Sur le plan intérieur, les succès s’accumulent :

    • baisse surréaliste du chômage

    • le revenu des ménages est au plus haut depuis cinquante ans

    • les impôts ont baissé pour les entreprises comme pour les particuliers

    • les investissements se font en milliards de dollars

    • il a réussi à affaiblir les lobbies pro-avortement et pro-LGBT

 l’immigration clandestine se tarit, etc.

  • Bref, qui pourrait se plaindre de l’action politique de ceux que ses détracteurs appellent le milliardaire plutôt que le président des États-Unis. En cinq cents jours, Trump a su régler un nombre de problèmes que son « cher ami » français peut lui envier.

Sur le plan international, les journalistes ayant annoncé le triste résultat du sommet G7 de La Malbaie que l’incommensurable Bruno Le Maire a piteusement résumé en un sommet 6+1 n’ont rien vu venir, n’ont rien entendu, n’ont surtout pas relayé correctement ce que Trump leur a dit, à savoir qu’il avait proposé à ses collègues de supprimer l’ensemble des droits de douane… rien que ça. Je dirais que ce sommet fut celui de Trump + 6.

Et puis, il y a eu cette rencontre imprévisible entre le symbole absolu d’un dictateur et celui du président de la plus grande démocratie du monde. La célèbre phrase de Neil Armstrong après sa sortie sur le sol lunaire me revient à l’esprit :« Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité. »

C’est un peu cela, que Donald Trump vient de réaliser en éliminant la menace nucléaire d’une solide et longue poignée de main avec Kim Jong-un et en déclenchant, peut-être, les retrouvailles d’un peuple avec la liberté. Quant à l’Iran, on s’apercevra demain que ce pays ne retrouvera pas la démocratie et la liberté grâce à la main tendue de Macron aux ayatollahs, mais grâce à la fermeté de Trump, qui ne se contente pas de discours mais qui décide, envers et contre tous.

Oui, je n’ai pas peur de l’écrire, Donald Trump est un grand président derrière lequel se cache le profil d’un businessman à l’américaine. Il a su adapter son expérience commerciale à celle, nouvellement acquise, de président des États-Unis, tout en confirmant qu’il ne baissera pas les bras sur la mise en œuvre de ses valeurs chrétiennes. Gageons que son prochain objectif sera de canaliser l’ambition d’un autre dictateur : l’islamiste Erdoğan.

Si la France avait eu la chance d’avoir un homme de sa trempe, un homme solide comme un roc, dont l’ambition n’est pas celle de devenir le maître du monde, notre avenir aurait été tout autre.

Mais chez nous, tout augmente : les taxes, les impôts, la pauvreté, l’immigration, les lois sociétales qui détruisent une à une les valeurs de notre société que nos pères ont eu tant de mal à maintenir.

Et ce n’est pas parce que la main de Macron s’est imprimée sur celle de Trump qu’il y a eu transfert de résultats !

 

Source

Pour le plaisir

0

Quel bonheur d’écouter ou réecouter ce magnifique discours de Nikki Haley à la convention  de l’AIPAC. Elle même rayonne de bonheur et on vibre avec elle.

LE DISCOURS IMMENSE du chancelier autrichien Sebastian Kurtz

0

Sivan Rahav: C'est le discours important que nous avons tous manqué

« C’est la première fois depuis l’Holocauste que l’Autriche assume sa responsabilité.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurtz s’est rendu en Israël après avoir annoncé  la fermeture de sept mosquées et l’expulsion de 60 religieux musulmans extrémistes d’Autriche.

Le discours historique du plus jeune leader du monde

Le vrai moment historique a eu lieu le lendemain, lors d’une réunion de l’Organisation de l’AJC, pendant le discours de Kurtz, le plus jeune chef d’Etat démocratique (31 ans) dans le monde, qui a formé une coalition  avec le Parti nationaliste Liberté  avec lequel Israël n’a pas de contact. mais notez ce qu’il a dit:
« La première fois que j’ai eu l’honneur de parler aux survivants de l’Holocauste c’était quand j’étais au lycée. Je me souviens très bien de cette rencontre. C’était douloureux et difficile mais nécessaire. Ma génération est la dernière à pouvoir mener de telles conversations avec des survivants, et nous devons écouter.

« Après des applaudissements fournis , Kurtz a détaillé les champs d’action : la législation, l’éducation, la commémoration, une guerre constante contre l’antisémitisme et d’autres mesures importantes.

Il aurait pu finir par ça , mais il a enchaîné d’une voix claire

« Ca ne suffit pas. Notre responsabilité ne se limite pas à l’intérieur de nos frontières, nous avons la responsabilité de l’Etat d’Israël pour la première fois, nous nous engageons à soutenir toujours l’Etat juif. Nous soutiendrons Israël chaque fois qu’il se sent menacé….. . nos voisins sont le Liechtenstein et la Suisse, vos voisins sont un peu différents …

C’est notre devoir, c’est notre intérêt national non pas pour des raisons politiques et économiques, mais comme un devoir moral et humain.
Israël ne peut pas se permettre de perdre  une seule bataille. L’Autriche va le clarifier à ses partenaires au Moyen-Orient… Vous êtes ici pour rester. « 

La boucle est bouclée: 
les combattants de l’unité Douvedevan (cerise) ont arrêté le terroriste qui a tué leur ami

0

כך לוחמי דובדבן תפסו את המחבל שרצח את חברם, סמ"ר רונן לוברסקי ז"ל

"רונן, הגענו אליו": לוחמי דובדבן עצרו את המחבל שרצח את חברם, סמ"ר רונן לוברסקי ז"ל. צפו במצוד אחריוhttps://goo.gl/P1JUw6צה"ל – צבא ההגנה לישראל

Gepostet von ‎ידיעות אחרונות Yedioth Ahronoth‎ am Mittwoch, 13. Juni 2018

La boucle est bouclée:
les combattants de l’unité Douvedevan ont arrêté le terroriste qui a tué leur ami

Le Premier Ministre Benjamin Netanyahu se bat pour la vérité d’Israël dans une interview spéciale pour la BBC

0

Le Premier Ministre Benjamin Netanyahu se bat pour la vérité d’Israël dans une interview spéciale pour la BBC.

Regardez partager !

Après chaque attentat, c’est le même discours “On ne peut rien faire”.

0

 

Guillaume Roquette (Directeur de la rédaction du Figaro Magazine) :
«Ce que je trouve incroyable, c’est qu’après chaque attentat, c’est le même discours “On ne peut rien faire”.
Depuis 6 ans, il y a eu 250 morts. On s’est soumis (…) On aura de nouveau cette discussion après le prochain attentat et de nouveaux morts.»

 

Assiste-t-on à une résurgence de l’antisémitisme ?
Le tour de la question

0

Depuis la mort du jeune Ilan Halimi en 2006 jusqu’à celle de l’octogénaire Mireille Knoll en 2018, onze meurtres antisémites ont été commis en douze ans sur le sol français.

Parallèlement, ces derniers mois, un garçon de 8 ans portant une kippa a été agressé par deux adolescents à Sarcelles, une famille juive a été séquestrée à Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis, les agressions antisémites se sont multipliées en Allemagne, en Suède, et la Pologne vient d’adopter une loi accusée de réécrire l’histoire de la Shoah…
Alors, assiste-t-on à une résurgence de l’antisémitisme aujourd’hui ?
Faisons le tour de la question.

L’antisémitisme est un sentiment systématique d’aversion envers les juifs, parfois résumé par l’expression de « racisme antijuif ». Ce mot d’antisémitisme a été inventé par un journaliste allemand en 1879, mais il puise ses racines dans le Moyen Âge, et l’antijudaïsme chrétien. Jusqu’au XXe siècle, l’Église catholique qualifiait en effet les juifs de « peuple déicide », c’est-à-dire responsable de la crucifixion de Jésus, et leur reprochait de ne pas le reconnaître comme le Messie. Après des siècles de persécutions, le XIXe siècle a vu l’émergence de l’antisémitisme moderne, basé sur une haine de nature raciale, et non plus religieuse. Celui-ci a culminé avec l’avènement du nazisme et la Shoah, l’extermination d’environ 6 millions de juifs d’Europe.
Mais même après l’horreur de ce génocide et la prise de conscience internationale, l’antisémitisme d’extrême droite n’a jamais totalement disparu du vieux continent. Depuis quelques années, il progresse fortement en Europe centrale : notamment en Hongrie, dans la démocratie dite « illibérale » de Viktor Orbán ; ou encore en Autriche, avec la montée spectaculaire du parti FPÖ, fondé par d’anciens nazis. En ce qui concerne la France, qui compte la plus grande communauté juive d’Europe (500 000 personnes, soit 1 % de la population française), la deuxième moitié du XXe siècle aura été synonyme d’accalmie sur le plan de l’antisémitisme. Les choses ont changé lors du passage au nouveau millénaire quand a éclaté la deuxième Intifada au Proche-Orient. Entre 1999 et 2000, les actes antisémites, actions et menaces, ont été multipliés par dix en France, passant de 82 à 744.

Depuis, ces chiffres ne sont jamais redescendus au niveau de 1999. Il faut toutefois noter que depuis 2015, où ils ont connu un véritable pic, ces chiffres sont en baisse : 808 actes antisémites ont été enregistrés en 2015, 335 en 2016, et 311 en 2017. Cela étant, une grande partie des actes racistes commis en France continuent de viser des juifs, malgré leur faible proportion dans la population. Par ailleurs, les données de 2017 indiquent une progression des actes antisémites les plus violents (de 77 à 97). Parmi eux, on se souvient du meurtre de Sarah Halimi en avril 2017.

Or, comme dans les attentats de l’école Ozar Hatorah de Toulouse en 2012 et de l’Hyper casher de la Porte de Vincennes en 2015, ces crimes antisémites ont été commis au nom de l’islam.

La résurgence de l’antisémitisme dans des milieux islamistes, depuis le début des années 2000, relève pour certains observateurs d’un « nouvel antisémitisme », qui reprend des stéréotypes anciens mais s’opère sur de nouvelles bases idéologiques. Les tenants de ce concept insistent sur le caractère antisémite – plus ou moins déguisé – des critiques formulées envers l’État d’Israël, y compris par une partie de la gauche radicale. Alors, résurgence de l’antisémitisme ou pas ?

Une chose est sûre : cette réalité perdure et continue de se manifester régulièrement, par vagues de violence physique et verbale.
L’antisémitisme n’a jamais vraiment cessé et semble avoir adopté, depuis une quinzaine d’années, de nouveaux visages.

Mélinée le Priol

Le Hamas a trahi les habitants de Gaza

0

Il y a environ un an, j’ai participé à une longue discussion sur les relations judéo-arabes avec plusieurs amis dans une ville arabe de Samarie.
Les chefs des principales hamulots (clans) étaient présents.  La réunion a eu lieu dans la maison de l’un des cheikhs dominants de la ville, autour d’un plateau somptueux de fruits et de légumes.

À un moment donné, mon hôte a cessé de parler, et après avoir réfléchi pendant un temps qui semblait être très long, il a dit en arabe littéraire pesant, incisif et sérieux, pesant chaque mot:

« Docteur Kedar, savez-vous ce qu’est une organisation terroriste? »

J’étais surpris et intrigué , et j’ai répondu « Non », curieux et en attente de sa réponse.
«Marquez mes mots, Docteur, dit-il, une organisation terroriste n’est pas une organisation qui lutte contre ses ennemis. Une organisation terroriste est une organisation qui combat son propre peuple, sa propre nation, qui combat les personnes mêmes qu’elle prétend protéger, les enfants dont elle est responsable. « 

Mes sourcils levés de surprise, j’ai demandé
« Kif – que voulez vous dire  ? »

Et il a répondu, d’une voix imprégnée de tristesse:

  

Au cours des dernières semaines, depuis que les émeutes – certainement pas des manifestations pacifiques – ont commencé près de la barrière séparant la vie en Israël et la mort à Gaza, je ne cesse de penser à la déclaration du Sheikh. Depuis que le mouvement Hamas a violemment pris Gaza en juin 2007, explosant des commissariats de police de l’Autorité palestinienne, tirant à quatre pattes sur des policiers et des membres des forces de sécurité, les membres de l’OLP ont été jetés dans les rues. cette débâcle, la vie dans la région s’est détériorée au niveau des terribles conditions que vivent les Gazaouis aujourd’hui.

Le Hamas a dépensé une grande partie des fonds qui lui ont été alloués pour acheter des armes, développer des missiles, fabriquer des roquettes, acquérir des explosifs et creuser des tunnels. Le Hamas n’a pas construit un seul hôpital dans la bande, pas une usine de désalinisation, rien. Zéro. Nada. Puis Israël a développé le « Iron Dome » et a simplement effacé la menace des roquettes et des missiles. Il a rapidement trouvé une solution pour les tunnels. Le Hamas manque de chars et d’artillerie. Alors qu’est-ce qui reste? Comment vont-ils attaquer Israël? Que peuvent-ils utiliser? La réponse se trouve dans les mots du Sheikh: le Hamas, après avoir réussi à éteindre toute lueur d’espoir laissée dans le cœur des habitants de Gaza, après les avoir amenés au plus profond du désespoir, les a transformés en munitions réelles destinées à Israël.

Les gens sont la meilleure arme de tous, à faible coût et auto-activé pour 50 shekels par tête. C’est la somme que le Hamas paie à chaque émeutier. Pour 50 shekels, le Hamas reçoit une bombe ambulante, imprégnée de la colère, de la frustration et du désespoir du Hamas. C’est la véritable histoire de ce qui se passe à la barrière frontalière depuis quelques semaines, la réalité qui expose clairement la raison pour laquelle le Hamas est défini comme une organisation terroriste: la guerre qu’il a déclarée aux habitants de Gaza depuis le jour au cours de leur vie. Maintenant, il les envoie à la mort, sachant très bien qu’Israël ne leur permettra jamais de traverser la clôture pour atteindre un kibboutz ou un moshav rempli d’hommes, de femmes et d’enfants. La pensée même de l’horrible massacre qui s’ensuivrait est terrifiante.

Le Hamas est une organisation terroriste non pas à cause de sa guerre contre Israël, mais parce qu’il a trahi les habitants de Gaza:

Au lieu d’un régime islamique, il a institué un régime basé sur la peur. 
Au lieu de fournir du travail, cela a entraîné le chômage.
Au lieu de l’espoir, il a causé le désespoir. 

Le gouvernement du Hamas a entraîné la bande de Gaza dans trois cycles de violence avec Israël: Plomb durci (2008-09), Pilier de la défense (2012) et Bord protecteur (2014). Il n’y a pas encore de nom pour les événements d’aujourd’hui, sauf pour le délirant que leur donne le Hamas – « la marche du retour », comme si Israël allait permettre à un seul émeutier de « retourner » sur le territoire souverain d’Israël. Tous les mantras du Hamas sont de vieux slogans fatigués dont l’objectif est d’allumer les explosifs humains avec un feu étranger.

Chaque personne tuée est un accomplissement de relations publiques pour le Hamas, chaque personne blessée est un gain de propagande pour induire en erreur les téléspectateurs en Europe et en Amérique qui ne comprennent pas les plans sataniques du Hamas d’utiliser les habitants de Gaza comme des balles réelles contre Israël. être tué dès qu’ils tentent de percer la clôture.

Depuis des semaines, Israël les avertit de ce qui arrive à quiconque touche la clôture, au moyen d’avertissements, de dépliants, d’appels téléphoniques et de communications médiatiques. Tout le monde à Gaza, de Yihye Sinwar jusqu’au dernier des émeutiers, sait maintenant exactement ce qui arrive à quiconque s’approche de la clôture. Cela rend les émeutiers eux-mêmes et l’organisation du Hamas qui les envoie entièrement responsables de la mort de ces balles réelles

Cependant, la presse étrangère est un autre parti responsable dont le public doit être informé. Quiconque comprend les plans du Hamas sait très bien que sans couverture médiatique, toutes les émeutes près de la clôture n’auraient pas eu lieu. Après tout, pourquoi le Hamas gaspille-t-il des munitions humaines à moins de pouvoir impressionner l’opinion mondiale?

C’est là qu’intervient l’idiotie israélienne, Israël permettant aux médias étrangers d’atteindre les environs immédiats de Gaza (où les tunnels du Hamas se terminent, où il tente de tuer et de kidnapper des hommes, des femmes et des enfants) pour photographier – tout en restant derrière eux. les résidents des kibboutzim et moshavim avec leurs propres corps. La plupart des correspondants étrangers ne disent pas à leur auditoire la vérité sur ces héros de Tsahal qui remplissent fidèlement leur mission de protection des citoyens israéliens. Au lieu de cela, les médias agissent comme des outils des terroristes du Hamas, des idiots utiles qui propagent la propagande du Hamas sans inculpation.

Il y a ceux qui prétendent que l’avènement de l’Internet et des médias sociaux rend impossible d’empêcher cela. Encore, on peut limiter les rapports de la ligne de front en fermant temporairement l’accès à Internet à Gaza. Pour ceux qui ne le savent pas, Israël fournit des services Internet à Gaza. Tu as compris? Ils ont accès à Internet en Israël (payent-ils pour cela? Qui sait?) Et utilisent ce moyen pour répandre des mensonges de propagande sur Israël. Y a-t-il quelque chose de plus absurde?

Qu’en est-il de l’électricité avec laquelle Israël fournit Gaza et qui permet à la station de télévision par satellite du Hamas de continuer à diffuser une incitation à la rage contre Israël 24 heures sur 24, 7 jours sur 7?
Pourquoi Israël continue-t-il à fournir de l’électricité à Gaza pendant ces émeutes? Pendant la Seconde Guerre mondiale serait-il entré dans la tête de tout citoyen britannique ou russe loyal et normal de fournir de l’électricité à la machine de propagande nazie?

Certes, il vaut mieux qu’Israël agisse comme si de rien n’était devant les caméras, afin que les touristes ne fuient pas et que les Israéliens ne se plaignent pas – mais nous sommes en guerre et à la  guerre comme à la guerre. Si le Hamas tire sur nous des munitions humaines, nous sommes autorisés à faire tout ce qui est raisonnable pour les arrêter – prendre les dirigeants du Hamas, les responsables du terrible état de la bande de Gaza et les tirs contre les émeutiers menaçant la vie des citoyens israéliens.

Contrairement au monde arabe, Israël protège ses citoyens des couteaux des émeutiers de Gaza. Israël doit cependant protéger l’image de ses citoyens aux yeux du monde et agir contre ceux qui font la promotion de la «terreur médiatique» européenne et des «médias du djihad» promus par le Hamas et les satellites arabes dirigés par Al Jazeera. Je suis incapable de comprendre comment Israël continue de leur permettre de diffuser une incitation sans fin à l’intérieur de ses frontières.

Il ne fait aucun doute qu’Israël vaincra le Hamas, parce qu’Israël mène une guerre juste et que le Hamas est une organisation terroriste dont le règne de terreur sur Gaza transforme sa population en munitions jetables avec ses propres mains maléfiques. Le sort du Hamas ne fait aucun doute: il sera jeté dans le tas de cendres de l’histoire, avec les autres dictateurs arabes qui ont été renversés dans le «printemps arabe». Le Hamas, le mouvement terroriste despotique et tyrannique, n’est pas différent , parce que, lui aussi, est prêt à sacrifier les Arabes palestiniens jusqu’au dernier homme sur l’autel de sa propre survie.

Source

Lettre ouverte aux médias

0

Chers médias d’information,

Jour après jour, nous sommes bombardés de nouvelles de la violence qui se déroule à la frontière israélienne avec Gaza. Nous avons quelques questions à vous poser à la lumière de ceci:

  • Pourquoi êtes-vous si obsédé par Israël (en première page) et par leur traitement des habitants de Gaza alors qu’il y a beaucoup plus de violence et d’effusion de sang dans la région et que beaucoup d’autres vies innocentes sont perdues?

  • Pourquoi la violence à Gaza est-elle plus importante que les manifestations et les éruptions de violence qui se déroulent dans le sud de l’Iran en même temps? Ou le nombre de morts Kurdes à Afrin aux mains des Turcs? Ou des opérations égyptiennes contre les terroristes dans le Sinaï?

  • Pourquoi les Palestiniens qui sont morts aux mains des Israéliens sont-ils plus importants pour vous que les Palestiniens abattus ou déplacés dans le camp de réfugiés de Yarmouk en Syrie ou dans les camps de réfugiés en Irak?

  • Pourquoi donnez-vous autant de couverture à 60 morts palestiniens lorsque le Hamas a publiquement et fièrement admis que 50 d’entre eux faisaient partie du groupe terroriste, et que trois étaient des membres du Jihad islamique palestinien?

  • Tous les autres pays du monde n’essaieraient-ils pas de protéger leur frontière lorsque des personnes qui ont déclaré leurs intentions génocidaires essaieraient de la violer?

Vous savez sûrement que les conditions économiques à Gaza ne peuvent pas être uniquement le résultat du « blocus » d’Israël parce que Gaza partage une frontière avec l’Egypte qui a été fermée hermétiquement plus longtemps et parce qu’Israël laisse entrer des dizaines de milliers de camions de fournitures médicales et de la nourriture chaque année. (Cela devrait-il être décrit comme un « blocus » alors à vos lecteurs?)

Vous savez sûrement que des civils ont été avertis à plusieurs reprises par Israël, à travers des tracts, des médias sociaux et des haut-parleurs, pour rester à des centaines de mètres de la frontière où ils peuvent, et ont protesté pacifiquement.

Vous savez sûrement que des millions de dollars sur des millions de dollars donnés au Hamas pour le bien-être des Gazaouis ont été gaspillés en armes cachées dans les écoles et les hôpitaux ou en creusant des tunnels qui ont de l’électricité et des équipements. Cette électricité et ces équipements sont refusés à leur population civile, qui a subi un lavage de cerveau depuis l’enfance pour haïr les Juifs.

Vous savez sûrement que la charte du Hamas ne cautionne pas une solution à deux Etats ou n’embrasse pas les négociations, mais appelle au meurtre de Juifs (pas Israéliens) et à la destruction de toute la nation d’Israël « du fleuve à la mer ». finalement remplacé par un califat islamique.

Pourquoi ne prenez-vous pas les Palestiniens sur leur propre parole? Si vous écoutiez ce qu’ils disent vouloir, vous ne rapporteriez pas que les protestations récentes étaient en réponse à l’arrivée de l’ambassade à Jérusalem ou à la situation économique à Gaza ou à l’occupation en Cisjordanie. Vous rapporterez que, comme l’indique le titre de la marche, c’est une marche vers RETOUR vers Israël, pour infiltrer la frontière, atteindre les communautés civiles juives adjacentes à quelques centaines de mètres et soit en tuer autant que possible, ou prendre des soldats captifs.

Si vous écoutiez ce qu’ils disent vouloir, vous donneriez le même temps au fait que le co-fondateur du Hamas Mahmoud al-Zahar, sur Al Jazeera, a déclaré: «Quand nous parlons de résistance pacifique, nous trompons le public.

Si vous écoutiez ce qu’ils disent vouloir, vous donneriez un temps égal à Yahya Sinwar, le chef du Hamas, qui a annoncé que le Hamas désirait «arracher le cœur des Israéliens» et manger leur foie.

Les Palestiniens ont été si clairs à ce sujet. Pourquoi n’obtient-il pratiquement aucune couverture? Pourquoi ne montreras-tu pas un peu de respect pour leur véritable objectif en leur donnant une voix?

Le Hamas a détourné ces manifestations et les a transformées en violentes émeutes. Votre couverture des événements doit toujours mentionner les éléments suivants:

  • La grande majorité des morts étaient des terroristes du Hamas franchissant la frontière, PAS des civils non armés

  • Le Hamas a utilisé des boucliers humains civils , y compris des femmes et des enfants.

  • Le Hamas a ordonné aux civils non armés d’infiltrer la frontière, leur mentant que les FDI se sont retirés.

  • Le Hamas a payé les  familles pour approcher la frontière.

  • Le Hamas a rendu disponibles des cartes détaillant les itinéraires de la frontière vers les maisons, les écoles et les garderies en Israël.

  • Le Hamas a  encouragé les femmes et les enfants à s’approcher de la frontière, en leur disant que les FDI ne tireront pas sur les femmes et les enfants (ce qui est vrai).

  • Le Hamas a contraint  les chauffeurs de bus à amener des civils à la frontière.

  • Le Hamas a  habillé ses membres en civils et en journalistes afin de susciter la sympathie de la communauté internationale et de tromper les médias.

  • Le Hamas a utilisé des cocktails Molotov, des cerfs-volants attachés à des explosifs, des pierres, des LED, des grenades, des haches et des scies dans ce que vous appelez fréquemment une «manifestation pacifique».

  • Le Hamas a brûlé des milliers de pneus pour créer un écran de fumée littéral afin qu’Israël ne puisse pas détecter les infiltrés et soit obligé de tirer sur plus de gens.

  • Le Hamas a mis le feu deux fois  à ses propres lignes de gaz, détruisant le convoyeur qui achemine des fournitures humanitaires d’Israël à Gaza.

Pourquoi ces faits sont-ils radicalement minimisés, sinon ignorés?

La presse libérale occidentale a toujours tenu Israël à un double standard auquel vous ne tenez aucun autre pays dans le monde. Votre attention disproportionnée sur Israël ne fait rien pour faire avancer la cause de la paix. Plutôt l’inverse. Il encourage les terroristes, pas seulement ceux de Gaza, mais partout dans le monde, en leur donnant à eux et à leurs partisans une plate-forme constante de se réjouir, de sembler avoir une juste cause aux yeux de votre vaste lectorat et de renouveler leur espoir. Les rêves sémites et haineux envers Israël et l’Occident deviendront réalité.

Karys Rhea est l’associée principale de l’équipe d’intervention des médias à CAMERA, le Comité pour l’exactitude des reportages au Moyen-Orient en Amérique, où elle surveille les médias et facilite les campagnes de rédaction de lettres. Avant cela, Karys était impliqué dans le Jewish National Fund et David Project, et a été chercheur de l’auteur à succès Irshad Manji. En plus de sa passion pour les affaires du Moyen-Orient, Karys a été actif dans divers projets de musique et a fait des tournées à l’échelle nationale et internationale. Karys a obtenu un double diplôme spécialisé en journalisme et en études religieuses à l’Université de New York et vient de recevoir sa maîtrise en lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure d’IDC Herzliya en Israël.

Né à Alexandrie en Egypte d’un père né à Kiev et d’une troisième génération israélienne mère d’origine séfarade.

Nina Weiner et sa famille ont déménagé en Israël en 1949 après la déclaration de l’état d’Israël par l’ONU où elle a terminé ses études secondaires. Elle a ensuite obtenu son premier diplôme en psychologie à Genève avec le professeur Jean Piaget et a ensuite obtenu une maîtrise en counseling professionnel au Columbia Teacher’s College. Elle a consacré une grande partie de sa vie à la question de l’éducation des enfants d’immigrants issus de milieux défavorisés aux États-Unis et en Israël en vue d’une éducation. Nina Weiner est une démocrate à vie.